Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : Sorcière, ma mère de Hanns Heinz Ewers & Nurse With WoundInterview de Quentin RolletEn librairie : Pop fin de siècle de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Charlemagne Palestine: A Sweet Quasimodo Between Black Vampire Butterflies for Maybeck (Cold Blue Music - 2007)

charlsliEnregistré au Maybeck Hall de Berkeley en janvier 2006, A Sweet Quasimodo… donne à entendre Charlemagne Palestine appliquer sa technique du Strumming derrière deux grands pianos.

En guise d’introduction, le musicien évoque sa jeunesse californienne et chante une ritournelle angoissée, rituel précédant l’improvisation longue (40 minutes). Là, il déploie un univers sonore bâti sur un couple de notes, brute et répété, complété peu à peu par les effets de l’usage d’autres touches, volontés interférentes et développantes.

Décidant de pauses dans son exécution, Palestine accentue à intervalles réguliers une pièce déjà polyrythmique. Charges grandioses et silences apaisants alternent alors, bousculés, et arrangent les couleurs différentes de l’improvisation. Ample, voire emphatique, elle prend les airs d’un minimalisme d’âge mûr, autrement dit, débordant.

CD: 01/ A Sweet Quasimodo Between Black Vampire Butterflies for Maybeck

Charlemagne Palestine - A Sweet Quasimodo Between Black Vampire Butterflies for Maybeck - 2007 - Cold Blue Music. Distribution Orkhêstra International.



Charlemagne Palestine, Tony Conrad: An Aural Symbiotic Mystery (Sub Rosa - 2006)

charlsliRéunis en 2005 au Théâtre Marcelis de Bruxelles, deux figures de la musique minimaliste – Charlemagne Palestine et le violoniste Tony Conrad – improvisent une pièce longue et inquiète, remplie d’obsessions heureusement inépuisables.

Amoncellement déraillant de nappes de claviers, de pizzicatos ou d’interventions à l’archet et d’une voix maltraitée, l’improvisation se veut opaque jusqu’à l’apparition de deux notes répétées de piano, Palestine égrenant ensuite un accord établi à partir de l’addition des drones. Amené à saturer pour mieux se faire entendre, Conrad complète les efforts que son partenaire destine à l’élaboration d’une gestuelle musicale autant que votive.

Plaintes tordues et invocations schlass, qui courent derrière un condensé élégant des musiques pour lesquelles les deux hommes auront déjà œuvré – Dream Music et Streeming Music, bruitismes élégiaques ou martelés - et de leurs influences – raga indien, sérialisme. Courent, jusqu’à l’atteindre.

CD: 01/ An Aural Symbiotic Mystery

Charlemagne Palestine, Tony Conrad - An Aural Symbiotic Mystery - Sub Rosa. Distribution Orkhêstra International.


Commentaires sur