Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Bernard Santacruz: Lenox Avenue (Rude Awakening - 2008)

grislisantacruz

Depuis Oscar Pettiford, la contrebasse a vu défiler une série de têtes emblématiques – de Mingus à William Parker en passant par Peter Kowald, Barre Phillips et Joëlle Léandre – qui auraient pu refroidir les ardeurs de contrebassistes neufs pour qui se contenter d’une place établie en section rythmique semblait difficile.

L’exercice du solo, d’être pourtant encore investi régulièrement, sous couvert d’expériences (pour Fred Lonberg-Holm ou, récemment, John Eckhardt) ou de laisser-aller à quelques figures libres, comme c’est le cas pour Bernard Santacruz. Sur Lenox Avenue, celui-ci passe quarante minutes durant de gimmicks incertains en propositions mélodiques timides, d’évocations baroques en grattements récréatifs, d’impressions atmosphériques en confessions d’archet récalcitrant. Plus inspiré quand il navigue à vue que lorsqu’il s’impose un cadre formaté, Santacruz parvient à faire de Lenox Avenue l'exposé convaincant d'une pratique instrumentale changeante et heureuse. 

CD: 01/ Lenox Avenue 02/ Nadja S. 03/ Koniec 04/ Nanna d'amore 05/ Léo S. 06/ Frank L. 07/ Boni 08/ Hami S. 09/ Dance 10/ Fugue 11/ Alice S. 12/ White Horses >>> Bernard Santacruz - Lenox Avenue - 2008 - Rude Awakening.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>