Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

(Wadada) Leo Smith : Spirit Catcher (Nessa, 2009)

grislicatcher

L'un des fantasmes les plus fréquemment rencontrés chez les musiciens de jazz – art qui aura généré un imposant nid à clichés pour s'y lover ensuite et y abandonner beaucoup de son invention – est celui d'enregistrer auprès d'une section de cordes. Face à ce genre de clichés, deux solutions pour les novateurs : feindre l'ignorance (mais là, difficile, puisque même le référent habituel qu'est Charlie Parker a cédé un jour à la tentation du « With Strings ») ou investir la pratique répandue pour la transcender, à la manière de Leo Smith sur Spirit Catcher.

En 1979, à la tête de deux formations différentes, Smith enregistre auprès de cordes spéciales, qui changent et vont à merveille au lyrisme fluctuant d'un des plus charismatiques représentants de l'A.A.C.M. : trois harpes, en l'occurence, derrière lesquelles prennent place Irene, Ruth et Carol Emanuel (la dernière travaillera longtemps au Third Stream aux côtés de Ran Blake et côtoiera Earl Howard, Anthony Braxton ou John Zorn, récemment encore sur Femina). Sous la conduite de Dwight Andrews, les quatre musiciens consignent deux versions de The Burning of Stones, pièce dédiée à Braxton au  développement sonore à pas comptés – Smith intervenant en fond et instrument bouché – et au lyrisme compact qui lorgne autant vers les concepts de l'A.A.C.M (premiers disques de Muhal Richard Abrams en compagnie de la jeune garde) que vers la musique classique européenne.

L'autre formation (soeurs Emanuel écartées / Dwight Andrews passé au ténor à la clarinette et à la flûte, Bobby Naughton au vibraphone, Wes Brown à la contrebasse et à la flûte et enfin Pheeroan AkLaaf à la batterie), de donner Images, divagation lente qui rêverait de répondre aux commandements d'une marche puis s'emballe pour suivre les imprécations du duo contrebasse / batterie ; et puis Spirit Catcher, morceau de rêve fait sons qui donne son nom au disque réédité aujourd'hui et résume à lui seul les émotions intactes à y trouver. En inventeur, Leo Smith s'est servi d'un cliché : son « With Strings » tient de l'exception.

Leo Smith : Spirit Catcher (Nessa / Amazon).
Enregistrement : 1979. Réédition : 2009.
CD : 01/ Images 02/ The Burning of Stones 03/ Spirit Catcher 04/The Burning of Stones (First Version)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Zorn : Femina (Tzadik, 2009)

feminisli

C’est très simple : en trente-cinq minutes, John Zorn rend hommage à cinquante-deux femmes (parmi elles ; Frida Kahlo, Xu Feng, Simone de Beauvoir, Yoko Ono, Hannah Arendt, Louise Bourgeois, Susan Sontag, Marguerite Duras), le tout étant tout interprété par un sextet exclusivement féminin (Jennifer Choi, Okkyung Lee, Carol Emmanuel, Sylvie Courvoisier, Shayne Dunkelman, Ikue Mori + Laurie Anderson en special guest).

Pour ce faire, il renoue avec ses game pieces ; les cartes et signaux qu’il manipule permettant que se lovent dans chaque pièce improvisation et composition. Mais on est très loin des zapping frénétiques des différentes versions de Cobra et c’est plutôt du côté des sobres mélodies du Godard/Spillane qu’il faut aller chercher. Mais si elles étaient parfois dissimulées voici trente ans, elles éclatent au grand jour aujourd’hui. Chaque pièce débute par un effet zapping souvent à la charge des electronics d’Ikue Mori. Puis s’engagent mélodies ou arpèges joués à l’unisson par la harpe et le piano : le violon et le violoncelle se partageant, ensuite, le rôle de soliste.

Ici, Zorn prend le temps de laisser ses partenaires développer ambiances et atmosphères. On pense parfois à Glass ou à Satie. Soit un Zorn presque apaisé et si peu chaotique qu’il risque de décevoir quelques-uns de ses fans les plus radicaux. En bonus : un  superbe un livret-portfolio des photographies de l’artiste allemande Kiki Smith.


John Zorn, Femina IV. Courtesy of Orkhêstra International.

John Zorn : Femina (Tzadik/ Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009
CD : 01/ I/ II 03/ III 04/ IV
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Stasis Duo : 3 (The Sorg Noise, 2009)

stasisli

Les Australiens Matt Earle et Adam Sussmann forment Stasis Duo. Entre 2003 et 2009, ils enregistrèrent les trois titres de 3, disque qui a été produit à 160 exemplaires sur le label Organized Music from Thessaloniki.

Earle et Sussmann fouillent sur ces trois titres dans des samplers vidés du son le plus infime, mais trouvent quand même de quoi tracer des droites ténues qui, de gauche à droite (c'est le principe), pourront interpeller ou surprendre. Un larsen, en premier lieu, tient la dragée haute au silence, que le duo modèlera ou laissera quasi tranquille plus loin. Un disque blanc qui dévoile sa belle amplitude au fil du temps qui passe...

Stasis Duo : 3 (Organized Music from Thessaloniki)
Enregistrement : 2003-2009. Edition : 2009.
CD-R : 01/ - 02/ - 03/ -
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Frank Rosaly : Milkwork (Contraphonic, 2010)

rosalysli

La couverture de Milkwork est mauvaise conseillère : sur ce disque (LP vinyl blanc), le batteur Frank Rosaly –  souvent entendu auprès de Dave Rempis ou Fred Lonberg-Holm – s'adonne en solitaire à de brillantes études.

Introspectif, il fomente une construction rythmique peu à peu séduite par les saturations sorties de pédales d'effets, vagabonde sur une vignette sonore jouant des écarts de volume, poursuit ses recherches sur le son le temps de pièces hybrides avides d'autres déformations.

Ailleurs, il commande à d'autres instruments d'investir le champ expressionniste : accordéon supposé répétant deux notes sur une batterie chancelante (Zoquete, plus naïf dans sa conduite et à rapprocher des travaux de LaMonte Young) ou vient appuyer l'interventions de synthétiseurs ou d'oscillateurs  convoqués pour relever quelques progressions lasses. Enfin, il arrive à Rosaly d'improviser plus concrètement : NY Prices! et Truce démontrant d'un savoir-faire polyrythmique qui évoque les compositions pour batterie seule de Max Roach : Rosaly moins minutieux que son modèle mais profitant, comme d'un bout à l'autre de Milkwork, de folies généreuses.


Frank Rosaly, Adolescents. Courtesy of Contraphonic.

Frank Rosaly : Milkwork (Contraphonic)
Edition : 2010.
LP : 01/ Adolescents 02/ NY Prices 03/ Four Bright Red Dots 04/ Truce 05/ Zoquette 06/ NY Prices! 07/ Calcetines 08/ Burnshine 09/ He Junkin'
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Full Blast : Black Hole

fullgrisli

Est-il donc encore nécessaire de chroniquer un disque de Peter Brötzmann ? Un rapide coup d’œil sur les crédits et l’on pourrait (presque) écrire la chronique sans écouter le CD. Car Brötzmann est Brötzmann et quel que soit le contexte dans lequel il évolue, il ne fera jamais que du Brötzmann…Ceci en toute logique puisqu’il est Brötzmann. Alors, que lui reprocher ? Rien finalement car de cette furie convulsive, jamais prise en défaut depuis des décennies, on n’arrive pas à se lasser.

De Brötzmann, certains voudraient autre chose : « de la douceur, balbutient-ils. Trop de déluges depuis trop d’années, qu’il s’adoucisse maintenant ! » Oui, convenons-en : on entend souvent de drôles de choses dans le cercle des initiés. Et ici, Peter Brötzmann va encore les décevoir de son souffle unique, insatiable, malin. Et ici, avec lui, une sacré paire de voyous soniques. Marino Pliakas & Michael Wertmueller : deux rockers (sic) qui ne savent pas tempérer. Une masse qui fait front et s’oppose au souffleur. Du fiel à tous les étages (Large Hadron Collider), de sournoises accalmies (Atlas), des crescendos ébouriffants (Protoneparcel), des brûlots et encore des brûlots. Et aucune raison pour que ça s’arrête. Alors : nécessaire ou pas la chronique ? L’écoute du disque, elle, l’est totalement.


Full Blast, Higgs. Courtesy of Orkhêstra International.

Full Blast : Black Hole (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008 / Edition : 2009   
CD : 01/ Black Hole 02/ Suzy 03/ Ellis 04/ Alice 05/ String 06/ Atlas 07/ Protoneparcel 08/ Higgs 09/ Teilchencrash 10/ Large Hadron Collider 11/ Quarks Up-Down
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jean-Michel Rivet : A fleur de quai (Sonoris, 2009)

rivetsli

Dans la lignée des premiers « concrets » (l’univers ferroviaire convoqué sur la première piste rappelle immanquablement la fameuse Etude aux chemins de fer de Pierre Schaeffer), Jean-Michel Rivet utilise des bruits de la vie quotidienne comme matériau de base de ses constructions cinématiques. A la différence de ses prédécesseurs, surtout théoriciens à la recherche d’une nouvelle grammaire sonore, le compositeur assemble et transforme ses sons dans une optique résolument poétique. L’aspect narratif est accentué par les titres et par l’intégration de voix et autres éléments suggérant à l’auditeur des embryons d’histoire qu’il peut développer à sa guise : quelques phrases d’une femme en partance sur le quai d’une gare, le monologue essoufflé et tendu d’un fugitif poursuivi par des chiens…

Les manipulations électroacoustiques sont toujours subtiles et discrètes. Ainsi, elles s’intègrent et se juxtaposent au « réel », pivot des différentes pièces qui évoquent souvent certains des enregistrements de Luc Ferrari. Mystère et délicatesse se dégagent de morceaux comme le très beau Dalila I, une « chanson traditionnelle kabyle chuchotée dans le creux du micro ». L’enregistrement de base, simple et touchant, est ici sublimé en une ritournelle obsédante par les subtiles manipulations du musicien. Les moyens techniques mis en œuvre ne sont jamais démonstratifs, ils servent à évoquer, à raconter.

Jean-Michel Rivet : A fleur de quai (Sonoris)
Enregistrement : 2005-2009. Edition : 2009.
CD : 01/ A fleur de quai 02/ Vah ma awalo 03/ Frôlement d’elle 04/ Dalila 05/ Naufrage 06/ Pique-nique au bord de la route 07/ Destructiv mecanic commando.
Jean Dezert © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ivan Palacky, VJ Vera Lukásová : Carpet Curtains (Errant Bodies, 2009)

carpetgrisli

Sur Carpet Curtains, Ivan Palacky est cette fois associé à son compatriote VJ Vera Lukásová (pseudonyme du réalisateur Filip Cenek). Confronte donc là sons et images.

Miniaturistes radicaux, les deux hommes construisent des courts métrages qui jouent de l’image capturée et de ses déformations possibles – celles-ci intervenant sur l’ordre de faibles clics ou de bruits de cordes espacés. Si le visuel accapare, la musique semble ici commander les mutations en monstres divers d’un poisson d’aquarium ou les apparitions et disparitions de bandes verticales revendiquant le statut de nouvel état de nature. Pour terminer, le duo interroge la FIN de la pellicule (usage de KONEC, en tchèque) : le feu s’occupant cette fois de transformer la matière aussi volontairement que le duo se chargea plus tôt de métamorphoser la vérité des choses, à la manière dont Jiří Kolář (pour parler d’un autre Tchèque) pensait ses collages.

Ivan Palacky, VJ Vera Lukásová : Carpet Curtains (Errant Bodies / Les presses du réel)
Enregistrement : 2006. Edition : 2009.
DVD : 01/ Shangai 02/ Yesnoyesno 03/ Untitled 04/ Pilgrimages 05/ Veverka
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Andrea Neumann, Ivan Palacky : Pappeltalks (Uceroz, 2009)

pappelslis

Lorsque l’on ouvre pour la première fois la boîte qui renferme Pappeltalks, une encre violette est libérée et se répand sur la couverture : première forme inattendue donnée à cette collaboration d’Andrea Neumann (sortie de Phosphor mais pas du ventre de son piano) et Ivan Palacky (machine à coudre amplifiée).

De son étrange instrument, Palacky actionne le mécanisme et commande le battement sur lequel Neumann réagira à l’intérieur de son piano : faibles drones et expérimentations miniatures, cordes pincées et manipulations stéréophoniques, composent ainsi la bande-son de longs mouvements sonores hésitant entre musique concrète et improvisation expérimentale. Plus subtilement que pourrait le laisser penser l’énoncé de l’expérience (et surtout l’instrument de Palacky), Pappeltalks révèle une musique d’intériorités multiples et concentrées – comme souvent avec Neumann.

Andrea Neumann, Ivan Palacky : Pappeltalks (Uceroz)
Enregistrement : 2006. Edition : 2009.
CD : 01/ Pappeltalk 1 02/ Pappeltalk 2 03/ Pappeltalk 3 04/ Pappeltalk 4 05/ Pappeltalk 5
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton, 2009)

mikro4sli

Sans doute est-ce par la couleur violette de sa pochette que les amateurs désigneront ce troisième volet des aventures de Werner Dafeldecker (contrebasse, electronics) et Christof Kurzmann (ordinateur, clarinette) : en 1999, sous jaquette orange et pour l’étiquette Charhizma, leur cellule s’augmentait d’O’Rourke, Drumm et Siewert ; en 2003, le pavillon vert du même label signalait l’adjonction d’eRikm, Died13, Noetinger et Drumm

En 2007, c’est à John Tilbury (piano) et Stevie Wishart (vielle à roue) que l’invitation fut faite ; si le premier se fond aisément – n’était-il pas aussi l’hôte de Polwechsel cette année-là ? – dans des densités qu’il vient hanter avec subtilité, la seconde apporte élan et invention. Sous ses doigts, la vielle gagne une dimension concrète & abstraite (organique guitare à plat & passionnant synthétiseur médiéval) ; tout en participant au tressage collectif et au tramage des sept paysages reproduits ici, elle apporte une qualité toute tactile à l’hypnose déployée ; ses bourdons magiques ont une vie propre qui démultiplie frottements harmoniques et résonances collatérales. Crêpages et élégants rainurages, Wishart anime l’univers posément architecturé de ses comparses.

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton)
Enregistrement : 2007. Edition : 2009.
CD : 01/ Wien 1 02/ Wien 2 03/ Wien 3 04/ Wien 4 05/ Wien 5 06/ Wels 1 07/ Wels 2
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lionel Marchetti, Olivier Capparos : Equus (Pogus, 2009)

grandvehisli

Commande passée à l’association Lionel Marchetti / Olivier Capparos par l’INA GRM, Equus est un collage sonore étrange pour tirer de nouvelles saveurs de recettes déjà anciennes. 

Collaborateurs radiophoniques, Marchetti et Capparos insistent ici : une voix radiodiffusée, d’autres tirées de films, de chansons anciennes ou d’horloges téléphoniques, le tout sur des souffles lointains et quelques basses enveloppantes. Du déjà entendu en somme, mais sur le papier seulement.

Parce qu’au gré de l’écoute d’Equss, montent des langages mêlés et une même angoisse intarissable, des sirènes perdues en déferlantes qui croient pouvoir encore attirer à elles qui saura les entendre. D’autres cris alentours, des inserts maintenant velléitaires et plus tard encore plus nombreux. De l’expérimentation pure sur collage transi.

Lionel Marchetti, Olivier Capparos : Equus (Pogus / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01 / Equus
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>