Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Nilan Perera, Bent Spoon Duo / Midnighties : With Monty (Bug Incision, 2014)

nilan perera bent spoon duo

Paisiblement allongé dans mon lit j’ai dû me relever. OK, c’est la prise de son qu’est pas bonne. C’est souvent (de plus en plus) le cas avec les concerts captés (à l’arrache, et là…). D’autant que la guitare rock du début n’aidait pas à la réflèssssion contemplative.

La guitare, c’est Nilan Perera. Capté (donc) en concert à Calgary (et non Nagano) avec le Bent Spoon Duo (= Chris Dadge + Scott Munro). Pas terribles, les glissandi au bootleneck du début que j’évoquais plus haut mais il y a une suite au début – diantre, l’aubaine ! Et la suite, c’est une bataille de hautes notes (de la guitare, de la cithare, du violon of course). Et même quand on frôle le blues (deux / trois basses au pouce et un petit doigt qui travaille plus loin en bas), eh bien ça s’écoute finalement et finalement même… allongé.

Je l’accorde (Perera m’a soufflé le verbe), ça aurait pu être enregistré à Nagano comme à Paris ou à Calgary, et par d’autres musiciens en plus. Mais ne boudons pas ce plaisir allongé de tensions et d’aigus improvisés… car ils sont de spontanéité franche !



Nilan Perera, Bent Spoon Duo : - (Bug Incision)
Enregistrement : 25 avril 2010. Edition : 2014.
CDR : -
Pierre Cécile © Le son du grisli

midnighties with monty

Il faut croire que Dadge et Munro ont leur quartier au Weeds Cafe de NagaCalgary. Les voici enregistrés avec Cody Oliver, le 7 décembre 2011. Oliver, de quoi joue-t-il ? D’un violon ou d’une guitare lui aussi sûrement. Parce que, dans une veine Tony Conrad / AMM, la musique est plus mystérieuse, et peut être plus réussie… Alors pourquoi quelques lignes seulement ? Parce que la vie est faite de morceaux qui ne se joignent pas et qu’en plus il est des morceaux impossibles (pour moi) à raconter.



Midnighties : With Monty (Bug Incision)
Enregistrement : 7 décembre 2011. Edition : 2014
CDR : With Monty
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yusef Lateef, Celer, Thomas Ankersmit, Tomas Phillips, Bent Spoon Duo, Carl Ludwig Hübsch, Christoph Schiller, Stasis Duo

expeditsli

lateef

Yusef Lateef, Adam Rudolph : Towards the Unknown (Meta, 2010)
Towards the Unknown est la rencontre de deux multi instrumentistes (Adam Rudolph et Yusef Lateef) et aussi un hommage adressé par le premier au second. Malheureusement, Towards the Unknown est aussi un disque peu recommandable sur lequel de petits orchestres donnent sérieusement de la voix, du tambourin ou du synthétiseur. De bons sentiments évoluant en vase clos, donc : irrespirable. (gb)

celer

Celer : Dying Star (Dragon’s Eye Recordings, 2010)
Avec Dying Star de Celer (Will Long et Danielle Baquet-Long), les codes de l’écurie Dragon’s Eye Recordings sont respectés : on est ici dans une ambient diaphane. C’est délicat et ça se contente d’une note et de ses variantes automnales. Mais, le soleil de la pochette nous aveuglant, impossible d'y reconnaître la moindre identité. (pc)

ankersmit

Thomas Ankersmit : Live in Utrecht (Ash International, 2010)
Il aurait fallu assister à ce Live in Utrech de Thomas Ankersmit pour savoir d’où sortaient tous ces bruits (drones, chuintements, éructations, larsens, notes de synthés et des samples pour couronner le tout). Il aurait fallu assister à ce live pour connaître aussi notre réaction face à autant d’agressions (des représailles, peut-être ?). Mais pour calmer ses ardeurs et les nôtres, Ankersmit terminait sa prestation sur un air de folk : très bizarre et très acceptable tout ça. (pc)

phillips

Tomas Phillips : Quartet for Instruments (Humming Conch, 2010)
Le titre est simple et la musique est plutôt belle. Quartet for Instruments est une pièce de tendresse où un piano, une clarinette, un violoncelle et des traitements électroniques, se disputent des cauchemars éclairés à la bougie. On pense parfois à Michael Nyman ou à Taylor Deupree alors que l’œuvre est celle de Tomas Phillips. (hc)

bent

Bent Spoon Duo : Cover Prince (Bug Incision, 2010)
Sur Cover Prince, Chris Dadge (violon et guitare) et Scott Munro (violon et « partial trombone ») se frottent l’un à l’autre. Eloge du crin-crin et souffles courts pour tout panache, le duo démontre d’un je m’enfoutisme contagieux puisque l’auditeur finit par relativiser lui aussi. Trois applaudissements sur la fin du disque. (gb)


Hubschiller

Carl Ludwig Hübsch, Christoph Schiller : Giles U. (Another Timbre, 2010)
Sortis de Millefleurs, Christoph Schiller et Carl Ludwig Hübsch dialoguent à l'épinette et au tuba. Passé les premières craintes – notamment celle de voir le duo se satisfaire de la juxtaposition de souffles souffreteux et de cordes étouffées –, un système évolutif se met en place qui saura jouer des contrastes. Grâce à l'usage que Schiller fait de l'électricité et à la grave répartie d'Hübsch, Giles U. parvient à convaincre d’un bout à l’autre de ses sept mouvements. (gb)

stasis

Stasis Duo : - (L’innomable, 2010)
Après 3, Adam Sussman et Matt Earle continuent de donner dans les bruits blancs. Sur ce disque sans titre, ils travaillent le numérique un peu à la manière d’Ikeda si ce n’est en plus agressif. Leurs armes sont des larsens qui forment une œuvre trop clinique pour être honnête. (pc)

Commentaires [1] - Permalien [#]

Chris Dadge : The Tangled Woof of Fact (Bug Incision, 2009)

dadgesli

On entend dire de Chris Dadge qu'il est batteur et qu'il a joué avec quelques musiciens appréciés du grislisite (Mats Gustafsson ou Peter Evans). Bien. Mais quelle meilleure carte de visite que ces solos de batterie rassemblés sur The Tangled Woof of Fact ?

Le label canadien Bug Incision a édité cinquante exemplaires de cette carte de visite : les courts morceaux évoquent parfois des percussions africaines, parfois se contentent du rebond des baguettes sur les toms et leurs cadres. Assez souvent, la folie créatrice fait son oeuvre, rapidement, sèchement. Un genre d'exercices plus ou moins réussis parce que plus ou moins partageables. Sur la couverture du disque, on remarque un chantier de construction : des échaffaudages et des poutres et peut être la structure verticale qui accueillera un futur ascenseur : avant l'heure, l'auditeur le prend, monte et descend, descend et monte, selon l'inspiration de Chris Dadge.


Chris Dadge, The Tangled Woof of Fact (extrait). Courtesy of Bug Incision.

Chris Dadge : The Tangled Woof of Fact (Bug Incision)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01-09/ The Tangled Woof of Fact (1-9)
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>