Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

AUM Grand Ensemble : Silere (Onze Heures Onze, 2014)

aum grand ensemble silere

Il est des orchestres que l’on ignore et des disques qui attendent longtemps qu’on leur accorde du temps… C’est le cas de l’AUM Grand Ensemble (de Julien Pontvianne) et de Silere, un orchestre et un disque que je n’attendais pas.

Derrière une citation de Walden et des dessins de Yuko Higaki (voilà pour les trois volets du digipack) il y a treize musiciens dirigés par un quatorzième, Dylan Corlay.  Tous inconnus de moi. Et alors ? J’écoute et je tombe sur une grande composition électroacoustique, peut-être inégale (je pense à la quatrième partie de Silere, intitulée justement Walden, qui verse légèrement dans la comédie musicale) mais le plus souvent stupéfiante.

Prenons les guitares électriques (guitares basses ou guitares guitares), par exemple, leurs accords pincés sur l’aphonie des clarinettes ou leurs battements. Prenons évidemment la douce voix d’Anne-Marie Jean, qui dit des mots, leur tire dessus jusqu’à ce qu’ils donnent l’impression de ne pas sortir de sa bouche. Des mots qu’elle ne dit pas : « toys » ? « before » ? « noiseless » ?

Prenons les (oui, « les ») vibraphones, qui tapent en boucle, les embouteillages mélodiques, les sautes d’humeur… Comme si l’on entendait Mark Hollis commenter une partie d’échecs qui opposerait Steve Reich à AMM. Bref, pour conclure plus classiquement, c’est beau comme du Mozart qu’on étouffe !

AUM Grand Ensemble : Silere (Onze Heures Onze)
Edition : 2014
CD : 01-06/ Part 1 – Part 6
Pierre Cécile © Le son du grisli

andré_salmon_léon_léhautier

Commentaires [0] - Permalien [#]

>