Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Free Jazz ManifestoPJ Harvey : Dry de Guillaume BelhommeLee Ranaldo chez Lenka lente
Archives des interviews du son du grisli

Alex Mincek : Lift-tilt-filter-split (Carrier, 2011)

alex_mincek_lift

Les cinq pièces récentes d'Alex Mincek regroupées ici constituent une bonne introduction à l'univers de ce jeune compositeur : abordant d'une façon ou d'une autre – mais toujours avec une énergique clarté – les problématiques de la répétition et de la modification, de l'identité et de la distinction, de la progressivité et de la soudaineté, ce répertoire intéresse dès la première audition.

Dans leurs jeux de reprises, les Pendulum III et V – ce dernier ferait presque songer à certaines conductions de Butch Morris – tout autant que Poco a poco, servis par l'efficace Wet Ink Ensemble, exposent leurs séquences et combinaisons d'une façon aussi incisive que la composition Lift-tilt-filter-split : le JACK Quartet (ledit quatuor à cordes s'est par exemple fait connaître dans Xenakis, pour le label Mode) y exprime son mordant avec une rauque électricité. Le duo Nucleus (pour saxophone & percussion, par Michael Ibrahim & Eric Poland) quant à lui, n'est pas moins digne d'intérêt ; davantage peut-être pour ses principes de composition que pour son monde sonore (qui ne surprendra guère l'amateur de Butcher & Sanders).

Un corpus de belle tension, qui mérite vraiment d'être découvert !

Alex Mincek : Lift-tilt-filter-split (Carrier Records)
Edition : 2011.
CD : 01/ Pendulum V (2009) 02/ String Quartet n°3 : lift-tilt-filter-split (2010) 03/ Pendulum III (2010) 04/ Poco a poco (2009) 05/ Nucleus (2007)
Guillaume Tarche © Le son du grisli



Peter Evans : Beyond Civilized and Primitive (Dancing Wayang, 2011) / Ghosts (More Is More, 2011)

peter_evans_beyond_civilized_and_primitive

Pour ne pas avoir lu Ran Prieur – philosophe ayant publié ce Beyond Civilized and Primitive qui a inspiré Peter Evans –, il s’agira de se faire une idée d’une pensée au gré des sons qu’elle a inspirés. Pas simple, si l’on prend en considération les six pièces du vinyle…

Fruits de deux jours passés en studio, ils font en effet état d’un goût pour l’éparpillement – plutôt charmant, il va sans dire, Nature/Culture n’a-t-il pas déjà prouvé que la solitude va plutôt bien à Evans ? Ainsi le trompettiste rapproche-t-il sur deux faces ses divers intérêts d’instrumentiste curieux : pour des berceuses débordant d’un horizon qui tient dans une note, pour un minimalisme progressant avec lenteur, pour des solos développés sur drone enregistré au préalable, pour des improvisations s’entrechoquant, une expérimentation aux usages pneumatiques ou encore un lyrisme fait pour être érodé.

Si le titre de la berceuse (Complexity, Change, Invention, Stability, Giving, Freedom, and Both the Past and the Future) pourrait expliquer de quoi retourne le disque dans son entier, c’est que les mots qu’on y trouve sont autant de clefs pour la compréhension des gestes et des propositions de Peter Evans comme des exercices et des trouvailles de Beyond Civilized and Primitive.

Peter Evans : Beyond Civilized and Primitive (Dancing Wayang)
Edition : 2011.
LP : A1/ Complexity, Change, Invention, Stability, Giving, Freedom, and Both the Past and the Future A2/ History is Broken A3/ What Is Possible? – B1/ We Like Hot Baths and Sailing Ships… B2/ Simple Tools for Complex Reasons B3/ Our Nature Is Not a Location
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

peter_evans_ghosts

En compagnie de Carlos Homs (piano), Sam Pluta (live processing), Tom Blancarte (contrebasse) et Jim Black (batterie), Peter Evans défend sur Ghosts une musique qui actualiserait celle de Sun Ra (faut-il oser le faire) ou celle du Miles Davis électrisé (faut-il en avoir envie). Le jazz qu’on y entend est ainsi consigné en capsule qui, après propulsion, deviendra satellite. Les interventions de Pluta ne sont pas pour rien dans la réussite du projet : l'empêchant de ourner en rond parce qu’e lui se refuse  à   respecter toute ligne de conduite.

Peter Evans Quintet : Ghosts (More Is More / Orkhêstra International)
Enregistrement : 5 et 6 juin 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ ... One to Ninety Two 02/ 323 03/ Ghost 04/ The Big Crunch 05/ Chorales 06/ Articulation 07/ Stardust
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

le son du grisli : le badge


Luigi Nono : Risonanze erranti / Post-prae-ludium per Donau (Neos, 2011)

luigi_nono_risonanze_erranti

Je n’ai jamais jamais autant attendu l’hiver que depuis qu’il a disparu. Ce n’est plus du ciel d’ailleurs qu’il peut arriver, mais des disques que je conserve au chaud. Il m’est par exemple arrivé hier lorsque, en écoutant le premier enregistrement de Risonanze erranti, un grand frisson m’a parcouru.

C’est l’Ensemble Experimental (Klaus Burger, Susanne Otto, Roberto Fabbriciani), Les Percussions de Strasbourg et l’EXPERIMENTALSTUDIO des SWR qui jouent cette œuvre électroacoustique (les electronics sont live) de Luigi Nono. Des mots extraits de volumes d’Herman Melville et d'Ingeborg Bachmann peuvent faire croire à des chansons glaçantes. Les voix s’y coupent malgré la résonance. Les percussions claquent. Des sifflets vous font perdre tous vos repères. Risonanze erranti vous couvre de blancs et vous voilà bien.

Pour tuba et live electronics, Post-prae-ludium per Donau est une pièce écrite pour Giancarlo Schiaffini. Klaus Burger est au tuba à côté des musiciens de l’EXPERIMENTALSTUDIO. Mais le tuba de Berger est une extension de la voix humaine. Il se promène avec délicatesse, là-bas, sur des couches de ouate et derrière des vapeurs. Les sons explorent les blancs de Malevitch alors que l’hiver n’arrive toujours pas. Peut-être est-il tombé sur l'Italie.

Luigi Nono : Risonanze erranti / Post-prae-ludium per Donau (Neos)
Edition : 2011.
CD : 01/ Risonanze erranti 02/ Post-prae-ludium per Donau
Héctor Cabrero © Le son du grisli


ASPEC(T) : Abattoir (Nuun, 2011)

aspec_t__abattoir

ASPEC(T), ça pourrait être Keith Fullerton Whitman et Mat Pogo plongés dans le mazout. Parce que les collages du duo Mario Gabola (sax, minicassette, feedbacks, etc.) / SEC_ (bandes, samples, feedbacks, etc.) sont extatiques, sombres, frénétiques, et même parfois... lugubres !

Leurs bidouillages violents font remonter une bile de velours noire qu’on ignorait être en nous. Leur noise est bestial (des cris sont mixés à des aboiements) et leur langage inquiète plus que deux raisons. Abattoir, c’est encore les carcasses de Soutine au balcon et les fantômes de Bacon en sautoir. Inutile de dire qu’il est urgent d'aller voir l’exposition.

EN ECOUTE >>> La bestia inafferrabile

ASPEC(T) : Abattoir (Nuun Records)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Limitrofie 02/ Asymmetric Mimicry 03/ La bestia inafferrabile 04/ LightFoot 05/ Strategies of disappearance 06/ Contratti o sabotaggio? 07/ Black Body 08/ Noisy-le-grand 09/ Noisy-le-sec 10/ Intorno al drago 11/ Welcome to the new barbarian
Pierre Cécile © Le son du grisli


Denman Maroney : Double Zero (Porter, 2011)

denman_maroney_double_zero

La notion d’ « hyperpiano » pour Denman Maroney n’est pas coquetterie mais la juste vision d’un travail entrepris depuis de nombreuses années en direction du centre et des périphéries du piano. Ainsi, la symétrie et la dissymétrie trouvent ici un moyen de se réconcilier et d’accompagner les heurts et chavirements voulus par le musicien.

Une main dans le ventre de la bête, une autre actionnant l’ivoire, voici un florilège de sons : sons fantômes, sirènes hurlantes et fracassantes, bourdonnement de tampura, résonnance d’acier, craquements et grincements, glissendis chromatiques, brides mélodiques aux accents monkiens : ici, entaille et harmonie ne sont plus ennemis mais alliés d’une suite solo particulièrement convaincante.

Denman Maroney : Double Zero (Porter/ Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2011.
CD : 01/ Double Zero Part I 02/ Part II 03/ Part III 04/ Part IV 05/ Part V 06/ Part VI 07/ Part VII 08/ Part VIII 09/ Part IX
Luc Bouquet © Le son du grisli



DuH : In Just (Red Toucan, 2011)

duh_in_just

Le premier concert de DuH – comprendre Frank Gratkowski (saxophone alto, clarinette et clarinette absse), Szilárd Mezei (violon), Albert Márkos (viloncelle) et Martin Blume (batterie) – eut lieu le 3 mai 2010 au LOFT de Cologne. In Just y revient.

Là, une dizaine d’improvisations obnubilées par les graves aux percussions vives qui recadrent et parfois même apaisent les chamailleries des instruments à vent et du violon. A l’alto, Gratkowski se montre inspiré (entendre Hop-Scotch), ce qui l'invite à prendre de grands airs de meneur de jeu. Sur abstractions saillantes, les musiciens font alors preuve de belles idées et de forte cohésion. 

DuH : In Just (Red Toucan / Orkhêstra International)
Enregistrement : 3 mai 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ In Just 02/ Spring 03/ Balloonman 04/ Mud-luscious 05/ Hop-scotch 06/ Jump-rope 07/ Far and wee 08/ Goat-footed
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein, 2011)

colorlist_the_fastest_way_to_become_the_ocean

Il y a forcément une surprise, bonne ou mauvaise, lorsqu'on ne s'attend à rien de particulier. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un EP, un format souvent d'essai et de ratures. La surprise est ici excellente. La musique jouée par Colorlist (Charles Rumback,  batterie, synthétiseurs, électroniques & Charles Gorczynski, saxophones, harmonium, Monome) évoque tour à tour le world-jazz atmosphérique de Jan Garbarek (Light Conditions), les passacailles vocales de Moondog (What We Have Left) et les contrepoints calculés de Steve Reich (Nine Lives, sur lequel le guitariste Jeff Parker de Tortoise a été invité).

Colorlist nous offre ainsi un bain sonore bienfaiteur où les arpèges ensorcelants sont accompagnés de percussions pointillistes et de drones à l'harmonium. La sensiblerie et de la technicité font facilement sombrer ce type de mélopées. Colorist force le respect en accordant autant de place à la sensibilité et à la précision.

Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein)
Edition 2011.
LP : A1/ Light Conditions A2/ Nine Lives B1/ Coming into Sight bB2/ What We Have Left
Eric Deshayes © Le son du grisli


Byard Lancaster : It's Not Up To Us (Vortex, 1968)

byard_lancaster_its_not_up_to_us

Ce texte est extrait du deuxième volume de Free Fight, This Is Our (New) Thing. Retrouvez les quatre premiers tomes de Free Fight dans le livre Free Fight. This Is Our (New) Thing publié par Camion Blanc.

Cet album, selon son auteur, ne serait pas encore celui du plein épanouissement. Ce pourquoi d’ailleurs il se nomme It’s Not Up To Us. Sans compter que l'on y voit Byard Lancaster, sur la pochette, gravir de premières et métaphoriques marches… De ce disque produit par Joel Dorn pour Vortex, filiale d’Atlantic, le saxophoniste garde un bon souvenir, comme confié huit ans après sa réalisation à Philippe Carles, dans le cadre d’une interview publiée par Jazz Magazine. Surprenant entretien toutefois, ayant offert une couverture inespérée à cet Américain dont les propos s’avèrent çà et là contradictoires : l’on y sent un artiste tiraillé entre l’attrait du « business » et l’idée de participer à l’édification d’un monde meilleur.

Grâce au « business » Byard Lancaster entend cependant défendre une bonne cause : faire connaître au plus grand nombre la Great Black Music, tout en proposant une alternative au son alors en vogue dans sa ville d’origine, à savoir le Philadelphia Sound des producteurs Kenny Gamble et Leon Huff, tandem usinant des tubes au demeurant fort respectables immortalisés par Billy Paul, les Spinners ou les O’Jays.

byard_a

L’histoire de Philadelphie est indissociable de celle du jazz. Coltrane y a vécu. Jimmy Heath, Bobby Timmons et Lee Morgan s’y sont exprimés. Byard Lancaster, Khan Jamal, Rufus Harley et Monnette Sudler ont fini par en incarner un certain esprit, au point qu’au début des années 2000, Antoine Rajon les produise tous quatre pour le compte du petit label Isma’a : « Byard Lancaster est un homme libre confie-t-il. Hérault d’une musique qui n’est plus du jazz, il poursuit la quête d’Albert Ayler d’un folklore universel et moderne dont l’inspiration stellaire renvoie l’écho de l’Afrique originelle. »

Comme Charlemagne Palestine, mais à sa manière, Byard Lancaster paraît traquer sans fin le son primordial. Parfois même, en raison de cette recherche, il a pu donner l’impression de se disperser au fil des rencontres et des voyages qui le menèrent jusqu’en Jamaïque aux côtés de Big Youth.

byard_b

Quand It’s Not Up To Us est enregistré, Byard Lancaster n’a pas encore séjourné à Paris où il joua régulièrement auprès de ses compatriotes Clint Jackson III et Keno Speller, de Philadelphie eux aussi, présence dont témoignent des opus sortis par Jef Gilson sur Palm / Vandémiaire. Depuis, de celui qui a donc croisé Sun Ra, Pharoah Sanders, Bill Dixon, Larry Young et Ronald Shannon Jackson, le pianiste français François Tusques se souvient comme « d’une grande source d’inspiration et d’un authentique représentant du soul / free jazz ». Funny Funky Rib Grib, entre autres dédié à James Brown et Sammy Davis, en atteste. Tout comme ses œuvres des seventies les plus personnelles : Exodus, Personal Testimony, Live At Macalester College et le microsillon éponyme gravé avec le groupe Sounds Of Liberation. Toutefois, pareille intensité ne sera plus, par la suite, que rarement atteinte en dehors d’une version habitée de « The Creator Has A Master Plan » et des retrouvailles, sur Ancestral Link Hotel et Pam Africa, avec le batteur-percussionniste (mais pas que) Harold E. Smith.

Du meilleur alors encore à venir, réédité par Porter Records en CD depuis que les originaux sont devenus des pièces de collection, It’s Not Up To Us propose une sympathique ébauche dans laquelle on entend Byard Lancaster au saxophone, tout comme à la flute, son autre instrument de prédilection (il chante et joue aussi du piano, à l’occasion, mais pas ici). Surtout It’s Not Up To Us donne à entendre le guitariste Sonny Sharrock, à qui sont quasiment réservées les neuf minutes de « Satan », plage étonnamment singulière et mature par rapport aux autres compositions, et véritable morceau de bravoure question jeu. Globalement l’ambiance évoque The Dealer de Chico Hamilton (les alliages flute / guitare n’y sont pas étrangers), voire le saxophoniste Azar Lawrence en compagnie de Larry Coryell à ses débuts – au fait : qui se souvient encore d’Azar Lawrence ?


Steve Reich : WTC 9/11 (Nonesuch, 2011)

steve_reich_wtc_911

Il fallait sans doute avoir une bonne occasion d’écouter les deux pièces l'une presque à la suite de l'autre pour s'apercevoir du chemin parcouru par Steve Reich, en arrière, ou à reculons, si l'on préfère, entre Music for 18 Musicians et WTC 9/11, de l'avant donc vers l'arrière-garde — ou presque. On avait craint tout d'abord qu'on ne puisse pas parler de musique, l'attention du public se focalisant comme souvent sur l'essentiel : la couverture du disque de WTC 9/11, à savoir : une photographie perçue comme sacrilège des tours jumelles en flammes, que Steve Reich décidait de retirer pour ne montrer à la place qu'un peu de fumée. Choix judicieux puisque c'est cela en définitive WTC 9/11 : un peu de fumée.

Un peu de fumée comparée à Music for 18 Musicians que Steve Reich venait jouer lui-même, avec son ensemble, quelques jours après la sortie de son nouveau disque à la Cité de la Musique. Choc culturel, en quelque sorte : à la place des quelques notes jouées par le Kronos Quartet en suivant respectueusement les enregistrements des voix des sauveteurs du jour, une longue continuité faite de ruptures, et de changements presque imperceptibles d'accords (11, si l'on compte bien) se développait pendant un peu plus d'une heure. Le choc culturel aurait pu être plus grand encore si des pièces comme Come Out ou It's Gonna Rain avaient été jouées. Ces pièces auraient mis en évidence la naïveté dont Steve Reich peut faire preuve désormais, en consacrant la voix, en refusant de l'aborder comme un matériau musical, en ne la considérant plus que comme une voie à suivre, une parole révélée qu'on ne peut que répéter en musique, devant rester immaculée.

Et, en effet, elle est loin cette époque quand Steve Reich, tout en écoutant la voix du jeune Daniel Hamm, ne se contentait pas de le laisser dire seulement : "I had to like open the bruise up and let some of the bruise blood come out to show them", mais s'intéressant plus particulièrement aux dernières paroles ("come out to show them") travaillait en musique le matériau ainsi défini, bouclant, répétant, phasant, c'est-à-dire : déphasant, faisant émerger des différences dans la répétition, jusqu'à faire entendre la musique dans la voix — et la voix dans la musique.

À la place, aujourd'hui, on n'entend plus qu'un peu de vent et de poussière. Preuve, si l'on veut, qu'en musique, le passé a encore de l'avenir.

Steve Reich, Kronos Quartet : WTC 9/11 (Nonesuch)
Edition : 2011.
CD : 01/ 9/11/01 02/ 2010 03/ WTC
Jérôme Orsoni © Le son du grisli

j_r_me_orsoni_steve_reichJérôme Orsoni vient de publier, aux éditions Chemin de ronde, Au début et autour, Steve Reich, petit livre de prose schizophrène dans laquelle l’auteur et/ou l’auditeur se laisse aller aux effets de Piano Phase, Clapping Music, Come Out ou It's Gonna Rain… La littérature est atmosphérique et l’art de l’écoute musicale assez inspirant pour faire tomber les dernières pudeurs : cette évocation de premiers travaux de Steve Reich y gagne en conséquence.


Sylvie Courvoisier - Mark Feldman Quartet : Hôtel du Nord (Intakt, 2011)

sylvie_courvoisier_mark_feldman_h_tel_du_nord

Dans Hôtel du Nord se côtoient compositions (de la pianiste ou du violoniste) et improvisations. Des premières, on retiendra et admirera une évidente unité de temps et de structure. Entre attente et suspension, émerge un violon rasant (Hôtel du Nord) ou s’incruste un motif obsessionnel (Dunes). Dans ces eaux stagnantes, le surgissement de formes inopinées crée une tension supplémentaire, gommant ainsi la notion de solo au profit d’un axe collectif, ici remarquablement unifié.

Des secondes, on retiendra la diversité des formes : travail sur la matière sonore ici (craquements, hymnes souterrains et à demi-avortés in Little Mortise) ou, ailleurs, la réminiscence d’un jazz impulsif, incisif (Inceptions). Soit pour Sylvie Courvoisier, Mark Feldman, Thomas Morgan et Gerry Hemingway la poursuite d’une aventure, trouvant ici, l’un de ses plus intenses chapitres.



Sylvie Courvoisier, Mark Feldman Quartet : Hôtel du Nord (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Hôtel du Nord 02/ Dunes 03/ Plan A 04/ December 2010 05/ Little Mortise 06/ Inceptions 07/ Gowanus
Luc Bouquet © Le son du grisli



Commentaires sur