Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Spéciale Jean-François PauvrosJackie McLean de Guillaume BelhommePJ Harvey : Dry de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Joe Morris, Simon H. Fell, Alex Ward : The Necessary and The Possible (Victo, 2009)

necessarygrisli

On commence à mieux connaître la guitare acoustique de Joe Morris depuis l’indispensable Elm City en duo avec Barre Phillips. On la retrouve aujourd’hui en trio aux côtés de Simon H. Fell et d’Alex Ward, deux improvisateurs que l’on ne présente plus.

C’est une musique où cordes et souffles s’entortillent, se bousculent, se juxtaposent pour ne (presque) jamais se quitter. Quelle est donc cette mathématique à la fois si complexe et si naturelle ? Tensions-détente, furie-accalmies ; on connaît cela par cœur mais, ici, quelque chose de plus s’interpose. Entre strangulation et longs phrasés enchevêtrés, la clarinette étonne. Mais tout autant, la guitare et la contrebasse. L’élan se fendille, les sons s’épuisent et s’en vont mourir abruptement. La phrase se casse, ressurgit et exige un ultime crescendo. Le jazz de Morris est vif, rugueux dans ses harmoniques (on songe à Bailey). Il est encore très vif mais sans l’arrête vive quand arrive le contrepoint. Un contrepoint qui, jouant avec des figures plus cisaillantes, éloigne la musique des habituelles formules du genre. Un possible renouvellement de la forme, alors ? Pourquoi pas.

Joe Morris, Simon H. Fell, Alex Ward : The Necessary and The Possible (Victo / Orkhêstra International)
Enregistrement : 18 mai 2008. Edition : 2009
Cd : 01/ Ils improviseront 02/ Ils auront improvisé 03/ Ils improvisaient 04/ Ils improvisèrent 05/ Ils eurent improvisé
Luc Bouquet © Le son du grisli



Christian Marclay : Snap! (Les presses du réel, 2009)

snapsli

Tirant son titre d’une exposition organisée à Genève, Snap! est le fruit d’un étude collective des travaux artistiques (photographie notamment) de Christian Marclay, presque indissociables de sa pratique musicale.

Depuis 1981, Marclay expose en effet : accumulations de documents et souvenirs étrangers qu’il récupère et s’approprie, installations astreignant le vinyle à ses vertus plastiques, photographies choisies pour être capables d’exprimer un son (étui de guitare, mur d’amplis, objets sonores tous identifiables) ou encore pastiches stylés (affiches le mettant en scène). Dans l’idée, à chaque fois : soupçonner le son au-delà de l’image. Ainsi, quand il n’est pas à son origine en tant que musicien, Marclay le cherche et, en obsessionnel, le trouve partout, qu’importe ensuite la forme que cette découverte imposera à son son œuvre.

De jeux réalisés à partir d’onomatopées en clichés de bandes de cassettes déroulées, de 45 tours encadrés en installations ingénieuses – ses créations plastiques les plus réussies –, les nombreux intervenants de Snap! font le tour du sujet Marclay – certains beaucoup plus formellement que le leur permettait l’iconoclastie du new-yorkais – et donnent à voir beaucoup quand le lecteur cherchait encore à entendre.

Christian Marclay, Valérie Mavridorakis et David Perreau (éditeurs) : Snap ! (Les Presses du réel)
Edition : 2009.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Christian, Milton, Prevost, Saade : A Church Is Only Sacred To Believers (Al Maslakh, 2009)

agrisliacred

Eddie Prevost (percussions) a rencontré ses partenaires sur ce disque (Nicholas Christian à la basse électrique, Matt Milton au violon et Bechir Saade à la clarinette basse) lors de l’atelier d’improvisation qu’il anime hebdomadairement à Londres depuis 10 ans.

Comme il l’évoque dans le livret de l’album, les musiciens sont ici à la recherche de nouveaux sons et de nouvelles relations musicales, qui vont au-delà du « musical ». C’est ainsi, par exemple, que la batterie ne sera quasiment utilisée que comme pourvoyeuse de chuintements, sifflements sourds et autres déflagrations aigues obtenues par frottements. Les autres instruments répondent parfaitement à ces interventions : tantôt via de faibles larsens provoqués par la basse, tantôt par les bruissements obtenus en parcourant le violon à l’aide de l’archet.

Ce monde de turbulences vibratoires et de bourdonnements est parfois éclairé par des notes nettement perceptibles à la clarinette. Cette respiration est bienvenue, mais n’est pas indispensable tant la subtilité des échanges et  la richesse sonore imprègnent l’auditeur qui veut se laisser plonger dans ces plages captivantes.

Nicholas Christian, Matt Milton, Eddie Prevost, Bechir Saade : A Church Is Only Sacred To Believers (Al Maslakh)
Enregistrement : 17 juin 2007. Edition : 2009.
CD : 01/ Song One 02/ Song Two 03/ Song Three 04/ Song Four 05/ Song Five
Jean Dezert © Le son du grisli


Omni : Omni (Presqu'île, 2009)

omnisli

Depuis trois ans, Kato Hideki (basse, synthétiseur), Tetuzi Akiyama (guitare électrique préparée) et Toshimaru Nakamura (guitare électrique préparée, mixer), confectionnent au sein du projet Omni une musique expérimentale qui leur échappe simplement parce qu’ils refusent de s’accorder sur ses intentions – même pas sur celle d’interagir, précise Hideki sur son site internet.

Omni (le disque) est l’enregistrement d’une récente prestation du trio et permet de mettre enfin l’oreille sur un projet musical jusque-là somme toute confidentiel. Au commencement, les guitares ont du mal à sortir d’une tirade d’effets étouffants et il semble que chacune de leurs cordes fourbit des assauts esthétiques qui sont autant d’échappatoires : les coups pleuvent et, en conséquence, l’emballement collectif vacille. Irrémédiablement, puisque la musique née de cette collaboration est une construction qui est aussi la cible de nihilistes contraints de s’en prendre aux propres fruits de leur expression, l'ensemble se désagrège. Brutal, bruitiste et bruyant, il n’en reste pas moins qu’Omni (le disque, toujours) touchera au cœur les amateurs d’eastern sounds ultramodernes.


Omni, 40:10 (extrait). Courtesy of Presqu'île.


Omni, 40:10 (extrait). Courtesy of Presqu'île.

Omni (Kato Hideki, Tetuzi Akiyama, Toshimaru Nakamura) : Omni (Presqu’île Records)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01. 40:10 02/ 05:02
Pierre Cécile © Le son du grisli


Jim Haynes : Sever (Intransitive, 2009)

Haynisli

Sur Sever, son troisième disque, Jim Haynes – aussi responsable du label Helen Scarsdale –  donne les preuves de sa minutie d’expérimentateur transporté.

Pour changer de simples collages sonores en agressions dont il fait des colliers : quatre, ici, qui tirent leur éclat de drones, field recordings (oiseaux, mouvements, souffles), lignes électroniques ou plaintes d’instruments mis en pièces. Sur Sever, si la vie et la mort rôdent au son de bruits en réductions, partout l’invention de Jim Haynes grouille et se maintient avec panache.

Jim Haynes : Sever (Intransitive Recordings / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ 02/ 03/ 04/
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Han Bennink Trio : Parken (Ilk, 2009)

hangrisli

Sur Parken, Han Bennink fait pour la première fois de son nom celui d’une formation : trio, en l’occurrence, qu’il forme aujourd’hui avec le pianiste Simon Toldam et le clarinettiste Joachim Badenhorst.

Pour faire suite à une série de concerts, l’enregistrement distribue les preuves de l’entente du batteur et de ses jeunes partenaires, notamment sur un lot d'improvisations (Myckewelk exacerbé ou Flemische March sur lequel Bennink court après les notes en cascades du pianiste, les rattrape et les avale). Ailleurs, le trio sert des compositions signées de ses membres (Music for Camping de Toldman, qui révèle chez celui-ci une érudition musicale, et notamment jazz, capable de faire oublier un peu une sonorité un brin clinquante ; plus convaincant Reedeater de Badenhorst) ou tiré du répertoire de Duke Ellington.

Trois fois il est ainsi donné d’entendre des pièces dues à la collaboration Ellington / Billy Strayhorn : Fleurette africaine, pâtissant elle aussi d’une production léchée à l’excès ; Lady of The Lavendermist, célébrée surtout par le duo Badenhorst / Bennink aux clarinette basse et cymbales ; et puis, surtout, Ispahan : là, Toldman démontre un jeu d’accords plus subtil quand Badenhorst se fraye un chemin entre les coups vifs assénés par Bennink.

Han Bennink Trio : Parken (Ilk Music / Instant Jazz)
Edition : 2009.
CD : 01/ Music for Camping 02/ Flemische March 03/ Lady of The Lavender Mist 04/ Myckewelk 05/ Isfahan 06/ Reedeater 07/ Fleurette africaine 08/ After The March 09/ Parken
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Millefleurs : Millefleurs (Creative Sources, 2009)

millegrislis

Depuis 1999, Christoph Schiller dirige l’ensemble vocal Millefleurs. Celui-ci comprend en ses rangs aussi bien des amateurs que des musiciens habitués des scènes de l’improvisation comme Carl Ludwig Hübsch ou Agnès Palier. Il s’agit du premier opus d’un groupe que l’on devine fascinant sur scène. Son nom renvoie aux tapisseries médiévales dont le fond est parsemé de petites fleurs. Ces dernières correspondraient aux sons émis par chacun des musiciens ; le fond, au tout formé par ces efforts individuels.

Chaque morceau, baptisé d’après une fleur, résulte ainsi d’une improvisation libre. Si le concept est proche de celui mis en place par Phil Minton avec son Feral Choir, le résultat s’en éloigne par l’absence d’un conducteur, une rythmique moins affirmée et des ambiances plus abstraites. Il y a comme une retenue dans l’expression des chanteurs qui les empêche de tomber dans la cacophonie. D’ailleurs, il est rare d’entendre plus que quelques-uns des douze improvisateurs en même temps. L’inquiétante étrangeté qui se dégage de leurs chuchotements, trilles ou cris étranglés, est suffisamment captivante pour faire oublier la durée d’un album parfois un peu long. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter Passiflora incarnata et de se laisser glacer par un chœur nocturne et incantatoire.

Millefleurs : Millefleurs (Creative Sources)
Enregistrement : janvier-février 2009. Edition : 2009.
CD : 01/ galanthus nivalis 02/ cypripedium calceolus 03/ ononis spinosa 04/ rhinanthus minor 05/ cardamine pratensis 06/ passiflora incarnata 07/ lamium album 08/ saxifraga aizoon 09/ pulsatilla vulgaris 10/ maianthemum bifolium 11/ linnea borealis 12/ arum maculatum.
Jean Dezert © Le son du grisli


Barry Guy, Irène Schweizer : Radio Rondo / Schaffhausen Concert (Intakt, 2009)

radiogrislo

Deux pièces seulement ici, toutes deux enregistrées le 21 mai 2008 dans le cadre du Schaffhausen Jazzfestival.

Schaffhausen Concert est un solo de la pianiste Irène Schweizer. Chez Irène, toujours cette redoutable symétrie, cette clarté de la forme et du phrasé. Continuité sans ruptures, le doute est absent et l’excellence est au rendez-vous. Seulement jouer avec un total engagement : avec énergie, force et ne jamais s’attarder, ni se relâcher. Une urgence continue, exemplaire même dans ses moments de répit ; sans incidence et si brillante que générosité et chaleur s’y perdent parfois. Cela à duré une quinzaine de minutes.

Radio Rondo est une composition de Barry Guy. Il dirige à nouveau le London Jazz Composers Orchestra (plus de dix ans d’absence, déjà). Le plaisir de les retrouver est grand. Les clusters et autres glissandi sont toujours présents. L’effet de masse, l’action collective ne trompent pas. Barry Guy dirige avec rigueur et Irène Schweizer, dont le rôle central ne fait aucun doute ici, exulte et mitraille sans sourciller, adoptant parfois des paysages plus tempérés en trio avec Barry Guy et Paul Lytton. Cela a duré une trentaine de minutes.

Barry Guy London Jazz Composers Orchestra, Irène Schweizer : Radio Rondo / Schaffhausen Concert (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009   
CD : 01/ Schaffhausen Concert 02/ Radio Rondo
Luc Bouquet © Le son du grisli


Joëlle Léandre, George Lewis : Transatlantic Visions (Rogue Art, 2009)

transatlanticgrisli

Voici presque une trentaine d’années que Joëlle Léandre et George Lewis se côtoient. Sur Transatlantic Visions, enregistrement de leur rencontre au 14e Vision Festival (2008), trouver alors quelques preuves de complicité évidente.

La contrebasse et le trombone pris dès l’ouverture d’un accès de fièvre répétitive, et puis faits instruments d’une incantation hésitant sans cesse entre improvisation délurée et swing poussé en dehors de ses propres limites : Léandre frénétique et Lewis concentré finissent d’en bouleverser les codes.

Ici, un solo de Léandre (baroque, dévalant graves, percussif et enfin suspendu) ; là, un solo de Lewis (traînant, tapi dans l’ombre, et intense). Diverses et quelques fois partagées, les visions sont surprenantes et ancrent le fantasme dans la réalité de deux musiciens au service d'un seul concept : la gravitude.

Joëlle Léandre, George Lewis : Transatlantic Visions (Rogue Art)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ Transatlantic Vision I 02/ Transatlantic Vision II 03/ Transatlantic Vision III 04/ Transatlantic Vision IV 05/ Transatlantic Vision V 06/ Transatlantic Vision VI 07/ Transatlantic Vision VII
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Léandre, Lenoci, Curci, Magliocchi : Psychomagic Combination (Setola di maiale, 2008)

psychogrisli

Huit improvisations enregistrées en concert en 2007 par différentes combinaisons formées par Joëlle Léandre, Gianni Lenoci (piano), Vittorino Curci (saxophone alto) et Marcello Magliocchi (percussions), font Psychomagic Combination.

En quartette, les musiciens trouvent un point d’accord à leurs intérêts divergents (archet compulsif de Léandre et insistance traînante de Curci, par exemple, en ouverture) avant de s’entendre avec un aplomb rare sur la deuxième – et même la plus longue – des trois pièces enregistrées à quatre. 

Autres formations capables de surprendre ici : le duo Léandre / Lenoci – échange qui renvoie au disque enregistré par les mêmes quelques années plus tôt (Sur une balançoire, sur Ambiances magnétiques) –, défendant un impressionnisme dévasté par quelques graves ultimes ; le duo Léandre / Magliocchi, intense et grondant autrement ; le trio Léandre / Lenoci / Magliocchi, enfin, sur lequel l’archet se fait plus aigu tandis que le piano s’en remet à la paraphrase avant de l’abandonner avec pertinence. Ailleurs, quelques moments de flottements : inspirations en creux et en bosses ou combinaisons moins cohérentes dans leur ensemble : écarts anecdotiques comparés aux réussites.

Joëlle Léandre, Gianni Lenoci, Vittorino Curci, Marcello Magliocchi : Psychomagic Combination (Setola di maiale)
Enregistrement : 2007. Edition : 2008.
CD : 01/ Quartet 5 :44 02/ Trio Trio (Léandre, Lenoci, Magliocchi) 5:44 03/ Duo (Léandre, Curci) 3:35 04/ Trio (Lenoci, Curci, Magliocchi) 5:39 05/ Duo (Léandre, Lenoci) 06/ Duo (Léandre, Magliocchi) 8:25 07/ Quartet 9:25 08/ Quartet 4:50
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur