Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein, 2011)

colorlist_the_fastest_way_to_become_the_ocean

Il y a forcément une surprise, bonne ou mauvaise, lorsqu'on ne s'attend à rien de particulier. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un EP, un format souvent d'essai et de ratures. La surprise est ici excellente. La musique jouée par Colorlist (Charles Rumback,  batterie, synthétiseurs, électroniques & Charles Gorczynski, saxophones, harmonium, Monome) évoque tour à tour le world-jazz atmosphérique de Jan Garbarek (Light Conditions), les passacailles vocales de Moondog (What We Have Left) et les contrepoints calculés de Steve Reich (Nine Lives, sur lequel le guitariste Jeff Parker de Tortoise a été invité).

Colorlist nous offre ainsi un bain sonore bienfaiteur où les arpèges ensorcelants sont accompagnés de percussions pointillistes et de drones à l'harmonium. La sensiblerie et de la technicité font facilement sombrer ce type de mélopées. Colorist force le respect en accordant autant de place à la sensibilité et à la précision.

Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein)
Edition 2011.
LP : A1/ Light Conditions A2/ Nine Lives B1/ Coming into Sight bB2/ What We Have Left
Eric Deshayes © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>