Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Dead Neanderthals : … And It Ended Badly (Gaffer / Raw Tonk, 2013)

dead neanderthals and it endend badly

C’est à Gaffer qu’on doit la mise au jour (et donc le retour) du Dead Neanderthals. Aussi vigoureux, aussi fort, aussi remonté (si ce n’est plus) qu’hier…

Rappel des faits : Polaris.  Maintenant … And It Ended Badly. On n’oserait croire à la fin du Neanderthal, même si on ne peut que constater son gros râle d’agonie (There Was A Great Battle). Heureusement du corps gisant deux saxes sortent maintenant : Colin Webster et Otto Kokke, s’il faut les nommer. Ils se chamaillent et Rene Aquarius (à la batterie) compte les points.

Mais quand il les asticote (à grands coups de bâtons), c’est encore mieux : le jazz rock est free, ce qui pousse les saxophonistes à se différencier (l’un joue plusieurs fois la même note et l’autre en attaque trente-six). Et si la conclusion déçoit un peu en comparaison de ce qui s’est passé plus tôt, c’est qu’elle illustre le poème que forment les titres des six plages du CD. Tout s’explique !

Dead Neanderthals : … And It Ended Badly (Gaffer / Raw Tonk)
Enregistrement : 1er décembre 2012. Edition : 2013.
01/ There Was A Great Battle 02/ Weapons Drawn, Blood Spilled 03/ Both Sides Fought Bravely 04/ It Went On For Days 05/ And It Ended Badly 06/ And In Tears… Of Course
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Languages : Live at Vortex (Gaffer, 2012)

languages live at vortex

D’un pas décidé, Colin Webster (sax), Mark Holub (batterie) et Sheik Anorak (guitare) posent quelques conditions : penser la transe de façon stratégique, débloquer l’inutile et ne mener l’assaut qu’après avoir lentement infusée l’harmonie. En différant et ne solutionnant jamais le chaos qui rode et en insistant longuement sur un trait (libre improvisation, accords soyeux, étrange boléro électrique) Languages démine les codes convenus du genre.

Ainsi, le brutal ne sera jamais systématique et à la déconstruction le trio préférera toujours la solidification des chantiers. Soit pour Languages, le cabossé des drailles ancestrales plutôt que la vitesse limitée de nos mornes autoroutes.

Languages : Live at Vortex (Gaffer Records)
Edition : 2012.
CD : 01/ Il fait chaud 02/ Languages 03/ Speeche 04/ The Last Vord
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>