Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Eric Hofbauer : Prehistoric Jazz – Volumes 1 & 2 (CNM, 2014)

eric hofbauer prehistoric jazz 1 & 2

Toute musique étant jazzifiable, Le Sacre du Printemps l’est donc aussi. Et c’est ce que le guitariste bostonien Eric Hofbauer tente aujourd’hui. Prenant source sur la boutade (?!) de Bernstein qui conseillait au timbalier de l’orchestre de jouer un jazz préhistorique pendant l’exécution de l'œuvre de Stravinsky, Hofbauer intitule son nouveau projet Prehistoric Jazz. Comprenne qui pourra.

Ce que l’on entend ici fait écho aux relectures des œuvres de Mahler par Uri Caine. Mais là où le pianiste s’autorisait pas mal de sorties de route, le guitariste reste fidèle à la partition originale. En découle un vrai travail d’orchestration et de mise en espaces (même si celui-ci gomme les complexités rythmiques de l’œuvre) où s’insèrent quelques vrais morceaux de jazz (solos inspirés de clarinette ou de trompette). Une réussite qui ne fait aucun doute mais bien moins poil à gratter que l’original. Et Nijinski n’est plus là pour ajouter au scandale.

Beaucoup moins bienveillant à l’égard du jazz que Stravinski, Olivier Messiaen composa le Quatuor pour la Fin du Temps dans les conditions que l’on sait. Le quatuor devient ici quintet (Eric Hofbauer, Jerry Sabatini, Todd Brunel, Junko Fujiwara, Curt Newton)… et l’œuvre résiste à la jazzification. Idée saugrenue et résultat plus que mitigé malgré la présence d’une clarinette parfois poignante (on n’en dira pas autant de l’accompagnement poussif du guitariste-orchestrateur). Bref : ça ne marche pas à tous les coups.

Eric Hofbauer Quintet : Prehistoric Jazz – Volume 1 / The Rite of Spring (Creative Nation Music)
Enregistrement : 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ A Kiss of the Earth: Introduction 02/ The Augurs of Spring 03/ Ritual of Abduction 04/ Spring Rounds 05/ Ritual of the Two Rival Tribes 06/ Processions of the Oldest & Wisest One 07/ The Kiss of the Earth 08/ Dancing Out of the Earth 09/ The Exalted Sacrifice 10/ Mystic Circle of the Young Girl 11/ The Naming and Honouring of the Chosen One 12/ Evocation of the Ancestors 13/ Ritual Action of the Ancestors 14/ Sacrificial Dance

Eric Hofbauer Quintet : Prehistoric Jazz – Volume 2 / Quintet for the End of Time (Creative Nation Music)
Enregistrement : 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Liturgie de cristal 02/ Vocalise, pour l’ange qui annonce la fin du temps 03/ Abîme des oiseaux 04/ Intermède 05/ Louange à l’éternité de jésus 06/ Danse de la fureur, pour les sept trompettes 07/ Fouillis d’arcs-en-ciel, pour l’ange 08/ Louange à l’immortalité de Jésus
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jeppe Zeeberg : Riding on the Boogie Woogie of Life (Barefoot, 2015)

jeppe zeeberg riding on the boogie woogie of life

C’est bien de voir qu’il y a encore quelques jeunes qui savent prendre plaisir à faire de la musique. Qui en mettent partout, je veux dire, en toute simplicité et, espérons-le, en tout impunité critique. Prenez Jeppe Zeeberg, par exemple. Pianiste jazz de son état (qui peut bien sûr aussi jouer du synthé, de l’orgue ou lastbutnotleast de l’épinette), il interprète ici huit compositions bien à lui, c.à.d. un peu folles (faut-il y voir une Fluxus influence ?), foutraques, grandiloquentes… Pour ce faire, il est accompagné (quand même) par deux contrebassistes (Adam Pultz Melbye & Casper Nyvang Rask) et deux batteurs (Rune Lohse & Håkon Berre).

Pour être franc, je n’applaudirais pas à tous les morceaux de Riding on the Boogie Woogie of Life. Non. Mais on y trouve quand même de franches réussites : des gimmicks montés en épingle comme sur Still Love with Flowers, des mélodies tapées à la typewriter avec A Machine You Should Have Patented, que le pianiste (qui connaît sans doute son George Antheil, Fats Domino, Bill Evans, Misha Mengelberg, Jerry Lee Lewis… par coeur) interprète d’une main de maître.

Ailleurs, il y a parfois un jazz plus ampoulé (Still Life without Flowers en solo) ou une idée qui commence bien mais pas toujours sous lost-control (Die Wahrheit). Ce qui ne m’empêchera pas d’adresser à Jeppe Zeeberg tous mes encouragements…

Jeppe Zeeberg : Riding on the Boogie Woogie of Life (Barefoot Records)
Edition : 2015.
LP : A1/ A Machine You Should Have Patented A2/ Die Wahreit A3/ Still Life with Flowers A4/ Riding on the Boogie Woogie of Life (Part I) – B1/ Still Life Without Flowers B2/ In Media Res B3/ Christmas in Brown and Grey B4/ Ride on the Boogie Woogie of Life (Part II)
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

François Carrier, Michel Lambert, Rafal Mazur : Unknowable (Not Two, 2015) / François Carrier, Michel Lambert : iO (FMR, 2015)

françois carrier michel lambert rafal mazur unknowable

Le temps de s’adapter à Rafal Mazur, leur nouvel ami, et François Carrier et Michel Lambert retrouvent les plis et bosses de leur musique serpentée. Rien de neuf dans leur chant non voilé : le saxophoniste module le silence puis attaque sans préavis. Son phrasé empli de zébrures et de soleils éclatés inspire la caisse claire émancipée (sur-mixée ici) de son compère. Quant à la basse acoustique de leur ami polonais, elle se plait à saturer un cercle déjà débordant. Pas facile de temporiser avec ces deux-là, on en convient.

Reste à épingler / questionner le très discutable équilibre de la prise de son ainsi que quelques cuts assez incompréhensibles (un solo de batterie, par exemple, coupé sans aucun ménagement). Plaisir d’écoute souvent gâché ici mais compensé par un free instantané et ne comportant aucune trace de lourdeur ou d’ennui.

François Carrier, Michel Lambert, Rafal Mazur : Unknowable (Not Two Records)
Enregistrement : 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Listening Between 02/ Insightful Journey 03/ Be Young Beyond 04/ Unknowable 05/ Springing Out 06/ Dissolution
Luc Bouquet © Le son du grisli

françois carrier michel lambert io

Quelques mois plus tôt, François Carrier et Michel Lambert profitaient d'un duo pour réviser leurs classiques : escarmouches bien senties, caisse claire agressive, alto frondeur, caquetages d’hautbois, chants serrés, crochets secs, figures familières. Bref faisaient du Carrier-Lambert. Et le faisaient bien.

François Carrie, Michel Lambert : iO (FMR)
Enregistrement : 2012 & 2013. Edition : 2015.
CD : 01/ IO 02/ Blueshift 03/ Mock Sun 04/ Big Bounce 05/ Superstring 06/ Albedo 07/ Ida 08/ Open Cluster 09/ Nutation
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Matthieu Saladin : Esthétique de l’improvisation libre (Les Presses du Réel, 2014) / De l'espace sonore (Tacet, 2014)

matthieu saladin esthétique de l'improvisation libre

Au printemps 2010, Matthieu Saladin soutenait, à la Sorbonne, une thèse dont le titre, « Esthétique de l’improvisation libre », cachait un sujet passionnant : la naissance de l’improvisation européenne sous l’impulsion de trois ensembles de taille : AMM, Spontaneous Music Ensemble et Musica Elettronica Viva. Si elle respecte un « cahier des charges » universitaire – emploi de la première personne s’adressant à une audience, implication de cette même personne à persuader, démontrer… –, la thèse en question est aujourd’hui un livre tout aussi passionnant que son sujet.

Dans laquelle on trouve une citation d’Eddie Prévost (l’autre penseur de l’improvisation, avec Derek Bailey, dont le livre fait aussi grand cas) qui avoue que l’intention d’AMM était, à l’origine,  « dégagée de toute théorie, s’effectuant d’elle-même à travers un processus où semblaient se mêler radicalité esthétique et tâtonnement ». Mais les choses changent, dont Saladin expose alors les grands principes. Ainsi, quand AMM s’adonne à une self-invention – nécessité que Keith Rowe met en parallèle avec la démarche des plasticiens qui ne peuvent imaginer créer « à la manière » d’un autre artiste – mue par une recherche d’individualisation dans le son et même une certaine esthétique de l’échec (there is no guarantee that the ultimate realisations can exist, AMMmusic 1966), John Stevens impose, à la tête du SME, une improvisation collective plus volontaire et MEV affranchit ses membres (Alvin Curran, Frederic Rzewski, Richard Teitelbaum…) des convenances « du » composer.

Si les différents enjeux et les différentes méthodes permettent aux groupes de se distinguer, ils n’en démontrent pas moins quelques intérêts communs que Saladin examine dans le détail : nouveau rapport de la libre création musicale au collectif, au règlement, à l’expérimentation, à son environnement social et politique, même, auquel elle oppose bientôt ses propres vérités. Ainsi, depuis le début des années 1970 qui circonscrit cette étude, l’improvisation libre, obligée au constant renouvellement, se trouve-t-elle assurée d’actualité.

écoute le son du grisliMatthieu Saladin
Esthétique de l'improvisation (Introduction)

Matthieu Saladin : Esthétique de l’improvisation libre. Expérimentation musicale et politique (Les Presses du Réel)
Edition : 2014.
Livre, 13X17 cm, 400 pages, ISBN : 978-2-84066-471-0
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



tacet 03 de l'espace sonore

Dans l’introduction qu’il signe au troisième numéro de Tacet, Matthieu Saladin, qui dirige la revue (et a coordonné son troisième numéro en collaboration avec Yvan Etienne et Bertrand Gauguet), explique que les textes d’auteurs et d’époques différents qu’on y trouve permettront au lecteur « d’arpenter l’espace sonore » « par l’étude ».

Ce sont alors, dissertant ou documentés, Alvin Lucier, Michael Asher, Seth Cluett, Eric La Casa et Jean-Luc Guionnet, Maryanne Amacher, Paul Panhuysen, Christian Wolff… qui, chacun à leur manière, fragmentent pour mieux le détailler un territoire qu’on prend en effet plaisir à arpenter. Afin de ne pas égarer le lecteur, Saladin a pris soin de glisser dans l’épais volume une carte étonnante, Sound Space Timeline 1877-2014, qu’il a élaborée avec Yvan Etienne et Brice Jeannin. Dépliée, celle-ci confirme que le territoire est vaste, qui va des terres de Thomas Edison à cette ancienne cuve de pétrole à la réverbération exceptionnelle récemment découverte dans les Highlands.

Tacet N°3 : De l’espace sonore / From Sound Space (HEAR / Les Presses du Réel)
Edition : 2014.
Livre / Revue, 429 pages, ISBN : 978-2-84066-717-9
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

David Rosenboom, William Winant : Zones of Influence (Pogus, 2015)

david rosenboom william winant zones in influence

D’entrée de jeu, le son ne trahit pas : on a affaire à un document. Le compositeur David Rosenboom (tendance serious contemporain) et le percussionniste William Winant (tendance je joue tout, Cage / Zorn / Curran / Lucier / Braxton etc., partout) enregistrés dans les années 1980…

Obscur ? Peut-être. Cosmogonique ? Plus encore. Car la musique qui se joue là est celle des Sphères. Et les sphères, on sait que ça s’entrechoque : bang un peu de marimba dans ton data, bing un coup de caisse claire dans ton logiciel. Les electronics contre les percussions, c’est déjà l’occasion pour Rosenboom & Winant de faire le point sur l’électroacoustique de leur temps.

Habitués que nous sommes aux sons surnaturels, les échanges peuvent nous paraître un peu datés (je pense au wood-block de synthé de Closed Attracting Trajectories Melody Set 1, entre autre) mais, de temps à autre, c’est un grand fatras bizarroïde (le second CD est là pour ça), musicalement hypothétique mais percussivement aventureux. Laissons-nous transporter dans le temps… La musique expérimentale, c’est aussi une histoire qu’il faut réviser, n’est-ce pas ? D'autant que le duo est toujours d'actualité (voir ci-dessous).

David Rosenboom, William Winant : Zones of Influence (Pogus)
Edition : 2015.
2 CD : CD1 : Part I / Part II – CD2 : Part III / Part III / Part IV
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Cem Güney : Five Compositions (Edition Wandelweiser, 2015)

cem güney five compositions

Si elles ne savent leur inspirer un développement plus large, c’est déjà une compagnie que les cordes (violon de Burkhard Schlothauer, alto de Lydia Haurenherm et violoncelle de Marcus Kaiser) offrent aux instruments à vent (flûte d’Antoine Beuger et clarinette de Germaine Sijstermans) : ce, jusqu’à l’unisson, qui entame déjà la seconde des Five Compositions ici enfermées de Cem Güney.

De Güney, s’était effacé le souvenir lointain d’une écoute insatisfaite, celle de Praxis, que publia le label Crónica en 2008. Il faudra faire maintenant avec cette quarantaine de minutes pendant laquelle, le dos tourné au champ électronique, le musicien démontre d’autres intentions. Ainsi engage-t-il six instrumentistes (aux cinq déjà cités, ajouter le percussionniste « chantant » Tobias Liebezeit) sur des voies de concorde, voire de sympathie.

Lentement, les interventions se mêlent, plusieurs fois se fondent et se conforment, plus rarement – quand l’un des instruments, clarinette suspendue ou archet pressant, feint la sédition – ferraillent. Avec l’air de n’en faire qu’une, les cinq pièces se succèdent. Une constante délicatesse et puis, c’est une chose désormais entendue, de longs silences : à l’une et aux autres s’appliquent avec savoir-faire chacun des intervenants.

écoute le son du grisliCem Güney
Mulberry Grove (extrait)

Cem Güney : Five Compositions (Edition Wandelweiser)
Enregistrement : juillet 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Two and Three 02/ Mulberry Grove 03/ Hive Mind 04/ Conjunction 05/ Inner Voice, For Düsseldorf
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

OxJaMS Trio : Suite of Dreams (Slam, 2015)

oxjams trio suite of dreams

A Oxford, se retrouvent George Haslam, Steve Kershaw et Richard Leigh. Le premier honore et cajole les graves de son baryton, offre à son tarogato quelques dissonances cinglantes, joue au derviche tourneur, opte pour une vieille mélodie médiévale. Le second fait claquer les cordes au gré des vents contraires, racle encore, ne s’embarrasse d’aucun préavis ou d'aucune précaution. Le troisième crée une harmonie stagnante, transforme son clavier en  batterie diluvienne, joue au concertiste grandiloquent, use de stridences délétères.

Tous trois (solo, duo, trio) n’emportent pas toujours l’adhésion, peinent parfois à convaincre. Mais réussissent en fin de disque (Déjà-vu, Suite Dreams) à fignoler de vifs et inspirés échanges. A suivre donc…

The OxJaMS Trio : Suite of Dreams (Slam Productions / Improjazz)
Edition : 2015.
CD : 01/ Sostenuto 02/ Haunted Spaces 03/ Under a Different Sky 04/ Easy on the Poppadoms 05/ Dancing Folk 06/ Tenebrae 07/ Dreaming in Spires 08/ Somethingology 09/ Déjà-vu 10/ Suite Dreams
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Quentin Conrate : Sekametelisoppa (Creative Sources, 2015)

quentin conrate sekametelisoppa

Est-ce parce que son kit de batterie a été réduit que Quentin Conrate s’attaquait, ce 27 juillet 2014 « dans le cadre » du festival Becoq, aux murs de La Coopérative de Montolieu ? Ce serait donc de flegme que serait, avant tout, fait ce premier enregistrement solo du batteur.

D’intrépidité, même – dans le registre des murs chantants, on a connu quelques précédents de taille, dont ceux des Thermes de Vals révélés par Fritz Hauser. Statique, le micro laisse à Conrate de la distance quand le disque donne une idée du vaste espace qu’il aura parcouru. Une respiration, d’abord, puis ces objets frottés qui font des parois leur grand terrain de jeu : crissements, dérapages, pluies, et enfin tumulte.

Si l’improvisation offre une suite de propositions liées mais presque toutes indépendantes, Conrate parvient à donner un souffle à l’endroit qui lui a été proposé – pour ne pas dire soumis. C’est d’ailleurs grâce à la distance avec laquelle il le traite qu’il y adhère finalement.  

Quentin Conrate : Sekametelisoppa (Creative Sources / Metamkine)
Enregistrement : 27 juillet 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Sekametelisoppa
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Anne-F Jacques : Sable ou sel (Atrito-afeito, 2015)

anne-f jacques sable ou sel

Cent copies seulement ? Parfois (c’est le cas pour ce CD d’Anne-F Jacques), c’est bien dommage. Mais félicitons / envions sa centaine d’auditeurs, et moquons ceux qui devront se contenter de SonoreNuage (bam, de la trad’, que j'espère bien du Québec).

Maintenant, comment Anne-F. provoque-t-elle ce dommage ? Avec quel instrument ?, je veux dire… Une caisse claire remplie de cordes de contrebasse ? Rien n’est moins sûr. Alors une contrebasse préparée avec un morceau de carton comme ceux que les enfants attachent à l’une des roues de leur vélo avec une pince à linge ? Sans doute non… Des moteurs, alors ? De l’électronique, en fait ?

En tout cas ça gronde et ça craque, sur ces deux pièces d’une dizaine de minutes. Ça a un goût de bois, d’insectes nocturnes et quand on trouve les deux c’est que Jacques passe les deuzes dans un moulin à café. Moi qui raffole de ce genre d’expérience, j’ai enfin trouvé la musique qui va avec !

Anne F. Jacques : Sable ou sel (Atrito-Afeito)
Enregistrement : 2013. Edition : 2015.
CDR : 01/ 11 min 07 sec 02/ 10 min 35 sec
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Rydberg (Monotype, 2015)

werner dafeldecker nicholas bussmann rydberg

On ne saurait reprocher à Werner Dafeldecker de chercher, et de chercher toujours. En Polwechsel, Ton-Art, Till The Old World's Blown Up And A New One Is Created… Avec John Tilbury, Valerio Tricoli, Simon James Phillips, Paul Baran… Et même seul (Long Dead Machines I-IX). Sous le nom de Rydberg, c’est avec Nicholas Bussmann (dont l’électronique a déjà gangréné l’art de Martin Brandlmayr en Kapital Band 1) qu’on peut aujourd’hui l’entendre.

Non plus à la contrebasse, ni à la guitare, mais au « function generator & electronics ». Le changement d’instrument peut permettre que l’on change de langage ; or, le changement de langage peut menacer jusqu’à une identité. Avec Bussmann, trois temps alors : le premier, Elevator, traîne en longueur, certes. Mais la pièce vaut à elle seule l’écoute du disque : ses volées de cloches transformées, ses basses électriques et ses pulsations sourdes y dessinent en effet une ambient inquiète, qui captive.

Les deux titres à suivre, Gardening et And the Science, ne feront malheureusement pas le même effet. C’est ici une techno minimaliste à peine perturbée par une insistante boucle de corde, et là – dira-t-on « pire » ? – un trip Dorado que l’effet des saturations ne suffit pas à rajeunir. Cette inconstante de Rydberg est-elle viable ? S'avérera-t-elle inébranlable ? 

Rydberg (Nicholas Bussmann & Werner Dafeldecker) : - (Monotype)
Enregistrement : 2013-2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Elevator 02/ Gardening 03/ And the Science
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>