Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

ANBB : Ret Marut Handshake (Raster Noton, 2010)

angrislibb

Tout bien réfléchi, la collaboration entre  alva noto / Carsten Nicolai et Blixa Bargeld fait partie de l’ordre naturel des choses – tels les deux pôles d’un même globe tournoyant autour d’un axe Berlin-Chemnitz.

Admirable créateur de beats qui assèchent les marais pour mieux donner l’envie putride de secouer les muqueuses, le co-boss du label Raster-Noton n’est pas à son coup d’essai en matière de duo incandescent. Un coup dans le rétro, pas trop loin ? Mais oui, vous y êtes, c’était en 2008, année de sortie de l’importantissime unitxt (notre incontestable album de cette année-là). Et qui trouvait-on au micro aux côtés de M. Nicolai ? Le poète français Anne-James Chaton et son timbre grave, au flow inimitable récitant des billets d’avion et des numéros de cartes de crédit trouvés dans la poche de l’homme de l’ex-Karl-Marx-Stadt.

Figure éminente du Kreuzberg des années 80 à l’ouest du Mur jusqu’aux scènes internationales de notre temps (des sold out réguliers à l’Ancienne Belgique de Bruxelles, par exemple), Blixa Bargeld préside aux commandes d’Einstürzende Neubauten avec une telle régularité dans l’exigence sonore que son seul nom est devenu synonyme de légende. Auteur de morceaux de bravoure inégalés, quel que soit le côté du Rhin – citons en vrac des titres tels que Meine Seele Brennt ou Halber Mensch – le spoken word du Berlinois prend évidemment toute sa place revendicatrice aux côtés de la pyromanie technoïde d’alva noto.

Réellement impressionnant de diversité, le maxi-45 T (oh, doux terme vintage) Ret Manut Handshake explore diverses facettes d’une musique made in Germany anno 2010. Abordant l’allemand ou l’anglais – dont une reprise terrrrrrrible de l’air traditionnel américain I Wish I Was A Mole In The GroundNicolai et Bargeld témoignent d’une formidable complicité tout au long des cinq titres. Qu’il s’agisse d’une construction autour d’un squelette techno (le morceau-titre), ou d’une mélopée néo-classique aux inquiétants contours electronica (Bernsteinzimmer), les dimensions hors-normes du projet le rendent dès aujourd’hui pleinement indispensable.

ANBB : Ret Marut Handshake (Raster-Noton / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01/ Ret Marut Handshake 02/ One 03/ Electricity Is Fiction 04/ Bernsteinzimmer 05/ I Wish I Was A Mole In The Ground
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>