Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Byard Lancaster: Ancestral Link Hotel (CIMP - 2006)

byardgrisliFreejazzman  actif  dans les  années 1960  aux côtés de Sunny Murray ou Bill Dixon, le saxophoniste Byard Lancaster a toujours su éviter l’écueil de la théorie ressassée jusqu’à perte d’acuité. Indiscipliné, son jazz se sera frotté au funk autant qu’au folklore jamaïcain ; aura aussi subi quelques incartades punks. Pour mieux revenir, aujourd’hui, à l’endroit où tout a commencé.

Vu de l’Ancestral Link Hotel, l’horizon est africain. La voix de Lancaster alterne avec le jeu d’une flûte rudimentaire sur les percussions sagement déposées par Harold E. Smith – partenaire historique de
Joe McPhee – et les allées et venues d’archets, sur les contrebasses d’Ed Crockett et Bert Harris. Un peu à la manière de l'Art Ensemble, le groupe installe une impression sensible relevée par les interventions de cloches et de sifflets.

Ensuite, viennent les conséquences: blues obligé (Slow Blues in G), hard bop subtil (Milestones), ballade précipitée par un swing convaincant (Killer Joe), ou free jazz affirmé encore et toujours aussi élégamment, au soprano (Searching) ou à l’alto (sur le ludique et efficace Holy Buddy). Terminant le concert par un solo dense, Byard Lancaster aura ainsi naturellement réinventé l’intégralité de ses classiques.

CD: 01/ Ancestral Link Hotel 02/ Holy Buddy 03/ Slow Blues in G 04/ Milestones 05/ Killer Joe 06/ Searching 07/ You Decide

Byard Lancaster Quartet - Ancestral Link Hotel - 2006 - CIMP Records. Distribution Impro Jazz.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>