Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Arvo Pärt : Babel (Col Legno, 2015)

arvo pärt babel

Le label Col Legno a demandé à Johannes Stecher, le directeur artistique de Babel, de raconter sa rencontre avec les garçons du Wiltener Sängerknaben. Nous lisons (sur internet à cette adresse) qu’il a fallu les « arracher » à leurs tablettes et à leurs iPads, les plonger dans Bach et Bruckner avant de les amener à Arvo Pärt. C’était la première répétition.

A la deuxième, les enfants et les jeunes adultes étaient plus concentrés. De répétition en répétition, ils ont appris à prendre en compte le silence, à ne pas cacher leur respiration… ce qui leur a permis de servir avec justesse cette musique céleste, plutôt que sacrée (ces psaumes et ces sermons peuvent perdre leur sens grâce à la musique), aérienne plutôt que céleste. Sur les neuf pièces de Babel, deux n’avaient jamais été enregistrées, Beatitudines et Drei Hitenkinder aus Fátima. Et c’est aussi la première fois que Pärt est interprété par un chœur de garçons. Avec ou sans l’orgue de Stecher, Babel est un disque de chant choral qui nous tire vers le haut et, comme d’habitude avec Pärt, nous ôte d’un grand poids.

Arvo Pärt : Babel (Col Legno)
Enregistrement : 2013-2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Magnificat 02/ Beatitudines 03/ Nunc Dimittis 04/ Drei Hirtenkinder aus Fátima 05/ The Deer’s Cry 06/ Da Pacem Domine 07/ An den Wassern zu Babel sassen wir und weinten 08/ Littlemore Tractus 09/ Vater unser
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Margrit Rieben : Brückengesang (Everest, 2010)

margritsli

Le Ponte 25 de Abril est un pont suspendu de Lisbonne qui a fortement impressionné la compositrice suisse Margrit Rieben. Elle lui a  même dédié un Brüchengesang que M+M, chœur de 36 personnes, a accepté d’entonner.

La chanson dure 46 minutes pendant lesquelles les femmes et les hommes se passent le relais sonore. On pense d’abord à un Stimmung moins abouti que le vrai avant de saisir que le chœur se soulève. Ses chanteurs font la ola et passent d’un ton à un autre pas à pas et avec précision. Ensuite, plus on avance dans la pièce et plus on constate que le pont se cabre. A un moment, il se couche même sur l’eau et les voix murmurent ce qu’aurait pu chanter l’inconnue du Tage juste avant de s’y jeter. Après un sursaut d’orgueil, les voix acceptent de couler : les unes après les autres, elles atteignent des profondeurs dont le fleuve lisboète n’avait jamais rêvé. Très belle expérience que ce chant de structure suspendue.

Margrit Rieben : Brückengesang (Everest Records)
Edition : 2010.
CD : 01-03/ Brüchengesang
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gavin Bryars : Silva Caledonia (GBR, 2009)

gavin bryars silva caledonia

Consacrant en moins de six minutes tout l’attachement de Gavin Bryars aux pays baltes, Silva Caledonia impose à l’Estonian National Male Choir, conduit par Kaspars Putnins, de souffler lentement le chaud et le froid.

Sur une sélection d’illustrations de textes tirés de l’œuvre de deux poètes écossais (Edwin Morgan et George Bruce), Bryars ne s’embarrasse pas de lyrisme suspect et soulève avec une mesure rare des voix qui lui font face : sur l’air d’un folklore suranné soudain redécouvert (Memento) ou de la seule composition n’étant pas de lui (O Oriens, signé Toivo Tulev), ou sur les soubresauts causés par un chœur scindé en deux camps s’affrontant au rythme de manœuvres lentes (The Summons).

S’il lui arrive évidemment d’évoquer la musique de Grieg ou celle d’Arvo Pärt, Silva Caledonia profite aussi de la singularité de son auteur : contrebassiste ayant confié ici son rôle d'intervenant à Daniel Nix sur Ian In The Broch, danse dissonante mêlée aux faux-espoirs d’un gloria sauvage donnée en guise de conclusion grandiose.

Gavin Bryars : Silva Caledonia
GBR / Codaex
Edition : 2009.
CD : 01/ Farewell to St. Petersburg 02/ Memento 03/ Silva Caledonia 04/ O Oriens 05/ The Summons 06/ Ian The Broch
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>