Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Charles Brackeen: Worshippers Come Nigh (Silkheart - 2005)

brackeengrisli

Défenseur remarquable du premier free jazz new-yorkais, le saxophoniste Charles Brackeen aura édifié sa carrière sur un amas d’heures somptueuses et de zones d’ombre. Entre des collaborations avec Don Cherry, Charlie Haden ou Paul Motian, des silences se sont imposés, radicaux et étranges, jusqu’au retour en tant que leader, dans les années 1980, pour le compte du label Silkheart.

Aujourd’hui réédité, Worshippers Come Nigh est sans doute l’album le plus à même de prouver aux dubitatifs stoïques le talent excentrique de Brackeen. Aux côtés de musiciens accomplis, il mène un enregistrement iconoclaste, qui alterne les morceaux tourmentés et les motifs chatoyants.

Car, si c’est bien dans les vieux pots cubains qu’on fait la meilleure soupe exotique, Brackeen, en connaisseur, préfère les nectars. Ainsi, la langueur tropicale de Bannar assied un lyrisme confronté aux facéties du cornettiste Olu Dara, quand Cing Kong convie un Extrême Orient qui, d’évocation, devient prétexte aux phrases impeccables de solos distribués

Plusieurs fois, les thèmes sont joués à l’unisson. Histoire, sans doute, d’affirmer l’importance d’interprétations souvent bousculées : par des interventions échevelées (la contrebasse de Fred Hopkins sur Ible), ou par quelques décalages instrumentaux aux portes du free (Tiny Town). Dans les phases de concentration comme de dépression, l’ensemble est indéniablement porté par la batterie d’Andrew Cyrille. Discret et sophistiqué, il fait de ses interventions le liant efficace de l’entier enregistrement. Indéfectible, même : à la fois sage, ingénu et irrévérencieux, Worshippers Come Nigh se moque avec emphase de l’épreuve du temps. Jusqu’à la faire disparaître.

CD: 01/ Worshippers Come Nigh 02/ Bannar 03/ Tiny Town 04/ Ible 05/ Cing Kong 06/ News Stand (Take 1)

Charles Brackeen Quartet - Worshippers Come Nigh - 2005 (réédition) - Silkheart. Distribution orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>