Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Prants : Hot Shaker Meet Lead Donut (Notice, 2014)

prants hot skaker meet lead donut

Bhob Rainey & Chris Cooper ont des têtes bien pleines et donc des univers bien fournis. Leur addition dans Prants n’en est donc pas une mais plutôt une multiplication.

Une multiplication d’effets et d’expérimentations et en plus une diversité de points de vue… Du fer qui grince ou qui feedbaque, des cloches qui battent à la volée (et par deux fois, vain dieu), des electronics qui secouent tout le reste de l’ensemble chosé, des objets qui concrétisent des mélodies abstraites… C’est fou ce qu’une tape peut contenir, et tape encore, ce n’est pas fini…

Car Prants invite sur la face B des instruments à cordes (par ordre d’apparition sur la jaquette : harpes de Mary Lattimore et Jesse Sparhawk, violon de June Bender, violoncelle d’Eric Coyne & contrebasse de Matt Stein). Et voici leurs univers bien bousculés et leurs têtes bien pleines qui chavirent… et les nôtres avec (vous attendiez-vous à cette puissante et incitative conclusion ?).

Prants : Hot Shaker Meet Lead Donut (Notice Recordings)
Edition : 2014.
K7 : A/ Vapor Viper B/ Igotu Otius
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Duane Pitre : Bridges (Important, 2013)

duane pitre bridges

Quatrième album Important pour Duane Pitre (deux collaborations avec Pilotram Ensemble & Eleh et deux solos), Bridges apportera de l’eau au moulin du meunier perdu, et ravi de l’être, parmi les étiquettes (ambient molle ? psyché flippée ? folk tordu ?).

Ravi, oui, parce que les « ponts » que Pitre a bâtis relient le drone pour lequel le garçon a un sérieux penchant à la musique de chambre, mais aussi le zen à la tarabiscote pop. En lieu et place de truelle, Pitre utilise en plus d’électronique d’exotiques petits instruments à cordes – japonisme aidant, voilà que le cümbüş, l’ukelin et la mandoline se rêvent en koto, en shamisen, en biwa... – et ne refuse pas qu’on lui prête main forte (Oliver Barrett au violoncelle et Bhob Rainey au saxophone soprano). Et voilà maintenant que ce n’est plus les styles que Duane Pitre rapproche, mais toutes les traditions musicales de l’Orient et de l’Occident !

Duane Pitre : Bridges (Important)
Enregistrement : 2012. Edition : 2013.
CD : 01/ Bridges : Earth/Ember/Serpent 02/ Bridges: Cup/Aether/Crane
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Chris Cogburn, Bonnie Jones, Bhob Rainey : Arena Ladridos (Another Timbre, 2010)

arenagrislidosLe point commun entre Bhob Rainey (saxophone soprano), Bonnie Jones (electronics) et Chris Cogburn (percussions), est connu maintenant. C’est Arena Ladridos, une perle de musique électroacoustique éclose dans le désert texan. Une rose des sables dont le cœur bat et respire.

Une note (le soprano) se disperse sur Govalle. Des reflets de métal (les percussions) se la renvoient, des bips réguliers (l’électronique) annoncent qu’elle respire encore. A la fin, les trois ne font plus qu’un et Govalle est fait de trois (l’opération est d’une belle envergure).

Du paysage infini sortent après cela des serpents : ils rampent sur la surface de Marfa. Leur vie de synthèse respecte les codes sonores du genre improvisé endogène très actif aujourd’hui. Le plus pour Arena Ladridos est le dépaysement qu’il propose.

Chris Cogburn, Bonnie Jones, Rhob Rainey : Arena Ladridos (Another Timbre / Metamkine)
Enregistrement : 2010. Edition : 2010.
CD : 01/ Govalle 02/ Marfa
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Nmperign : Ommatidia (Intransitive, 2009)

Nmgrislim

Sur Ommatidia, la paire Greg Kelley (trompette) / Bhob Rainey (saxophone soprano) improvise pour la première fois en studio. Le label Intranstive, qui a déjà sorti deux disques de Nmperign, ne cache pas sa satisfaction d’avoir produit l’exception d’une discographie déjà conséquente, dans laquelle ont pu intervenir en invités des musiciens tels que Günter Müller, Andrea Neumann ou Axel Dörner.

Le décors réductionniste planté, parler de l’allure de l’exception : dans laquelle s’ébattent – poussés par une palette d’effets – des souffles longs en structures coudées ou dans laquelle se bousculent de micro compositions bruitistes nées de l’usage expérimental et souvent perturbé que l’on fait ici des instruments. Malgré les multiples façons qu’ils trouvent à dire, Kelley et Rainey élaborent un ouvrage cohérent fait d’éléments sonores complexes et de moments d’insistances sur lesquels le duo agit en répétitif lent. Le dernier de ceux-là finissant en vociférations qui concluent Ommatidia, disque né du passage réussi de Nmperign en studio.

Nmperign : Ommatidia (Intransitive / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ Glass 02/ Variation II 03/ Prey 04/ Fault 05/ Variation V 06/ Dalton
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>