Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Jazz en MarsA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

Gianni Mimmo, Harri Sjöström : Live at Bauchhund (Amirani, 2011)

gianni_mimmo_live_at_bauchhund

Deux sopranos : Chirps pour balise plutôt que matrice. Réécouter Lacy et Parker et se dire que le grandiose a déjà été atteint. Et qu’il ne sert à rien de s’y frotter. S’y frotter : ce que ne font jamais Gianni Mimmo et Harri Sjöström.

Deux sopranos donc. Ludiques et alliés. Ludiques et sans accrocs. A l’écoute et sans singer, sans copier. Parfois s’opposer avec la douceur de ceux qui exècrent combats et duels. Souffler plutôt qu’occire. Et, en passant, détruire quelques idées reçues sur les conciliabules de piafs. Au charivari contenu de l’un, l’autre répond d’une harmonique rauque. Ou bien est-ce le contraire. S’amuser des souffles. Additionner et ne jamais soustraire ou diviser. Etre simplement naturels puis souder le temps qui passe. Non pas un exploit mais une possible définition de l’improvisation.

Gianni Mimmo, Harri Sjöström : Live at Bauchhund (Amirani Records)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Introduction 02/ Tap-Soup 03/ Uncovered-Pointed 04/ Curtain & Beyond 05/ Threshold Song 06/ Twin Constellation 07/ Lied 08/ Elliptical 09/ Facing the Distance 10/ Spirals
Luc Bouquet © Le son du grisli



Asmus Tietchens : Soirée (LINE, 2011)

asmus_tietchens_soir_e

Disons que je suis en ce moment même, en prenant des notes, en train d’écouter le nouveau disque d’Asmus Tietchens. Richard Chartier l’a publié sur LINE. Avouerais-je que c’est la première fois que je l’écoute ? Ferais-je croire que c’est la énième ? Au fait, est-il déjà sorti ?

Sur la première plage de Soirée (on se souvient du classique de Tietchens, Notturno) nous voilà transporté. Plus avant, on reçoit des claques concrètes : notre transport est sans cesse dérangé par des bruits bizarres, agaçants. Est-ce le résultat de la méthode de recyclage que Tietchens applique ici ? Ces bruits qui claquent marquent peut-être chaque nouvelle mue de la partition musicale. Cette méthode, Tietchens y a recours parce que, dit-il, il se demande s’il est nécessaire de créer aujourd'hui de nouvelles compositions électroniques alors qu’une archive peut tout aussi bien accoucher d’un univers.

Malgré tout, les morceaux qui suivent se rapprochent de l’ambient « habituelle » de Tietchens : une ambient expérimentale (même si ses expérimentations se font devant un arrière-plan solide). Au premier plan, l’Allemand manie beaucoup de bruits étouffés et modifie le timbre de voix enregistrées. Il établit des contrastes qui n’obéissent à aucune règle de temps. Parce qu'une fois encore, et malgré la méthode qu'il emploie, Tietchens va voir au-delà du futur et au-delà du souvenir. Le méridien sur lequel son horloge est réglée n’existe pas. Cette Soirée est merveilleuse parce qu'elle n'appartient qu'à lui.  

EN ECOUTE >>> Soirée (extrait) >>> Soirée (autre extrait)

Asmus Tietchens : Soirée (LINE)
Edition : 2011.
CD : Soirée
Pierre Cécile © Le son du grisli


Tierce : Caisson (Another Timbre, 2011)

caissonsli

Sur la table de dissection de Lautréamont, ce n’est pas un parapluie mais quelques organes et instruments (field recordings, cithare et micros contact de Jez Riley French) et des appareils électroniques (dont les platines de Daniel Jones) que rencontre une machine à coudre. 

Cousant en Tierce ce Caisson plein à craquer, la Dolpleta (180 et non plus 160) d’Ivan Palacky pique les craquements et larsens qui l’entourent. Par souci de camouflage, elle se change même en bateau à roue : cette dernière fait d’ailleurs des étincelles dont les bruits sont augmentés par les crépitements des micros. L’addition composant la symphonie d’un divertissement d’abstraction rare : le concert date de novembre 2010.

EN ECOUTE >>> Caisson (extrait) >>> Caisson (autre extrait)

Tierce : Caisson (Another Timbre / Metamkine)
Enregistrement : novembre 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Caisson
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Robert Kusiolek, Anton Sjarov, Ksawery Wojcinski, Klaus Kugel : Nuntium (Multikulti Project, 2010)

nuntiumsli

Des folklores imaginés par Robert Kusiolek (accordéon, electronics), Anton Sjarov (violon, voix), Ksawery Wojcinsky (contrebasse) et Klaus Kugel (batterie, percussions), s’immiscent quelques vibrations familières. Par exemple : ce violon, si proche de la dissonance ne nous dit-il pas quelques petites choses des quatuors à cordes de Béla Bartók ? Ailleurs, c’est un accordéon joué du bout des doigts qui évoque la grande Pauline Oliveros.

Et cette recherche sonore, ces larges séquences faussement méditatives puisque s’y croisent quelques modernes contrepoints, ne doivent-elles pas être rapprochées des compositions de Guillermo de Gregorio (que devient-il au fait ?) ? Puis loin, une contrebasse réinvente le jazz. Si bien et si intensément que, d’abord hésitants et pudiques, violon et accordéon  y souscrivent sans retenue. Et très souvent, des lignes répétitives venues en droite ligne de Reich et Glass viennent se nicher au sein d’une musique ample, profonde et à l’indiscutable intensité. Une belle découverte.

Robert Kusiolek, Anton Sjarov, Ksawery Wojcinski, Klaus Kugel : Nuntium (Multikulti Project / Instant Jazz)
Enregistrement : 2010. Edition : 2010.
CD : 01/ Chapter 1 02/ Chapter 2 03/ Chapter 3 04/ Chapter 4 05/ Chapter 5 06/ Chapter 6 07/ Chapter 7
Luc Bouquet © Le son du grisli


Kanon : Beauty Is The Thing (Doubt, 2011)

kanonsli

Faut-il regretter la première moitié de l’improvisation qui ouvre Beauty Is The Thing – béates, les notes y tournent en spirales qui se meuvent en trois labyrinthes qui, eux, s’ignorent malgré ces quelques couloirs qu’ils ont en commun – pour trouver à la seconde des charmes rassurants ? Les emportements de Kanon (l’association de la pianiste Aki Takase, du trompettiste Axel Dörner et du guitariste Kazuhisa Uchihashi) auront donc fini par avoir raison des premières lignes distantes : les chemins de traverse découverts par le trio, pourtant instables et fragiles, sont autrement parlant.

Trois improvisations restent alors. Si la fantaisie inspirante de Dörner éprouve des difficultés à gagner la pianiste – on sait Takase capable de bagatelles et d’excès romantiques en diable –, elle s’entend sur l’instant avec celle d’Uchihashi : le trompettiste et le guitariste s’accorderont par exemple à force de lutter sur An Aquatic Plant dont Takase est le boutefeu. Ces discordes faites pour s’entendre font le sel de Beauty Is The Thing : il fallait bien ce que l’improvisation de Kanon trouve sa raison d’être dans l’insurrection bravache.

Kanon : Beauty Is The Thing (Doubt Music)
Enregistrement : 11 décembre 2007. Edition : 2011.
CD : 01/ A Break Into The Clouds 02/ Hear It Very Close 03/ An Aquatic Plant 04/ That Sense of Curving
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Três anos em Nodar / Three Years in Nodar (Edições Nodar, 2011)

nodarsli

Nodar est un petit village portugais dont est originaire la famille de Rui et Luís Costa : entre 2007 et 2009, les deux frères y ont invité plus de quarante artistes pour des résidences dont ce beau livre (bien mieux qu'un simple catalogue) rend compte au fil de ses 315 pages – contributions des participants, photos en couleur, textes proposés en portugais comme en anglais, notes de travail, croquis... et deux disques.

Au cœur des préoccupations, l'appréhension de ce territoire rural selon les méthodes les plus diverses : interventions dans le paysage à la manière du land-art, anthropologie si ce n'est archéologie mythologique (Cédric Anglaret ranime ainsi et fait vivre une légende locale... Dennis Báthory-Kitsz & Stevie Balch exhument d'anciennes chansons du cru), arpentage magique, documentation ethnologique & fiction autour du pastoralisme – autant de directions que les trois chapitres de l'ouvrage organisent en « Landscape », « Sound » et « Communities ».

Les travaux touchant au sonore offrent une intéressante variété d'approches : là où Jason Kahn enregistre le vent qui « compose » dans des eucalyptus, John Grzinich juxtapose des milieux que l'eau et l'homme façonnent ; quand Ben Owen intervient par touches dans le paysage audible tout en cherchant à effacer ses traces, Arnold Haber orchestre une « Music for five instruments and a gun » dans toute la vallée... tandis que Duncan Whitley se mêle aux footballeurs amateurs du secteur. S'il me semble que les démarches les plus discrètes (voire les plus anonymes) soient ici les plus réussies, il n'en reste pas moins que l'association kaléidoscopique de toutes ces évocations fait un excellent panorama.

Três anos em Nodar / Three Years in Nodar. Context-specific Art Practices in Rural Portugal (Edições Nodar / Binaural Media)
Edition : 2011.
CD1 : 01/ Jason Kahn 02/ Satoshi Morita 03/ Aaron Ximm 04/ John Grzinich 05/ Maksims Shentelevs 06/ Ben Owen 07/ Wolfgang Dorninger 08/ Rui Costa 09/ Xesús Valle 10/ Samuel Ripault (Pali Meursault) – CD2 : 01/ Martin Clarke 02/ Arnold Haber (Noid) 03/ Manuel Barile 04/ Duncan Whitley 05/ Keiko Uenishi (o.blaat) 06/ Dennis Báthory-Kitsz 07/ Marta Bernardes & Ignacio Martínez 08/ Viv Corringham 09/ Melanie Velarde 10/ Maile Colbert
Guillaume Tarche © le son du grisli


Celano / Baggian Group : Alienology (Trytone, 2011)

alienolosli

Avec pour matrice l’Alaonaxis, le Celano / Baggiani Group rééduque à gros traits les lignes mélodiques et rythmiques du combo de Jim Black. Musiciens argentins installés à Amsterdam, Guillermo Celano et Marcos Baggiani ignorent-ils que le copier-coller, aussi réussi soit-il, n’enfante le plus souvent que l’impasse ?

Pour avoir défendu et encensé à ses débuts le groupe du batteur américain, je m’attriste chaque jour de constater la quantité de groupe se réclamant – et souvent singeant – leur modèle. Impossible, même après plusieurs écoutes, de ne pas faire référence à l’original (à rattacher pour les plus anciens du syndrome Coltrane-Liebman) et même si le plaisir fut grand de découvrir l’époustouflant saxophone de Gorka Benitez (Michael Moore signe lui aussi quelques chorus emportés), l’adhésion au combo n’est pas totale. Partielle, donc.

Celano Baggiani Group : Alienology (Trytone)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Potato Boy 02/ El cortito 03/ Bank Robbery 04/ Binocular Eyeglasses, New Prescription 05/ Alien Song 06/ Shibboleths 07/ Duck 08/ The Island 09/ Abuela
Luc Bouquet © Le son du grisli


Paul Bley : Improvisie (America, 1971)

improvisli

Ce texte est extrait du premier volume de Free Fight, This Is Our (New) Thing. Retrouvez les quatre premiers tomes de Free Fight dans le livre Free Fight. This Is Our (New) Thing publié par Camion Blanc.

Très tôt dans sa vie et au milieu de la bohème new-yorkaise, poussée par ses compagnons Gary Peacock puis Paul Bley comme par l’immense Albert Ayler, Annette Peacock a cherché sa vérité, en quête des nouvelles formes de liberté qu’autorisait alors le free jazz, en pleines sixties. « Albert Ayler était mon héros, se plait-elle à souligner : j'ai appris grâce à lui que l'on peut trouver sa propre voie, il m'a convaincue que j'en étais capable. »  C'est donc en autodidacte, et pour Paul Bley, qu'elle a d'abord donné naissance à un impressionnant corpus de compositions, préfigurant certaines des atmosphères popularisées plus tard par le label ECM, entourée de musiciens ignorants des virtuosités vaines, tels le bassiste Steve Swallow et les batteurs Barry Altschul ou Paul Motian. A leurs côtés, la pondération, la nuance et la retenue d'Annette Peacock ont fait merveille, fortifiant tout un art de la suggestion, de l’ellipse et de l’implicite, à l'origine d'ambiances en demi-teintes et toutes en langueurs.

pbimprovisie3

Cet univers à l'aura fantomatique, déjà très sensuel, plein de tensions et troué de silences, Annette Peacock l'a peaufiné quelques mois durant à la prestigieuse Juilliard School of Music afin de perfectionner sa maîtrise des modes et des accords. Après ces expériences acoustiques pourtant achevées, curieusement, l’électricité et l’électronique seront sollicités, au sein du Synthesizer Show dans un premier temps, autour de 1969, en compagnie de Paul Bley, enrichissant encore la palette de sons : c'est ainsi que grâce à un prototype du légendaire synthétiseur Moog offert par son inventeur, Annette Peacock invente alors un système permettant de trafiquer sa voix, la transformant en un instrument nouveau, différent et mutant. 

« J'ai tout de suite adoré le synthétiseur, découvert sur un disque de Walter Carlos. C'était un nouvel instrument, je n'arrêtais pas d'en parler à Paul Bley qui n'était guère enthousiaste. L'idée était de créer de la musique avec, plutôt que de l'utiliser comme un instrument tout juste bon à reproduire des mélodies existantes : nous voulions lui donner la dignité et le respect qui lui étaient dus. Nous avons passé beaucoup de temps dessus à faire des réglages afin de retrouver les sons que nous cherchions, j'ai aussi inventé un moyen d'y faire passer ma voix. Notre premier concert avec synthétiseur eut lieu au Village Vanguard. »

pbimprovisie2

A ces libertés directement connectées au free, succéderont rapidement des envies plus « pop » qu'Annette Peacock couchera sur des disques pervertissant les lois du genre. Premier véritable album sous son nom, quel qu'en soit d'ailleurs et comme le souligne Annette Peacock le crédit quelque peu abusif apporté à Paul Bley alors qu'elle s'avère, seule, responsable des compositions, des arrangements et de la production, Revenge: The Bigger The Love The Greater The Hate annonce clairement le suivant et mythique I'm The One, enfin orné de la seule signature de sa génitrice.

Pour l'heure, Improvisie et son frère jumeau sur Milestone (The Paul Bley Synthesizer Show), le premier surtout, en trio avec le percussionniste Han Bennink, offre le meilleur de ce free jazz à base d'électronique. Assez peu sauront se montrer aussi créatifs en pareille environnement synthétique : entre autres Anthony Braxton avec Richard Teitelbaum, Joe McPhee avec John Snyder, Bruce Ditmas avec Joan LaBarbara ou encore George Lewis en hommage improbable à Charlie Parker.

pbimprovisie


Jennifer Allum, Eddie Prévost : Penumbrae (Matchless, 2011)

penumbraisli

Aux côtés d’Eddie Prévost on trouve sur Penumbrae Jennifer Allum. Ce sont-là des travaux d’archets différents – cinq en tout : trois pour le percussionniste, deux pour la violoniste – et deux recherches instrumentales opposables d’autant qu’elles semblent trouver autant d’intérêt à l’intersection qu’à l’éloignement féroce – « Une ligne rencontre une ligne. Une ligne évite une ligne. Aventures de lignes », écrivit Michaux à propos de l’œuvre de Klee.

Ici, l’intersection et l’éloignement permettent l’élévation d’un relief original et puis son érosion. Ces Investigative Studies composent avec soin – galanterie, presque –, au fur et à mesure d’aigus en suspension et de frappes en résonances, des volumes imaginaires et opérant. Rapide, l’archet de violon peut aussi feindre d’actionner un moteur en réduction ou se faire plus insistant pour répondre aux assauts de cymbales sifflantes. Même à ces occasions, l’harmonie n’abandonne l’association d’Allum et de Prévost – « Une ligne rêve. On n'avait jusque-là jamais laissé rêver une ligne. Une ligne attend. »

Enfin, il y a Dolwilym Penumbra. Un battement entretient un drone né du mouvement des cymbales sur lequel l’archet de violon tourne en distribuant de minces paquets de notes. La pièce que l’on développe est une composition-satellites sur laquelle, avec de plus en plus d’aplomb, les cymbales réclament des droits. On leur donnera raison – « Une ligne renonce. Une ligne repose. Halte. »

Jennifer Allum, Eddie Prévost : Penumbrae (Matchless / Metamkine)
Enregistrement : 13 juillet et 12 octobre 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Investigative Study I 02/ Investigative Study II 03/ Investigative Study III 04/ Dolwilym Penumbra
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Albert King : Live Wire / Blues Power (Stax, 1968)

staxsli

One of my favorite records of all time (there are many), is Albert King's Live Wire / Blues Power. This record can still give me chills.

I used to play along with some of this record, trying to match Albert, at 6:00 AM before work as a type of therapy. If I didn't get to jam with Albert I lacked purpose for the day. To get his sound I used my thumb instead of a guitar pick, like he did. This started me not using a pick which is a big part of my sound.
 
Before a friend loaned me this record. Which I recorded onto cassette and is still my source for this recording (leading me to buy probably ten more Albert King recordings). I did not have any. But I had heard of him. So when I heard he was playing a small club in Chicago I told my friend and we went. This led him to lend me the record. The show did not floor us. But after the show, when I saw Albert was going to walk past us on the side walk, I faced him and out of respect I said "good show Albert" and he replied, "hey alright man", before he walked past.
 
At that time, little did I realize how much I would treasure, and be able to impress people with that short exchange.

Albert King : Live Wire / Blues Power (Stax)
Enregistrement : 1968.
CD : 01/ Watermelon Man 02/ Blues Power 03/ Night Stomp 04/ Blues at Sunrise 05/ Please Love Me 06/ Look Out
George John Larson © Le son du grisli

larsonsmall

George John Larson est guitariste. Il a récemment publié Testosterone et And Also.



Commentaires sur