Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

André Cormier, Markus Kreul : Zwischen Den Wolken (Redshift, 2014)

andré cormier markus kreul zwischen den wolken

Les influences de John Cage et de Morton Feldman sont intarissables. Prenons par exemple cette pièce pour piano du Canadien André Cormier (qui était l’un des 31 compositeurs des miniatures du Quatuor Bozzini). Ils donnent l’impression de composer encore. J’entends par là, « encore aujourd’hui ». De composer malgré tout. Comme si, installés dans les nuages de la pochette et du livret du CD, ils jouaient aux échecs et que leurs coups sonnaient sous les doigts du pianiste Markus Kreul.  

Des duos d’accords réduits se succèdent et, dans cette succession, le silence de la réflexion prend plus ou moins de place. C’est selon le moment. Il leur faut trouver un équilibre juste. Quand ils le trouvent alors ils se maintiennent, se soutiennent, et quand ils ne le trouvent pas ils s’abattent d’un côté ou de l’autre du clavier. Comme chez les deux compositeurs américains, l’intonation varie et garantit presque à elle seule tout les changements de la composition. Bien sûr, c’est très influencé. Mais l’écoute de Zwischen Den Wolken a déjà ce mérite de nous donner des nouvelles de deux influences que nous, musiciens ou non musiciens, subissons tous.



André Cormier, Markus Kreul : Zwischen Den Wolken (Redshift / Centre de Musique Canadienne)
Edition : 2014.
CD : 01/ Zwischen Den Wolken
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>