Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Mem1 : +1 (Interval, 2009)

1grisli

Alter ego de la doublette Mark et Laura Cetilia, le premier à l’électronique, la seconde au violoncelle, Mem1 invite neuf amis – un(e) par track – sur  ce +1, des plus familiers (Jan Jelinek, Frank Bretschneider) aux moins fréquentés (Kadet Kuhne, anyone ?). Traitées au travers d’un prisme digitalisé, les sonorités du violoncelle épousent, malgré les apparentes similitudes, des contours très différents de ceux imaginés par Machinefabriek et Aaron Martin. Là où nous avions laissé l’électronicien néerlandais splendidement manipuler une vision néo-classique de l’instrument, le duo américain s’inscrit davantage dans une lignée ambient, heureusement toute personnelle.

Tel un Wolfgang Voigt grinçant expérimentant le minimalisme, Jan Jelinek attire l’attention par une discrète présence qui, paradoxalement, donne tout son sel au morceau qui porte son nom (comme celui de chaque collaborateur, du reste). Ailleurs, quelques sons épars détalés de chez Colleen inspirent un glissando stridant sur un Ido Govrin qui prend une belle ampleur lento, seconde après seconde, tandis que les atmosphères quasi-mystiques du trio Area C s’intègrent tout naturellement au projet. Moins convaincante, voire franchement ennuyeuse (tout comme Jen Boyd) est le mariage Mem1 - RS-232, encore que sa conclusion dark ambient finit par embaumer le cadavre de Svarte Greiner (par ailleurs, auteur de la pochette). Toujours classe et impeccable, la techno minimale, beats ultra-discrets included, de Frank Bretschneider s’impègne d’une humeur à la croisée de l’aéronautique et du cardiaque, elle est subtilement en contraste avec les chiffonnages numérisés de Kadet Kuhne dont émerge un violoncelle davantage présent. Pleinement dans l’envie d’une lenteur captivante au fil du temps et des écoutes, l’album se conclut sur deux titres (Jeremy Drake et Steve Roden) en plein dans le ton du projet, mélange d’instincts où l’harmonie remporte une victoire nette et sans bavures sur le chaos et la soumission.

Mem1 : +1 (Interval Recordings / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ + Jan Jelinek 02/ + Ido Govrin 03/ + Area C 04/ + RS-232 05/ + Frank Bretschneider 06/ The Sketch 07/ + Jen Boyd 08/ + Jeremy Drake 09/ + Steve Roden
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Area C: Haunt (Last Visible Dog - 2007)

areagrisliA coups de farfisas, guitares et boîtes à rythmes, Erik Carlson et Jeff Knoch - soit : Area C - élèvent un grand disque de pop sous influences expérimentales.

C’est aux minimalistes américains que le duo fait le plus souvent référence : dès Outside the Flaming Body, sur lequel les orgues imposent leurs cercles envoûtants, ou sur Circle Attractor, Part II, plus discret, qui rappelle un Terry Riley parti en terre indienne à la recherche de l’hypnose.

Ailleurs, Area C taille au couteau un rythme sur le drone tremblant de Names of Places, donne dans une pop gentille avec Circle Attractor, Part I ou estime, à la suite de Fennesz, l’intensité de digressions parasites à appliquer à Haunt. Plus décevant sur Star Names, Carlson et Knoch ne s’en seront pas moins montré pertinents, à la hauteur d’influences hautes et capables de singularité encourageante.

CD: 01/ Outside the Flaming Body 02/ Haunt 03/ Star Names 04/ Names of Places 05/ Circle Attractor, Part I 06/ Circle Attractor, Part II

Area C - Haunt - 2007 - Last Visible Dog.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>