Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Vinny Golia : The Ethnic Project (Kadima Collective, 2012)

vinny golia the ethnic project

Pour goûter les rencontres de Vinny Golia avec des contrebassistes – d'Haunting the Spirits Inside Them... (Music & Arts, 1992) à Mythology (Kadima Collective, 2000) en passant par 11 Reasons to Begin (Music & Arts, 1996) –, comment être déçu par The Ethnic Project, qui donne à l’entendre souffler en instruments exotiques (danso, moxeneo, kaval, ganzi, zurla, nokhan, tarogato, hulusi…) aux côtés de Joëlle LéandreLisa Mezzacappa, Barre Phillips et Bertram Turetzky ?

Déstructurations ludiques ou paysages miniatures avec Philipps, batailles prestes ou recherches sonores avec Léandre, délicats pas de deux ou chant de la terre avec Mezzacappa, harmonies rares et opposition féroces avec Turetzky – qui va de coups d’archet saillant en claques magistrales –, voilà les manières qu’a Golia de faire sien l’instrument rare. En conclusion, il joue seul et enregistre sur plusieurs plages des cornemuses écossaises en hommage à Paul Dunmall. De quoi revoir toute définition de l'ethnique.   

Vinny Golia : The Ethnic Project (Kadima Collective)
CD : 01/ Viba2 02/ Vibe6 03/ Vijo1 04/ Vili4 05/ Vibe5 06/ Viba4 07/ Vijo3 08/ Vili5 09/ Viba6 10/ Vili7 11/ Vibe1 12/ Vibe4 13/ Vijo2 14/ Viba5 15/ Bonus Track (dedicated to Paul Dunmall)
Enregistrement : 2011/ Edition : 2011.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Deep Tones for Peace : Sonic Brotherhood (Kadima, 2011)

deepgrisliforpeace

Deuxième livraison de Deep Tones for Peace, rassemblement de contrebassistes et compositeurs œuvrant pour la paix au Moyen-Orient.

Débutée par Menada, œuvre de la compositrice bulgare Julia Tsenova, interprétée ici par sa compatriote Irina-Kalina Goudeva, et terminée par le si large archet de Barre Phillips, Sonic Brotherhood propulse quelques dignes éclats. Ainsi, en trois reprises, les cinq contrebassistes réunis ressusciteront quelques glissendis à l’essence toute ligetienne ; le duo Mark Dresser JC Jones sera vif et concis ; Bert Turetzky et Barre Phillips, au plus près du son, animeront quelques hautes plaintes ; Irina-Kalina Goudeva et Bert Turetzky étireront leur archet jusqu’à la rupture ; Barre Phillips et JC Jones, fraternels et unis, seront âpres roulis et doux ressacs. Quant à Mark Dresser, en solitaire, il sera puissance, rondeur et virtuosité. Presque aussi indispensable que le premier Deep Tones for Peace.

Deep Tones for Peace : Sonic Brotherhood (Kadima Collective / Metamkine)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/Menada 02/ Dresser-Jones 03/ DFTP I 04/ Turetzky-Phillips 05/ DTFP II 06/ Goudeva-Turetzky 07/ Phillips-Jones 08/ Dresser 09/ DTFP III 10/ Phillips
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Bertram Turetzky, Vinny Golia : The San Diego Session (Kadima, 2009)

sangrislisession

Si les volutes du polysouffleur Vinny Golia – il change ici d’instrument pour chaque pièce – m’avaient jusqu’alors (certes dans d’autres contextes) plutôt agacé, je n’avais encore jamais pris connaissance de ses travaux avec le contrebassiste Bertram Turetzky (pourtant abondamment documentés par le label Nine Winds)…

Sa fréquentation, et en duo et déjà chez Kadima, des cordes de Kowald ou de Dresser, laissait penser que le saxophoniste trouvait à ce type d’association un attrait particulier… qu’on peine à partager en écoutant cette session de studio.

De flûte persane en clarinette contrebasse et de sheng en soprillo (ce cousin du saxophone sopranino a tout du moustique à trilles), c’est toute la panoplie de Golia qui est passée en revue, bourdonnante, agitée ou pesamment réfléchie, n’aboutissant qu’à détourner l’attention au profit de la somptueuse basse de Turetzky. Ce personnage omniprésent dans maints domaines contemporains (et qu’on aura repéré en Europe par exemple dans le dernier disque en date du King Übü Orchestrü) régale, sur la plupart de ces morceaux, par son jeu impeccable, et c’est lui qu’on écoutera, en espérant que la présence de George Lewis aux côtés des deux hommes, sur un récent enregistrement pour le label israélien (Triangulation II, après un premier volume chez Nine Winds), modifie la donne.

Bertram Turetzky, Vinny Golia : The San Diego Session (Kadima / Instant Jazz)
Edition : 2009.
CD : 01/ Confucian Conundrum 02/ That One ! 03/ Reading Rumi 04/ Meditations and rayers 05/ My Lady Nancy’s Dompe 06/ The Tzadik Dances 07/ Il Italiano in Turco 08/ Phantasma-goria
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>