Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Jazz en MarsA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

New Language Collaborative: Unified Fields (Ayler - 2008)

newlangrisli

Longtemps membre du Reform Art Unit de Fritz Novotny, le saxophoniste Mario Retchern enregistrait récemment au sein d’un quartette idéaliste : le New Language Collaborative.

Moins original qu’efficace, le groupe projette cinq progressions bouleversées, d’une persuasion que la délicatesse des musiciens aurait pu interdire. Là, le soprano de Retchern et le violoncelle de Glynis Lomon mesurent ensemble l’approche expérimentale à soumettre à leur musique (Around The Bend) ; ici, le piano d’Eric Zinman et la batterie de Syd Smart commandent un mouvement impétueux (Pop Pop).

Souvent emporté par une fougue de bon conseil, Unified Fields est un disque à la dérive, heureux partout où il peut amarrer.

CD: 01/ Doorway to The Shadows 02/ Around The Bend 03/ Ha! ….. Wa Wa 04/ Numinous Journey 05/ Pop Pop 06/ Declamations 07/ Outpost

New Language Collaborative - Unifield Fields - 2008 - Ayler Records. Téléchargement.



Fred Frith: Back To Life (Tzadik - 2008)

FrithBacktoLifeGrisli

Sur Back to Life, Fred Frith n’intervient pas, et laisse une poignée de virtuoses appliqués faire d’une sélection de ses compositions quelques pièces de musique de chambre souvent dérangée.

Quand le piano de Daan Vandewalle fait une pause dans l’interprétation d’une série de Seven Circles imprégnée d’école viennoise – faible pour le Seven Circle 3 aux digressions inspirées entre les schémas répétés –, le violoncelliste Joan Jeanrenaud (ancien membre du Kronos Quartet) et le percussionniste William Winant s’attaquent à Save As, développement hésitant sans cesse entre l’emportement mélodique et le chaos brutal institué par un dialogue qui vire souvent à l’affrontement.

Ailleurs encore, Stephen Drury conduit le Callithumpian Consort le long de Bridge Is Bridge et Back To Life, véritable chef-d’œuvre du disque et auparavant bande-son d’une chorégraphie composée par Frith en 1997. Audacieux, le mouvement profite du nombre des intervenants, tous irréprochables, qui ont su transformer un exercice pratique en œuvre surprenante.

CD: 01/ Seven Circles 1 02/ Save As 03/ Seven Circles 2 04/ Bridge Is Bridge 05/ Seven Circles 3 06/ Seven Circles 4 07/ Back to Life 08/ Seven Circles 5 09/ Seven Circles 6 10/ Elegy for Elias 11/ Seven Circles 7

Fred Firth - Back To Life - 2008 - Tzadik. Distribution Orkhêstra International.


John Butcher, Torsten Müller, Dylan van der Schyff: Way Out Northwest (Drip Audio, 2008)

way out northwest

Enregistré l’année dernière au Festival de Vancouver, Way Out Northwest donne à entendre John Butcher improviser aux côtés de deux musiciens habitant la ville : le contrebassiste pourtant allemand Torsten Müller et le batteur Dylan van der Schyff.

Intense, la rencontre fait alterner grands moments de free instinctif – soprano emporté, quelques fois paraphrasé par l’archet de Müller (Haufig Eine Hydraulische Metaphertendenz) – et progressions nonchalantes malgré les tensions qu’elles renferment (sifflements aux portes du silence sur Taktgebertendenz, ou crescendo révélateur pour Sibila e Succhia). Partout, l’écoute bénéfique et le traitement judicieux ; conclure, enfin, sur un soupçon de jazz déviant (Gone, Goner) pour l’emporter tout à fait.

John Butcher, Torsten Müller, Dylan van der Schyff: Way Out Northwest (Drip Audio)
Enregistrement : 2007. Edition : 2008.
CD : 01/ Haufig Eine Hydraulische Metaphertendenz 02/ Magic Clock Machine 03/ Sibila e Succhia 04/ Sharpening the Windings until they roll up, roll up and snag on the point of the Tear 05/ Taktgebertendenz 06/ Gone, Goner
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Josh Russell: Sink (Quiet Design - 2007)

Russellgrisli

Adepte de musique concrète, le Texan Josh Russell interroge avec Sink la résistance d’objets sonores face au silence. Remaniés, les sons dressent pour toute réaction un rempart fait de craquements et de parasites, croient au salut de la progression d’un bourdon hésitant et déjà malingre, comptent sur l’effet dissuasif d’un râle inattendu. A force d’efforts, l’abstraction, peu à peu, s’évapore, pour laisser place à un chant de sirènes passées à l’ère du digital. N’engageant aucun frais, l’expérience est à conseiller davantage encore.

CD: 01/ Part One 02/ Part Two 03/ Part Three 04/ Part Four 05/ Part Five 06/ Part Six 07/ Part Seven 08/ Part Eight 09/ Part Nine 10/ Part Ten.

Josh Russell - Sink - 2007 - Quiet Design. Téléchargement gratuit.


Keefe Jackson's Project Project: Just Like This (Delmark - 2008)

KJacksonGrisli

Réunissant onze musiciens (dont les Vandermarquables Jeb Bishop et Dave Rempis) auprès du saxophoniste Keefe Jackson, Project Project redit avec Just Like This les préoccupations – déjà remarquées sur Ready Everyday – de son leader : revenir aux origines du jazz afin de lui révéler quel sera son avenir.

Cuivres en avant, l’orchestre dresse ainsi un hommage au swing, régénéré soudain par quelques gestes neufs – clarinettes de Jason Stein sur Dragon Fly et de James Falzone sur Just Like This (ici, la tradition trop appuyée quand même) –, ou immisce un peu de free sur un développement alangui – le ténor de Jackson et la batterie de Frank Rosaly, pour beaucoup dans la réussite de Which Well.

Quelques digressions déconstruites, ici ou là, ne cachent jamais longtemps le lyrisme menant partout l’ensemble : sur Titled, plus qu’ailleurs encore, où il est imposé crescendo après que les musiciens auront haché une à une leurs interventions ; sur Wind-Up Toy, moins habilement, composition qui conclut, dans un souffle, un enregistrement souvent pertinent.

CD: 01/ Dragon Fly 02/ Grass Is Greener 03/ Titled 04/ Just Like This 05/ Which Well 06/ Wind-Up Toy

Keefe Jackson ‘s Project Project - Just Like This - 2008 - Delmark. Distribution Socadisc.



Sun Ra: Some Blues But Not The Kind Thats Blue (Atavistic - 2007)

sunbluesgrisli

Publiée par Saturn en 1978, voici rééditée par le label Atavistic la somme d’interprétations rares qu’est Some Blues But Not The Kind Thats Blue – standards et compositions du pianiste enregistrés à neuf ou dix en 1977 –, augmentée de deux versions de I’ll Get By, enregistrées en trios en 1973.

D’un amas d’instruments geignant parvient d’abord à s’extirper le thème de Some Blues qu’impose un piano leste, attentif aux solos – instruments pas tous à la même distance du micro – de John Gilmore, Marshall Allen  et Akh Tal Ebah. Traités avec grâce, ensuite : le thème de My Favorite Things : instruments à vents (dont le ténor rauque de Gilmore) portés par l’accompagnement sombre du leader ; celui de Nature Boy, évoqué par les arpèges de piano puis croulant sous les dissonances dues aux flûtes.

Et puis, I’ll Get By, deux fois interprétée : par Sun Ra à l’orgue, Ronnie Boykins et Akh Tal Ebah, version au cool décalé un peu par l’intervention d’un clavier parfois excentrique ; par un second trio, ensuite, Gilmore remplaçant le trompettiste et mesurant ses écarts pour ne pas trop rompre avec les intentions convenables. Autant d’atouts en faveur d’une autre réédition, d’un autre document d’importance.


Sun Ra, I'll Get By. Courtesy of Atavistic.

CD: 01/ Some Blues But Not The Kind Thats Blue 02/ I’ll Get By 03/ My Favorite Things 04/ Untitled 05/ Nature Boy 06/ Tenderly 07/ Black Magic 08/ I’ll Get By 09/ I’ll Get By

Sun Ra - Some Blues But Not The Kind Thats Blue - 2008 (réédition) - Atavistic. Distribution Orkhêstra International. 


The Story of Modern Farming : Someone New (D’autres cordes - 2007)

storyofgrisli

Deuxième album de The Story of Modern Farming – soit : Jessica Sligter (chant, guitare, clavier) et Louise Jensen (saxophone, xylophone) –, Someone New expose une dizaine de rengaines brillantes sous couvert de timidité – forcément feinte. Phrasé fragile de saxophone, vague à l’âme trahi par les voix et minuscules combines électroniques, révèlent peu à peu l’expression sophistiquée d’une musique nouvelle nourrie de plus anciennes (Jeanne Lee, Carla Bley, Laurie Anderson, Mark Hollis). Alors, des arrangements soucieux et délicats, découle un folk expérimental et souvent flamboyant.


The Story of Modern Farming, Made. Courtesy of D'autres cordes.

CD: 01/ Morning Tune 02/ Someone New 03/ Christ 04/ Hold me tight 05/ Sidespring 06/ Kenny Gsus 07/ All in tears 08/ Made 09/ St Michaels 10/ Gillende Keukenmaid

The Story of Modern Farming - Someone New - 2007 - D'autres cordes. Distribution Abeille Musique.


Stefan Németh: Film (Thrill Jockey - 2008)

nemethgrisli

Premier album personnel de Stefan Németh (Radian, Lokai), Film assemble des pièces instrumentales écrites à destination de courts-métrages ou d’installations vidéo ; réétudiées, un peu, pour l’occasion.

Au nombre des instruments : guitare électrique et batterie (réunis sur la composition brute qu’est Via L4 Norte), claviers plus ou moins datés, et ordinateur, pour les fioritures : grésillements, reverses, bourdons, boucles et parasites. Alors, s’installe une électroacoustique capricieuse, qui hésite à servir une ambient plus (Ortem Ende) ou moins (Soprus) fameuse, une sage illustration sonore (Transitions) ou quelques progressions convaincantes (Field, enregistrée en compagnie du batteur Martin Brandlmayr). Acceptable, l’ensemble, même si plombé souvent par l’usage peu original qu’on y fait de l’électronique.


Stefan Németh, Via L4 Norte (extrait). Courtesy of Thrill Jockey.

CD: Via L4 Norte 02/ Field 03/ Luukkaankangas 04/ Soprus 05/ Transitions 06/ Ortem Ende

Stefan Németh - Film - 2008 - Thrill Jockey.


Philippe Robert: Great Black Music (Le mot et le reste - 2008)

gbmgrisli

Nouvelle galerie de portraits signée Philippe Robert, dressée cette fois en hommage aux musiciens ayant œuvré en faveur d’une Great Black Music aux genres disparates, dont les acteurs eurent pour point commun de protester contre l’abjecte place que les Etats-Unis auront longtemps réservé à leur population noire. Promesses de rêves contre réalité discriminatoire, le constat accablant conseilla aussi la résistance en musique : 110 preuves données ici, courant entre 1954 (Lady Sings The Blues de Billie Holiday) et 2005 (Vietnam Reflections de Billy Bang).

Une autre fois, Philippe Robert se montre judicieux et explique avec intelligence chacun de ses choix : disques montrant tous un intérêt musical autant qu’ils ont à voir avec des soucis d’ordre politiques et sociaux, spirituels ou mystiques, quelques parfums de désillusion au fur et à mesure que l’on avance dans le temps (mais dont le show business est aussi capable de se nourrir) et l’espoir d’échappatoires baroques ou cosmiques.  Jazz (seul oubli :Oliver Nelson, mais présences de Max Roach, Coltrane, Sanders, Ayler, Shepp, Leroi Jones, et de quelques figures choisies avec habileté : Joe McPhee, Milford Graves, scène inoubliable du Wildflowers Festival), soul, rhythm’n’blues et funk (Otis Redding, Ike & Tina Turner, Curtis Mayfield, George Clinton), joutes incandescentes (Sam & Dave, Last Poets, Public Enemy) et impressions plus individuelles (Terry Calier, Fela Kuti, Jimi Hendrix), jusqu’aux échos récents : prolongations jouées par Saul Williams, Mos Def, Madvillain. Les revendications multiples et les intérêts parfois différents aux origines d’œuvres importantes. Au bas de chaque chronique, une discographie sélective du musicien concerné, et d’autres noms encore : musiciens proches et nouvelles pistes à explorer. Ainsi, Great Black Music s'avère intarissable.

Philippe Robert - Great Black Music, Un parcours en 110 albums essentiels - 2008 - Le mot et le reste.


Davor Mikan: Täuschung (Cronica electronica - 2007)

mikangrisli

Sorties de l’ordinateur personnel de Davor Mikan, les 31 pièces qui composent Täuschung parlent de silences et de sons détériorés, renferment les preuves sonores d’une identité en construction et du bestiaire étrange dont elle ne peut se passer.

Projetée, l’audace électronique – qui peut frôler l’absurde au point d’interdire toute connivence avec l’auditeur – n’en peut plus d’édifier un monument à ses déviances digitales à coups de grains et de souffles, de larsens et de chocs. Déflagrations, grincements, plaintes et râles indéterminés, attaques instrumentales soudaines et pauses de temps à autre. L’implacable revanche des machines, sur la musique et sur le musicien. Sans concession.


Davor Mikan, Eine Erinnerung. Courtesy of Cronica Electronica.

CD: 01/ animal 02/ ; o 03/ Gehässig 04/ Masken 05/ Schon halb verwest 06/ Geäst 07/ - 08/ Gespenster und Lippenstift, ein komplettes Drama 09/ Eine Erinnerung 10/ Cleaning my graves II 11/ Flimmer 12/ Glattes 13/ Animal 14/ Cleaning my graves I 15/ Balkig 16/ Gebälk 17/ Klitzer 18/ : o 19/ Vince 20/ s 21/ Herbst 22/ Riss 23/ Das Gewitter hat sich in eine Bahnhofshalle zurückgezogen 24/ Dunkelnder 25/ Flüsterhaus 26/ Der Eisverkäufer explodiert einfach 27/ Meine Freunde 28/ Gespenster 29/ Ein Tag 30/ Animal 31/ …rufen uns zu

Davor Mikan - Täuschung - 2007 - Cronica Electronica.



Commentaires sur