Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Garrison Fewell : Sound Particle 47 (Creative Nation Music, 2010)

soundnationgrisli

Parmi les neuf musiciens que compte le changeant Variable Density Sound Orchestra de Garrison Fewell, on trouve sur Sound Particle 47 Roy Campbell, Steve Swell, Achille Succi ou encore John Voigt.

Après avoir ravivé le transport lent qui inspira déjà sa « première communion » avec ses partenaires, le guitariste compose des pièces dont l’équilibre est toujours d’une précarité irrésistible. Au gré d’interventions libres ou commandées, les musiciens font œuvre cohérente de références multiples : brouillons charmants de marche et de post-bop construisent ainsi de subtiles paysages flottants. 

Pour ce qui est des cordes, un duo avec Eric Hofbauer sur l’Afro Danish Form Six de John Tchicai permet à Fewell d’instaurer un premier sas de décompression – Swell et Campbell se chargeront d’en ouvrir un second sur un Conspiring in Your Favor aux souffles mesurés. Enfin, à la manière de Butch Morris dont il reprenait hier Namthini’s Shadow, le Variable Density Sound Orchestra façonne Long Distance Unity – composition signée Fewell / Tchicai –, conclusion vaporeuse d’un ouvrage obnubilé par la musique des sphères.


Variable Density Sound Orchestra, Requiem for a Consequence. Courtesy of CNM.

Garrison Fewell Variable Density Sound Orchestra : Sound Particle 47 (Creative Nation Music)
Edition : 2010.
CD : 01/ Terra Firma, Terra Incognita 02/ Variable Density #1 03/ Fanfare For Wisdom 04/ Requiem for a Consequence 05/ Afro Danish Form 6 06/ Betty’s Bounce 07/ Conspiring in Your Favor 08/ Sound Particle 47 09/  Variable Density #2 10/ Long Distance Unity
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Garrison Fewell : Variable Density Sound Orchestra (Creative Nation, 2009)

creativegrisliorchestra

A la tête d’un Variable Density Sound Orchestra – à vrai dire sextette, le plus souvent – qui donnera son nom à son premier enregistrement, le guitariste Garrison Fewell profite de la présence de Roy Campbell pour imposer enfin ses vues en leader.

 

Jusqu’ici musicien surtout efficient aux côtés de John Tchicai, Fewell trouve un terrain d’entente à ses intérêts divergents pour la composition et l’improvisation sur neuf de ses thèmes et un autre de Butch Morris : Namthini’s Shadow, qui conclut le disque. D’interventions rangées par couches qui offrent de grandes libertés à Campbell et au saxophoniste et clarinettiste Achille Succi (Spectronomous, ou l’irrésistible Venus), Fewell passe à la défense de refrains qu’il développe avec minutie et patience (Olorun Song).

 

Indolent, le transport n’est que plus décisif : Campbell abandonnant la trompette pour la flûte le temps d’une exploration peu amène en terres d’Avant Aria ; alto sensible de Succi sur l’ondoyant Red Pyramid, qui rappelle par sa souplesse et son abondance l’Akhenaten Suite du trompettiste, pour le battre bientôt en qualités. L’ensemble, conduit avec adresse, ne faiblit pas une fois, et redit à chaque écoute sa nature rare (tous mots pesés). 

 

Garrison Fewell : Variable Density Sound Orchestra (Creative Nation Music)
Edition : 2009.
CD : 01/ Spectronomous 02/ Olorun Song 03/ Ayleristic 04/ Fragment Alignment 05/ The Red Pyramid 06/ Venus 07/ Descent From Orbit 08/ Avant Aria 09/ Calculations At Yaxchilàn 10/ Namthini’s Shadow
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jürg Wickihalder: Furioso (Intakt - 2009)

Jurgsli

Partenaire d’Irène Schweizer et membre échappé de Billiger Bauer, le saxophoniste Jürg Wickihalder emmène aujourd’hui son Overseas Quartet au rythme de Furioso.

Avant toute chose, scelle, auprès de Mark et Kevin Zubek (contrebasse et batterie), son entente avec le clarinettiste et saxophoniste Achille Succi : sur un swing irréprochable, le duo atteste de pratiques délurées élevées au son de grandes figures des instruments qu’il emploie (Steve Lacy pour le soprano, Eric Dolphy pour la clarinette basse)  et consigne quelques entrelacs aussi élégants que vigoureux sur l’allure d’un jazz primesautier (qui est le terme exact) avide d’unissons autant que de dérapages.

Manquant quelques fois de se faire ravir par un excès de sensibilité (début de Desert Voices ou thème indigeste de Lovers), le savoir-faire de compositeur de Jürg Wickihalder donne le jour à quelques pièces de choix – Warm-up Party ou Autumn Child – qui trouvent sans peine leur place auprès de deux reprises : Four in One et Played Twice, de Thelonious Monk. Les influences indépassables, la pratique assise, et puis l’inspiration.

CD: 01/ Warm-up Party 02/ The Pocket Trumpet Man 03/ Desert Voices 04/ Lovers 05/ Four in One 06/ The Valley 07/ Surfing and Flying 08/ The Moonwalk 09/ Played Twice 10/ Autumn Child >>> Jürg Wickihalder Overseas Quartet - Furioso - 2009 - Intakt Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>