Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Lea Danzeisen, Christoph Schiller : 47°13’ N 7°E (Creative Sources, 2012)

danzeisen schiller 47°13'N7°E

Zehn & Neun. Une demi-heure et un quart d’heure d’improvisation et un seul instrument, l’épinette, sous les mains expertes (quatre des huit mains du Spinettquartett du pianiste Jacques Demierre) de Lea Danzeisen et Christoph Schiller.

Comme avec Birgit Ulher (Kolk) ou Jonas Kocher (Duos 2011), Schiller fait avec Danzeisen fi de la tradition. En échange, le duo cherche dans tous tous les recoins de l’instrument qu’il pince, frotte, taquine ou étouffe. Les cordes pour ainsi dire mises au rebut, c’est la carapace, l’enveloppe ou l’âme, de l’épinette qui donne les sons qui indiquent sur la carte la place des musiciens. Quand même, il faut tendre l’oreille, être sensible aux clochettes, aux susurrements et aux crépitements des fuseaux dont certains font croire que Danzeisen et Schiller manient des feedbacks. Bien sûr il n’en est rien. A la latitude et à la longitude énoncées, ils réinventent acoustiquement, « simplement », l’épinette.

Lea Danzeisen, Christoph Schiller : 47°13’ N 7°E (Creative Sources / Metamkine)
Enregistrement : 15-17 août 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Zehn 02/ Neun
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>