Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Agnès Palier, Olivier Toulemonde : Crickstraat (FF HHH, 2010)

grislistaat

C’est par le biais de Rocca (Creative Sources, 2005), que l’on avait découvert l’activité commune des deux Français Agnès Palier (voix) et Olivier Toulemonde (objets acoustiques). Si le duo œuvre également aux côtés du saxophoniste Jack Wright, leur partenariat atteint une plénitude sans équivoque comme l’attestent les quatre pistes de ce nouvel album. Le chant consiste en murmures, grognements, souffles rauques et aigus. Un registre abstrait et pourtant sensible qui répond à merveille aux sons étranges obtenus par Toulemonde à l’aide de son attirail : une table sur des tréteaux, des fouets de cuisine, des bols, des billes, un archet, des pinces…

On ressent une grande qualité d’écoute de la part des deux musiciens qui parviennent à créer une matière mouvante quasi organique. Aucun ne prend le pas sur l’autre, tant ils sont au service d’une poésie du bruit basée sur la retenue, la concentration et l’efficacité du geste. Parfois, un objet chute, de manière délibérée ou pas, cela importe peu, et fait s’immiscer une notion indispensable d’accident et de respiration dans un continuum musical vivant.

Agnès Palier et Olivier Toulemonde : Crickxstraat (FF HHH)
Enregistrement : 2009. Edition : 2010.
CD-R : 01/ 02/
Jean Dezert © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Millefleurs : Millefleurs (Creative Sources, 2009)

millegrislis

Depuis 1999, Christoph Schiller dirige l’ensemble vocal Millefleurs. Celui-ci comprend en ses rangs aussi bien des amateurs que des musiciens habitués des scènes de l’improvisation comme Carl Ludwig Hübsch ou Agnès Palier. Il s’agit du premier opus d’un groupe que l’on devine fascinant sur scène. Son nom renvoie aux tapisseries médiévales dont le fond est parsemé de petites fleurs. Ces dernières correspondraient aux sons émis par chacun des musiciens ; le fond, au tout formé par ces efforts individuels.

Chaque morceau, baptisé d’après une fleur, résulte ainsi d’une improvisation libre. Si le concept est proche de celui mis en place par Phil Minton avec son Feral Choir, le résultat s’en éloigne par l’absence d’un conducteur, une rythmique moins affirmée et des ambiances plus abstraites. Il y a comme une retenue dans l’expression des chanteurs qui les empêche de tomber dans la cacophonie. D’ailleurs, il est rare d’entendre plus que quelques-uns des douze improvisateurs en même temps. L’inquiétante étrangeté qui se dégage de leurs chuchotements, trilles ou cris étranglés, est suffisamment captivante pour faire oublier la durée d’un album parfois un peu long. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter Passiflora incarnata et de se laisser glacer par un chœur nocturne et incantatoire.

Millefleurs : Millefleurs (Creative Sources)
Enregistrement : janvier-février 2009. Edition : 2009.
CD : 01/ galanthus nivalis 02/ cypripedium calceolus 03/ ononis spinosa 04/ rhinanthus minor 05/ cardamine pratensis 06/ passiflora incarnata 07/ lamium album 08/ saxifraga aizoon 09/ pulsatilla vulgaris 10/ maianthemum bifolium 11/ linnea borealis 12/ arum maculatum.
Jean Dezert © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>