Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

The Penguin Guide to Jazz Recordings, Eighth edition (Penguin Book - 2006)

penguingrisli

Lancé en 1992, The Penguin Guide to Jazz on CD est devenu, 14 ans et 7 éditions plus tard, The Penguin Guide to Jazz Recordings. Signé, toujours, Morton et Cook, la huitième édition donne à lire plus de 1500 pages de chroniques ramassées traitant d’enregistrements plus ou moins recommandables, l’important étant qu’ils soient, le plus simplement du monde, encore disponibles.

Chefs d’œuvres et ratés, rééditions ou sorties récentes, se plient ainsi à l’évaluation personnelle des auteurs. Envisagé comme un dictionnaire des noms propres, le guide distribue ses commentaires et ses notes (de 1 – autrement intitulé « Confiscate their instrument » – à 4 étoiles) le long de discographies sélectives élaborées drastiquement. Pour davantage de pragmatisme dans la description de la chose, voici comment le tout s’organise : après avoir donné le nom et le prénom du musicien concerné, sont révélées sans tenir compte des plus évidents usages de coquetterie ou de droit au mystère les dates de naissance et de décès (si jamais) et la liste des instruments pratiqués. Suit une courte biographie, avant que ne soit entamée la liste des disques retenus. Sous chacun des titres, le nom des musiciens intervenants, la date d’enregistrement, la référence au catalogue, et puis la chronique. Adoptant un style direct, le duo emploie la première personne du pluriel, n’adopte aucune pose intellectualiste et fait usage d’un humour certain. Admettant une totale subjectivité, Cook et Morton insistent assez pour ne jamais paraître présomptueux, acceptant de faire avec les limites d’un exercice à qui on aura refusé le recours à une neutralité de bon ton.

En guise de complément utile, les auteurs conseillent aussi au lecteur pressé ou en manque évident de moyens - puisque, n’en déplaise à l’image répandue, tout amateur de jazz n’est pas forcément quinquagénaire banquier ou arriviste plus jeune né pour engranger maille et, aidé par l’effet de trois cocktails tequila / curaçao servi au bar du Lounge Paname, tresser une couronne à l’inventeur de la trompette, instrument sans lequel il ne pourrait supporter ce monde d’argent et d’apparences - une liste de 200 disques prioritaires se rapportant aux œuvres des grandes figures du milieu. C’est que Cook et Morton n’auront pas été effrayés de penser leur guide en tant qu’honnête introduction à l’histoire du jazz dans le même temps qu’ils ont su fabriquer un outil de choix pour tout amateur éclairé un peu plus (présence plus que significative, par exemple, de musiciens s’adonnant à une improvisation que d’autres ont depuis longtemps expulsée du champ du jazz, lui soupçonnant, diagnostiqueurs sûrs de leur fait, une dégénérescence de type onaniste).

Au catalogue des nouveautés, enfin, saluer l’apparition d’un index qui manquait jusque là pour applaudir tout à fait au fond et à la forme d’un ouvrage aussi imposant qu’essentiel.

R.M. Cook & B. Morton: The Penguin Guide to Jazz Recordings, Eighth edition, NYC, Penguin Book, 2006.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>