Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Guillaume Bellanger, Arnaud Benoist: Angela (Petit Label - 2009)

angelasli

L’intérieur de la pochette du disque de Guillaume Bellanger (saxophones) et Arnaud Benoist (percussions) retient ces mots de John Cage : « J’aimerais disposer et de la simplicité et du chaos », citation que l’enregistrement illustre avec tact.

En quatre plages, le duo défend une approche musicale souvent impulsive, qui aura profité autant de l’écoute répétée de classiques ardents – évocations de Sunny Murray, Rahsaan Roland Kirk, Dewey Redman, Albert Ayler – que de maîtrises instrumentales insoupçonnables de fadeur à la comparaison. Angela, Louise, Rose, Alice : en suivantes, quatre silhouettes apparaissent, aux contours commandés par quelques sautes d'humeur : rage, malice, ironie, instabilité, qui servent avec la même inspiration une joute capricieuse et exubérante.

CD: 01/ Angela 02/ Louise 03/ Rose 04/ Alice >>> Guillaume Bellanger, Arnaud Benoist - Angela - 2009 - Petit label. Distribution Les allumés du jazz.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gilles Aubry: Berlin Backyards (Cronica Electronica - 2008)

gillesli

Suisse aujourd’hui installé à Berlin, Gilles Aubry enregistra là, en 2006, le matériau de Berlin Backyards : field recordings modelés ensuite pour mieux révéler l’immatériel rencontré partout à la périphérie de la ville.

Changé en réalité de l’artiste, donc : grain traînant parmi la structure d’une mécanique à l’allure presque toujours égale, aigus perçants parmi la rumeur d’une cour d’école à son heure, souffles de bandes butant sur le flanc d’un oiseau, et puis quelques pas résonnant peu avant que se fasse entendre le bruit d’une source que l’on imagine opaque. Au gré des minutes, le souvenir infuse ; jusqu’à ce que la réalité, réinventée, compte autant de preuves que contient de charmes l’abstraction avec laquelle on l’avait d’abord confondue.

CD: 01-08/ Berlin Backyards >>> Gilles Aubry - Berlin Backyards - 2008 - Cronica Electronica.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Crackleknob: Crackleknob (HatOLOGY - 2009)

cracksli

Crackleknob, du nom du trio que composent la guitariste Mary Halvorson, le trompettiste Nate Wooley et le contrebassiste Reuben Radding – ces deux-derniers, partenaires déjà au sein du quartette Fugitive Pieces.

Auprès de Radding, les deux jeunes musiciens affirment une autre fois – c'est-à-dire, comme ils n’arrêtent plus de le faire (auprès de Daniel Levin, par exemple, pour Wooley, ou de Jessica Pavone pour Halvorson) – leur maîtrise : distante, la guitariste évolue au gré d’inspirations en cercles et de l’écho de cordes claires, quand le trompettiste affiche un purisme prêt à accueillir toutes contradictions (vents contraires sur Quavering Voices of The Mutilated, lyrisme détaché sur In The Teeth of Ideology).

Parfois, le trio se retrouve à discourir aux portes du silence (Libidinous Objects & The Decay of Self) ; d’autres fois, il compte sur l’accident pour régénérer son expérience ou s’accorde une pause en forme de chanson : folk de Caldwell, 1925 , qui précède le ténébreux The Cadence of Her Dying Breath. Celui-ci surprend encore, et conclut.

CD: 01/ Under The Weight of Aphorisms 02/ The Poor Chew Words to Fill Their Stomachs 03/ In The Teeth of Ideology 04/ Spoilsports 05/ Libidinous Objects & The Decay of Self 06/ Lakehurst, 1937 07/ Quavering Voices of The Mutilated 08/ In The Applications of Standards 09/ Caldwell, 1925 10/ The Cadence of Her Dying Breath >>> Crackleknob - Crackleknob - 2009 - HatOLOGY. Distribution Harmonia Mundi. 

Reuben Radding déjà sur grisli
Transit (Cleanfeed - 2005)
Blue Purge (Leo - 2004)

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jim O'Rourke: I'm Happy, and I'm Singing, and a 1, 2, 3, 4 (Mego - 2009)

imhappyimgrisli

Rapidement épuisé, I'm Happy, and I'm Singing, and a 1,2,3,4, référence de la discographie de Jim O’Rourke et du catalogue des éditions Mego, est aujourd’hui réédité.

Là, (re)trouver des pièces d’une musique sortie d’ordinateur hésitant entre un post-minimalisme lancinant et une pop traînant ses soucis d’expérimentation sur trois longues plages : d’embouteillages sonores en airs de quelques notes qu’il se plaît à rabâcher, O’Rourke passe sans qu’on le remarque vraiment avant qu’arrive And a 1, 2, 3, 4, ouvrage halluciné pour se laisser aller subrepticement à la dérive.

Accompagnant la réédition, un autre disque enfile des pièces (peu ou pas connues) d’une pop électronique légère, aux sonorités badines (Let’s Take It Again From The Top) et aux tentatives expérimentales entendues (He Who Laughs). Là encore, compter sur une des trois pièces pour relever les deux autres : Getting The Vapors, ou effet de masse changé en drone expectorant qui impose sa singularité tranchante aux travaux en solitaire de Jim O’Rourke.

CD1: 01/ I’m Happy 02/ And I’m Singing 03/ And a 1, 2, 3, 4 - CD2: 01/ Let’s Take It Again From The Top 02/ Getting The Vapors 03/ He Who Laughs >>> Jim O'Rourke - I'm Happy, and I'm Singing, and a 1, 2, 3, 4 - 2009 (réédition) - Editions Mego. Distribution Metamkine.

Jim O'Rourke déjà sur grisli
The Second Original Silence (Smalltown Superjazz - 2008)
Born Again in The USA (Drag City - 2006)

Commentaires [0] - Permalien [#]

Old Dog: By Any Other Name (Porter - 2009)

Oldogsli

Old Dog pour Louie Belogenis (saxophone ténor), Karl Berger (vibraphone, piano), Michael Bisio (contrebasse) et Warren Smith (batterie). By Another Name pour un enregistrement construit autour d’improvisations et de compositions (dues surtout à Bisio) aussi grandes les unes que les autres.

Telles By Any Other Name – en trio en l’absence de Berger, puis en quartette – et Endless Return, qui offrent sans doute les meilleurs exemples de la musique qu’il s’agit de défendre ici : progression ténébreuse partagée ou pièce affirmée à coups d’intempestives interventions individuelles (celle du saxophoniste, concernant Endless Return).

Ailleurs, tout l’art de Berger sur le swing irréprochable que sert Smith (Swa Swu Sui, Zephy Revisited), et quelques atmosphères en mouvement improvisé : Round and Round, aux instruments en chute ;  Who Are You ?, pour l'unique piano de Berger ; enfin : Constellation, celle du vieux chien, désormais incontournable.


Old Dog, Endless Return. Courtesy of Porter.

CD: 01/ By Any Other Name 02/ Endless Return 03/ Swa Swu Sui 04/ Round and Round 05/ Living Large 06 Zephyr Revisited 07/ Who Are You ? 08/ Constellation 09/ By Any Other Name >>> Old Dog - By Any Other Name - 2009 - Porter Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ronnie Boykins: The Will Come, Is Now (ESP - 2009)

boykinsli

« Bernard Stollman nous approchait à l’occasion de concerts, venait nous parler puis nous offrait la possibilité d’enregistrer un disque », confiait récemment Henry Grimes au moment d’évoquer The Call, disque qu’il signa pour ESP. Après avoir fait, dans les années 1960, la connaissance de Sun Ra, le producteur s’empressa de faire la même proposition à Ronnie Boykins, contrebassiste de l’Arkestra qui prit son temps avant d’entrer en studio pour l’enregistrement de The Will Come, Is Now, unique référence de sa discographie personnelle.

Aujourd’hui réédité par ESP, l’enregistrement, datant de 1974, retient de brillantes preuves du talent de compositeur de son leader : premières secondes imposant sans attendre la langueur d’un morceau-titre qu’épouseront les solos des saxophonistes Jimmy Vass, Monty Waters et Joe Ferguson, et du tromboniste Daoud Haroom avant que Boykins donne un aperçu définitif de son art à l’archet.

Plus loin, l’alto de Vass rappelle celui de Dolphy sur une ballade vieille école à la progression chancelante (Starlight at The Wonder Inn) avant qu’une confusion amusée ne s’empare de Demon’s Dance et de The Third I – ici, Boykins passé au sousaphone. Reste à célébrer Dawn Is Evening, Afternoon, boucle lasse et tombante (gimmick de contrebasse contre unisson des souffles) interrompue par des parcelles d’un swing déviant sur lequel s’accordent toutes pratiques libertaires. Se poser alors la question : combien de musiciens à discographie débordante accepteraient de renoncer à celle-ci pour un seul disque de la qualité de The Will Come, Is Now ? Autant, sans doute, qu’il pourrait en exister de sensés.

CD: 01/ The Will Come, Is Now 02/ Starlight At The Wonder Inn 03/ Demon’s Dance 04/ Dawn Is Evening, Afternoon 05/ Tipping on Heels 06/ The Third I >>> Ronnie Boykins - The Will Come, Is Now - 2009 (réédition) - ESP Disk. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lawrence Casserley, Adam Linson: Integument (Psi - 2009)

integusli

De la rencontre de Lawrence Casserley et d’Adam Linson au sein de l’Evan Parker Electro-Acoustic Ensemble, est né Integument, brillant ouvrage d’électroacoustique édifié au moyen de machines, de voix et d’une contrebasse (celle de Linson).

Rattrapé par le processeur d’effets de Casserley, voici l’archet de Linson en déroute, progressant difficilement le long des parcours qui lui sont imposés. D’ambiances délétère (Wandering Leukocytes) ou étouffante (Cycloids, à l’interaction plus que démonstrative) en expérimentation saillante (Stratum Spongiosum) et de notes originales pressées par de multiples suivantes (Basement Membrane) en résidus de pratiques sonores éprises de tremblements, le duo compose avec un naturel tenant de la complicité immédiate.

CD:  01/ Stratum Spongiosum 02/ Squamous Epithelium 03/ Wandering Leukocytes 04/ Basement Membrane 05/ Cycloids 06/ Stratum Compactum 07/ Chromophores >>> Lawrence Casserley, Adam Linson - Integument - 2009 - Psi. Distribution Orkhêstra International. 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yoshi Wada : Earth Horns with Electronic Drone (EM, 2009)

wadasli

Poursuivant son œuvre de réédition des travaux de Yoshi Wada, EM records publie aujourd'hui sur CD Earth Horns with Electronic Drone : une heure dix d'une performance longue de deux quarante (version intégrale sur LP épuisé).

A l'Everson Museum of Art de Syracuse (état de New York) en 1974, Wada imposait en compagnie de Barbara Stewart, Garret List et Jim Burton un drone agissant au son de quatre pipehorns de son invention et des trouvailles électroniques de Liz Phillips. Cornes endurantes et amatrices d'oscillations comptent sur leurs entrelacs, voire leurs interférences, pour installer leur expérience avant de s'octroyer ici ou là des plages d'interventions plus personnelles : l'assurance de l'une contre l'effacement de l'autre, accordées soudain par le bourdon d'un orgue. Le transport minimaliste valant l'heure dix que l'auditeur lui aura consacrée, celui-ci regrettant maintenant l'heure et demi d'enregistrement qui lui manque.

Yoshi Wada : Earth Horns with Electronic Drone (EM / Metamkine)
Réédition : 2009. 
CD : 01/ Earth Horns with Electronic Drone
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Metalycée : It Is Not (Mosz, 2009)

Metalysli

Fomenté par deux membres de Thilges 3 (Armin Steiner et Nik Hummer), Metalycée signe aujourd'hui la troisième référence de sa discographie : It Is Not, ouvrage d'un métal extirpé de ses codes et porté – enfoncé, aussi, parfois – par le souffle de Melita Jurisic.

Le ton est grave, qui rappelle ici Patti Smith, ailleurs se glisse en atmosphères que ne renieraient pas Nick Cave ou Loren Connors : le décorum d'un folk ténébreux consistant en trames vaporeuses élevées à coups de claviers électriques et de guitare basse, de drones et de précipitations de tambours inspirés – ceux de Bernhardt Breuer.

Quelques fois, l'ensemble applique avec génie des noirceurs au format de chansons progressant sur boucles instables (Satisfy My Soul) ; d'autres, il change ses complaintes en développements stricts, capables de se laisser gagner puis se perdre par d'imposants effets sonores (It Is Not, You Promized Me). Et si le groupe en fait quelques fois trop (The Itch, hymne bouffon de chauve-souris à l'anémie viennoise), on n'oubliera pas d'avoir entendu partout ailleurs une originalité indéniable sortie de sous les ombres.


Metalycée, Satisfy My Soul. Courtesy of Mosz.

LP: A01/ Cordelia..s Song A.02/ Satisfy My Soul A.03/ It Is Not A.04/ Spiders on Toast A.05/ The Itch B.01/ Something Sick B.02/ Donal Og B.03/ You Promised Me B.04/ Jezebel >>> Metalycée - It Is Not - 2009 - Mosz.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lenoci, Magliocchi, Zingaro : Serendipity (Amirani, 2009)

serendipisli

En 2007, Carlos Zingaro rencontrait à l’occasion du festival de jazz de Bari le pianiste Gianni Lenoci et le percussionniste Marcello Magliocchi.

Consignée sur Serendipity, l’expérience confronte d’abord les coups d’archet vindicatifs de Zingaro aux trouvailles faites par Lenoci à l’intérieur d’un piano préparé – qui sonne ici comme une harpe défaite, ailleurs comme un mobile métallique et grinçant – avant d’hésiter entre un lyrisme déposé au creux de trois tourmentes (Part #3) ou de trois insistances (Part #4).

Plus affirmés, les gestes de Magliocchi n’en restent pas moins toujours à distance (Part #2), si ce n’est sur la fin, sur laquelle de grands coups portés répondent avec à-propos aux saillies d’un piano auxquelles les notes sont arrachées et aux initiatives toujours impétueuses de Zingaro : conclusion d’une préciosité incisive.   

CD: 01/ Part #1 02/ Part #2 03/ Part #3 04/ Part #4 05/ Part # 5 >>> Lenoci, Magliocchi, Zingaro - Serendipity - 2009 - Amirani Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>