Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Spéciale Jean-François PauvrosJackie McLean de Guillaume BelhommePJ Harvey : Dry de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

New York Art Quartet : New York Art Quartet (ESP, 2008)

nyaquarsli

Après sa courte aventure au sein du New York Contemporary Five aux côtés de Don Cherry et Archie Shepp, John Tchicai composait en 1964 une autre formation fulgurante, qui faisait appel à Roswell Rudd, Lewis Worrell et Milford Graves : New York Art Quartet dont ESP réédite aujourd’hui le premier (de trois) enregistrements.

Amalgames de phrases longues et appuyées sorties du trombone et de l’alto, fulgurances et réponses aléatoires apportées par une section rythmique qui interroge son rôle parmi les postures libertaires, tout ici célèbre un free jazz que l’on délaye et décore sous les effets d’un lyrisme étrangement approprié. En invité, Amiri Baraka récite Black Dada Nihilismus, exercice réussi de spoken word qui convoque ses symboles sur l’accompagnement d’un quartette à l’écoute. Puisque tout plaidait en faveur de cette réédition.

New York Art Quartet : New York Art Quartet (ESP / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1964. Réédition : 2008.
CD : 01/ Short 02/ Black Dada Nihilismus 03/ Sweet 04/ Rosmosis 05/ Untitled 06/ No.6
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Jacques Demierre, Isabelle Duthoit: Avenues (Unit Records - 2008)

Demierregrisli

Au son d’un infiniment petit né sur les cordes du piano, Jacques Demierre et Isabelle Duthoit introduisent Avenues, transformation sur disque de leur intense et récente collaboration en concerts.

A l’expressionnisme minimal de Demierre, Duthoit ajoute son usage expérimental de la clarinette et son art de la vocalise rentrée. Râles peu rassurants – voire, affolants – et aigus suspects alternent alors avec les plaintes d’une clarinette faisant de ses limites un prétexte à gémir davantage.

Mais le duo ne se répand pas seulement : imposant des silences à aller à son caractère, il y réfléchit pour constituer bientôt de superbes pièces de musique suspecte, née dans la douleur mais disparaissant béate une fois avoir atteint l’oreille de qui l’écoute. Entre les chocs et le silence, Avenues aura trouvé son passage et trouvé toute sa valeur.

CD: 01/ La neige est moderne 02/ Cohue de rêve 03/ La question dans le coup d'oeil 04/ L'arbre blanc 05/ Beaucoup est non disponible 06/ Arc bleu 07/ Le passé s'approche 08/ La neige provisoire >>> Jacques Demierre, Isabelle Duthoit - Avenues - 2008 - Unit Records.


Adrian Shaughnessy: Cover Art By: New Music Graphics (Laurence King - 2008)

Artgraphsli

A l’heure de la dématérialisation du projet musical enregistré, Cover Art By propose une galerie de portraits de graphistes intéressés par le disque et sa pochette, qui œuvrent tous dans le domaine des musiques actuelles, voire, nouvelles.

30 artistes choisis par Adrian Shaughnessy, comme l’ont été plus de 400 travaux illustrant joliment ce sujet des New Music Graphics. Alors, passer des réalisations de Ian Llawsky pour le label Constellation à l’œuvre au noir que Mattias Nilsson imposa longtemps aux références de Kning Disk, puis aux conceptions puristes de Lawrence English pour Room 40, dont l’intérêt graphique déborde de la pochette pour s’occuper aussi du support disque. Quelques personnages indépendants, aussi : Steve Byran, Rune Mortensen, Allon Kaye, ou Rick Myers, parmi les plus inspirés.

Dressant un état des lieux quasi complet – un oubli dommageable quand même : celui du label Crouton –, le livre présente forcément quelques travaux communs, voire, des œuvres dont l’esthétique peut apparaître en décalage lorsqu’il s’agit d’illustrer un propos musical ancré dans la modernité, même si certains labels abordés ici ont toujours eu en la matière de bonnes années de retard (City Centre Office, pour ne citer que celui-là). Plus qu’une anthologie visuelle, Cover Art By donne enfin à lire quelques interviews d’artistes, qui parlent d’un processus de création devant les satisfaire autant que les musiciens et d’un avenir incertain dû aux pratiques changeantes de la « consommation musicale ». Espoirs fondés sur le disque pensé en tant qu’objet : l’art graphique, pour tout salut.

Adrian Shaughnessy - Cover Art By : New Music Graphics - 2008 - Laurence King Publishing.


Elliott Sharp: Octal : Book One (Clean Feed - 2008)

octalsli

Deux albums paraissent ces jours-ci sur le label Clean Feed, qui disent les pratiques différentes du guitariste Elliott Sharp.

En solo, d’abord, Sharp interprète librement Octal : Book One sur une guitare qu’il a lui-même fabriquée, faisant alterner attaques franches et espacées au médiator et successions moins inquiètes de notes lâches ou dissonantes. Ailleurs, il multiplie les expériences plus ou moins anti conventionnelles, recourant souvent au silence lorsqu’il ne laisse pas joliment traîner ses glissandos électriques. Actualité donnée ici à d’anciennes pratiques électriques et torturées...

CD: 01/ Through the Whormhole 02/ Symmetree 03/ Modulant 04/ On the Brane 05/ Intrinsic Spin 06/ Strange Attractor 07/ Antitop and Charm 08/ Quaternion >>> Elliott Sharp - Octal : Book One - 2008 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International.


Elliott Sharp, Scott Fields: Scharfefelder (Clean Feed - 2008)

pimentsli

... En compagnie de Scott Fields, Sharp improvise cette fois les titres de Scharfefelder. Sur guitares acoustiques, les deux hommes trouvent un terrain d’ententes à leurs interventions minuscules mais angoissées, recourent à un unisson faussaire avant d’insister ensemble sur des phrases individuelles écorchées. Pas toujours original, mais souvent alerte.

CD: 01/ branedane 02/ Between Octopus and Squid 03/ Big, Brutal, Cold Raindrops 04/ Minerali 05/ Giganotosaurus 06/ Shuffle Through the Restaurateur Gauntlet 07/ Doubula 08/ Put your Pennies in my Portuguese Cork hat 09/ Doubleviz 10/ Fresh Red Flea 11/ Freefall 12/ Fried Splash >>> Elliott Sharp, Scott Fields - Scharfefelder - 2008 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International.



Joëlle Léandre: The Stone Quartet (DMG/ARC - 2008)

l_andrestongrisli

En 2006, à l’invitation de la Downtown Music Gallery, Joëlle Léandre improvisait sur la scène du Stone de New York ses retrouvailles avec Marilyn Crispell (piano), Roy Campbell (trompette) et Mat Maneri (violon).

Selon différentes combinaisons, la contrebassiste organisa les échanges, inaugurés par le développement en quartette d’une longue pièce d’atmosphère nébuleuse, sur laquelle les interventions se frôlent avant d’emboîter le pas à celles d’un Campbell passé à la flûte, qui commande un orientalisme incapable de résister longtemps aux coups d’un piano emporté.

Deux duos, ensuite : Maneri et Léandre inspirés sur un grand dialogue d’archets, puis Crispell et Campbell économisant leurs moyens, jouant de la paraphrase en accordant toujours leurs points de vue. Déjà convaincante, l’interactivité gagne encore en densité sur la quatrième et dernière partie du disque, qui profite d’un relâchement faisant toute confiance aux grincements d’archets, aux notes projetées et aux répétitions minimalistes d’un final sombre et enchanteur.

CD:  01/ Part 1 02/ Part 2 03/ Part 3 04/ Part 4 >>> Joëlle Léandre, Marilyn Crispell, Roy Campbell, Mat Maneri - The Stone Quartet - 2008 - DMG.

N.B. Joëlle Léandre improvisera aux côtés de Maja Ratkje à Paris, le 12 juin prochain, dans le cadre du festival La voix est libre. Pour revenir aux origines de cette rencontre, aller consulter le site internet de la revue Mouvement.


BJ Nilsen, Stilluppsteypa: Passing Out (Helen Scarsdale - 2008)

nilsenpassli

A la suite d’un Drykkjuvisur Ohljodanna publié en 2006 par le même label, BJ Nilsen et le duo Stilluppsteypa limitent aujourd’hui leur musique électroacoustique au propos environnemental et ombreux d’une pièce unique : Passing Out.

Plus d’une heure, alors, d’une combinaison tortueuse de souffles et de résonances, d’une suite d’impressions dissoutes en abstractions qui réfutent sans arrêt la cause naturelle d’éléments recueillis au préalable sur bandes. Quelques interventions métalliques trahissent quand même les manipulations, pensent en dire un peu sur les techniques pratiquées sur Passing Out, tandis que tout échappe à l’auditeur sous le coup des effets du transport.

CD: 01/ Passing Out >>> BJ Nilsen, Stilluppsteypa - Passing Out - 2008 - Helen Scarsdale.


Jon Raskin: Quartet (Rastascan - 2008)

raskinsli

Echappé de Rova – groupe d’improvisateurs pas toujours inspiré –, le saxophoniste Jon Raskin menait en 2005 de plus franches improvisations en quartette.

Auprès de Liz Allbee (trompette et percussions), George Cremaschi (contrebasse et matériel électronique) et Gino Robair (batterie et claviers), Raskin commande une musique électroacoustique abstraite, jouant des limites sonores des instruments ou profitant d’un dialogue fantasque qui motive chacun des intervenants. Au final, fait alterner déconstructions inquiètes et morceaux jubilatoires nés des préceptes de l’école de Chicago, et ce, toujours à propos.

CD: 01/ Cracked Earth 02/ Sound Barometer Reading 1 03/ African Tulip 04/ Swing Sing 05/ Kandinsky 06/ Sound Barometer Reading 2 07/ Postcard 2 08/ Ceilometer Reading 09/ Postcard 1 10/ Bleckner 11/ Disdrometer Reading 12/ Qupe >>> Jon Raskin - Quartet - 2008 - Rastascan Records. Distribution Orkhêstra International.


Mario Pavone : Trio Arc (Playscape, 2008)

pavonegrisli

De 1968 à 1972, Mario Pavone fut le contrebassiste du trio de Paul Bley, pianiste qu’il invite aujourd’hui à improviser en sa compagnie et celle du batteur Matt Wilson.

Trio Arc,  d’être formé d’expériences différentes qui s’entendent sur l’instant : dialogue interrogatif commandé par les retrouvailles (Hello Again), déconstruction inspirée sur laquelle Bley ose une mélodie de rien (Miro) ou discours auto-rénégéné capable de mauvais conseils, qu’il arrive au pianiste de suivre, quitte à lasser un peu à force de vouloir trop en faire (Slant).

Les erreurs, inévitables mais rarement imputables à Pavone, qui a usé ses cordes auprès d’improvisateurs convaincus (Bill Dixon, Anthony Braxton, Wadada Leo Smith, Tony Malaby), et sait quand ménager les pauses et les expérimentations – fantasme des allées et venues d’un métronome sous les cordes étouffées de Lazzi – pour le bien de l’ensemble.

CD: 01/ Slant 02/ Hello Again 03/ Quest 04/ Miro 05/ Lazzi 06/ Sweet 07/ Solo Bley >>> Mario Pavone - Trio Arc - 2008 - Playscape Recordings. Distribution Orkhêstra International.


Marc Ribot's Ceramic Dog: Party Intellectuals (Yellowbird - 2008)

ceramicsli

En chien de faïence, Marc Ribot promène le bassiste Shahzad Ismaily et le batteur Ches Smith au son d’un bouillon de culture plus ou moins malin, mais efficient quand même.

D’un blues rock passablement déconstruit à un morceau suintant de musiques du monde, d’une version punitive de Break On Through à une électropop indigeste, Ribot investit l’exercice avec difficulté, rendant stérile le produit de ses tentatives. Et puis, l’allure de Party Intellectuals change, l’ironie se fait plus redoutable avec l'arrivée soudaine d'une bassstation et l’élucubration électronico-dansante de Fuego.

Toujours plus chanceux, le guitariste imbrique maintenant une mélodie de rien décorée de field recordings (Digital Handshake) et une pièce d’un minimalisme arty (When We Were Young and We Were Freaks), emporte son trio au rythme d’une no wave adolescente et drôle (Girlfriend) ou d’expériences rappelant celles de DNA (C=). Ainsi, en appliquant un no future au domaine de la pop universaliste et brouillonne, Ribot finit quand même par convaincre, dans le même temps qu'il relativise l’importance de l’essai transformé.

CD: 01/ Break On Through 02/ Party Intellectuals 03/ Todo el mundo 04/ When We Were Young and We Were Freaks 05/ Digital Handshake 06/ Bateau 07/ For Malena 08/ Fuego 09/ Girlfriend 10/ Midost 11/ Shhh Shhh 12/ C= >>> Marc Ribot’s Ceramic Dog - Party Intellectuals - 2008 - Yellowbird. Distribution Harmonia Mundi.



Commentaires sur