Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Christina Kubisch à NantesA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

Jimmy Halperin, Dominic Duval : Changing Tranes (CIMP, 2012)

jimmy halperin dominic duval changing tranes

Un an après Music of John Coltrane (NoBusiness) mais sans Brian Willson, Jimmy Halperin et Dominic Duval retrouvent le repertoire de John Coltrane, période Atlantic.

Bonne conseillère, l’intimité du duo offre aux thèmes de Coltrane une fraîcheur bienvenue et désagrège le drama coltranien au profit d’une conversation étendue. D’une robuste contrebasse et d’un saxophone faussement timide, l’une et l’autre en plein cœur (Lazy Bird, Like Sonny) ou en périphérie des thèmes de Coltrane (Changes on Spiral, Central Park West Changes), émergent vivacité et implication, générosité et légèreté. Un délestage en quelque sorte.

Jimmy Halperin, Dominic Duval : Changing Tranes (CIMP)
Enregistrement : 2009. Edition : 2012.
CD : 01/ Changes on Spiral 02/ Lazy Bird 03/ For Heaven’s Sake Variations 04/ Syeeda’s Song Flute 05/ Central Park West Changes 06/ Countdown 07/ G.S. 3/4 08/ Moment’s Notice 09/ Like Sonny
Luc Bouquet © Le son du grisli

john coltrane luc bouquet lenka lente



Joachim Montessuis : Chapel Perilous (Fragment Factory, 2012)

joachim montessuis chapel perilous

La bataille est rangée, que Joachim Montessuis a décidé de livrer à son propre corps ; qui se joue entre molaires et incisives d’abord, avant de gagner le pharynx puis la trachée. Ce sont donc des bruits de bouche, des cris étouffés, des sifflements, des injections et des projections, qui ouvrent Chapel Perilous, vingt-trois pièces sonores (enregistrées entre 2005 et 2011) qui pourraient n’en faire qu’une.

Ce flot de vacarme que Montessuis s’inocule en frénétique le retourne bientôt : engouffrés, les bruits s’installent sur organes et prolifèrent ; sous la peau, les plus aigus imaginent refaire surface. A corps perdu, le vocaliste tente de camoufler les premiers renflements, se contorsionne en conséquence et produit d’autres bruits – qui peuvent tenir du flageolet comme de l’expérimentation noise. Mais bientôt, l'homme abdique : son chant de souffrances aura été fantastique, au son duquel il a rampé jusqu’à la chapelle qu'il s'était choisie pour destination.  

EN ECOUTE >>> Chapel Perilous (extrait)

Joachim Montessuis :  Chapel Perilous (Fragment Factory)
Enregistrement : 2005-2011. Edition : 2012.
LP : Chapel Perilous
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


The Boats : Ballds of the Research Department (12k, 2012)

the boats ballads of the research department

En manque de Stars Of The Lid ? Sous perfusion Tim Hecker (encore que je trouve son récent Ravedeath, 1972 nettement en retrait de ses prédécesseurs) ? Vous rêvez la nuit de Machinefabriek ? Ne cherchez plus, chers lecteurs, j'ai la solution à tous vos tourments, elle prend les traits du trio british The Boats et c'est sans nul doute le plus beau disque ambient néo-classique produit ces derniers temps.

On peut même le dire sans beaucoup d'hésitation, Ballads of the Research Department sera dans la discographie finale d'Andrew Hargreaves, Craig Tattersall et Danny Norbury leur White Album, leur Ralf & Florian. Dans un genre tellement sclérosé par tant de pratiques échappées dans des cieux dont ils ne retombent jamais, les trois complices déploient sur quatre titres d'une immense beauté sonore un sens inné de la composition et du développement harmonique - parfois, j'ai songé à un Radiohead entrepris par Peter Broderick dans les (nombreux) instants atmosphériques de l'album - notamment ceux où Chris Stewart entonne une sourde complainte vocale. Entre mille autres idées originales et convaincantes.

The Boats : Ballads Of The Research Department (12k)
Edition : 2012
CD : 1/ The Ballad For Achievement 2/ The Ballad Of Failure 3/ The Ballad For The Girl On The Moon 4/ The Ballad Of Indecision
Fabrice Vanoverberg @ Le son du grisli


Je suis ! : Mistluren (Umlaut, 2011)

je suis mistluren

Je suis ! ou comment revendiquer son appartenance à ce vieux free jazz qui bouge encore. Je suis ! telle une obligation à ne pas être tel autre. A ne pas être Ayler, les deux Don (Cherry & Ayler), Ornette et tous les autres. A ne  pas être ceux-ci mais peut-être, un petit peu, de la grande Carla Bley et de ses soyeux arrangements.

Alors, masquer la trop grande référence en faisant fructifier les angles, en diversifiant les formes. Se servir d’un souple motif, prétexte à d’intenses duos puis trio (Östermalm), faire résister une contrebasse à la masse oppressante des cuivres (Eyafjallajökull) sans jamais jeter aux orties son incontestable lyrisme (Det Maste Vara Doping). Et, bien sûr, amplifier les talents de chacun : la trompette plus saturante que pénétrante de Niklas Barno, les saxophones fouineurs de Marcelo Gabardo Pazos, le piano embrasant d’Alexander Zethosn, la large contrebasse de Joel Grip, la batterie volcanique de Magnus Vikberg. Et ainsi, jouer du présent sans le déjouer.

Je Suis ! : Mistluren (Umlaut / Souffle Continu)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Varför Far Jag Ingen Kaka Till Kaffet Din Jävel 02/ Östermalm 03/ Lyrikern 04/ Odjuret Och Odjuret 05/ Geniet 06/ Eyafjallajökull 07/ Det Maste Vara Doping 08/ Jag Är!
Luc Bouquet © Le son du grisli


Patrick Farmer, Sarah Hugues : No Islands / Droplets (Another Timbre, 2011)

cornford_farmer_hugues_kolymis_no_islands

Au Four6 de John Cage, Patrick Farmer (platine, électronique), Kostis Kilymis (électronique), Sarah Hugues (cithare) et Stephen Cornford (piano amplifié) ajoutent sur ce CD deux improvisations. Ce qui n’empêche pas les trois pièces d'être des boîtes gigognes (de la plus petite à la plus grande : Improvisation #1, Improvisation #2, Four6) comme autant de No Islands.

De ces boîtes fuit une électroacoustique qui filtre des sons en résonance et entre en contact avec le bruit que fait un avion qui passe, des oiseaux qui pépient. L’accueil de la nature fait le charme de cette démarche sonore, participative & destructurée. Le quatuor opère à la manière des impressionnistes mais arrange ses compositions comme un collectif d'abstraits. Entre les phrases que jetent les instruments il y a la nature. Cette nature est artificielle. Rien d’anormal, puisque les îles du quatuor ne sont qu’un mirage.



Patrick Farmer, Kostis Kilymis, Sarah Hugues, Stephen Crawford : No Islands (Another Timbre)
Edition : 2011.
CD : 01/ Improvisation #1 02/ Improvisation #2 03/ Four6
Héctor Cabrero © le son du grisli

dominic_lash_patrick_farmer_sarah_hugues_droplets

Sarah Hugues et Patrick Farmer appartiennent au Set Ensemble du contrebassiste Dominic Lash. Sur Droplets, les trois improvisent ou interprètent des œuvres d’Eva-Maria Houben et Taylan Susam (du Collectif Wandelweiser). C’est à ce moment que des field recordings (j’entends une mouche ou une cascade, de la pluie ou un avion, des moutons…) s’invitent dans un solo de contrebasse qui célèbre la rondeur et la gravité de l’instrument. Impressionnant de solennité. 

Dominic Lash, Patrick Farmer, Sarah Hugues : Droplets (Another Timbre)
Edition : 2011.
CD : 01/ For Maaike Schoorel  (realisation #1) 02/ Elusion 03/ For Maaike Schoorel 04/ Nachtstück
Héctor Cabrero © le son du grisli



Jason Stein : The Story This Time (Delmark, 2011)

jason stein the story this time

Au centre de The Story This Time : le contrepoint. Celui du triangle Tristano-Marsh-Konitz, célébré trois fois ici (Background Music, Palo Alto, Lennie Bird) mais aussi celui qu’impose Jason Stein à ses propres compositions et arrangements. De la même manière, Monk revisité à trois reprises aussi (Skippy, Gallop’s Gallop, Work) se voit mangé à la même sauce.

De ce quartet sans piano (suave rythmique à la charge de Josh Abrams et de Frank Rosaly), on louera le sérieux de l’entreprise, la très boisée clarinette basse du leader et un peu moins le ténor âpre et étriqué de Keefe Jackson. Soit l’art d’activer l’ancien sans le fossiliser tout en lui offrant une dose de modernité exemplaire. Presque un exploit.

Jason Stein Quartet : The Story This Time (Delmark)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Background Music 02/ Laced Case 03/ Little Big Horse 04/ Skippy 05/ Badlands 06/ Palo Alto 07/ Hatoolie 08/ Gallop’s Gallop 09/ Hoke’s Dream 10/ Work 11/ Lennie Bird
Luc Bouquet © Le son du grisli


Robert Curgenven, Richard Chartier : Built Through (LINE, 2012)

richard chartier robert curgenven built through

Par le biais de Built Through, Richard Chartier me présente l’Australien Robert Curvengen. L’homme est charismatique et son travail (beaucoup de field recordings à son actif) est sans nul doute à découvrir.

Built Through, c’est de la musique. C’est aussi de l’architecture – le rapprochement est souvent galvaudé mais ici je crois que musique et architecture vont vraiment de pair. Un long silence blanc parcourt d’abord la pièce, puis c’est le tour d’une electronica sensible (qui peut prendre différentes apparences : un drone à deux têtes, des sons cachés en coussins d’air, des field recordings qui se fondent dans les paysages de Chartier). Built Through, c’est de la musique, de l’architecture, du paysage, et on s’y sent bien.

Robert Curgenven, Richard Chartier : Built Through (LINE)
Edition : 2012.
CD : 01/ Invariance Strata 02/ Displacement 03/ Built Through Both Sides 04/ Acquisition Eviction
Pierre Cécile © Le son du grisli


From the Mouth of the Sun : Woven Tide (Experimedia, 2012)

from the mouth of the sun woven tide

Voyage suspendu au fil de quelques notes entre la Suède de sa première moitié (Dag Rosenqvist aka Jasper TX) et le Kansas de sa seconde composante (Aaron Martin, déjà entendu – en bien – auprès de Machinefabriek), From The Mouth Of The Sun incline très obliquement en direction du minimalisme électroacoustique. Echafaudées sur quelques échos de piano et de violoncelle imprimés sur des sphères electronica nappées, les huit pièces de Woven Tide invitent à un voyage méditatif plaisant, bien que terriblement encombré dans sa catégorie.

Plusieurs morceaux de bravoure hors toute complaisance valent toutefois la peine – notamment un Pools Of Rust et ses éclats post-shoegaze en sourdine montant lentement en puissance ou les traversées fantomatiques de Color Loss et sa voix de sépulture dévoyée dans l’anonymat. Hélas, d’autres instants ne trouvent jamais la faille promise – ou l’indispensable ambiguïté – nécessaire à l’échappée du tout venant ambient, je le regrette d’autant plus que les splendides échos néo-classiques de Sitting In A Roofless Room. Pourtant, quelque part entre Deaf Center et Max Richter, l’espace est vaste et appétissant.



From The Mouth Of The Sun : Woven Tide (Experimedia)
Edition : 2012.
CD : 01/ The Crossing 02/ Pools Of Rust 03/ Color Loss 04/ My Skin Drinks Light That Has Passed Through Leaves 05/ Sitting In A Roofless Room 06/ Like Shadows In An Empty Cathedral 07/ A Season In Waters 08/ Snow Burial (While Blue Skies Gather)
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli


Veryan Weston, Ingrid Laubrock, Hannah Marshall : Haste (Emanem, 2012)

veryan weston ingrid laubrock hannah marshall haste

L’échec pourrait être vertigineux à décrypter, commenter ou argumenter la musique d’Haste. Tant de choses, ici, qui passent, s’incrustent (ou pas), s’ajoutent, se multiplient – mais jamais ne se divisent ou se soustraient –, s’interpellent, dévalent. Le haché, la courbe, la tension, l’attente, la vitesse, la perte : nous savons et nous y revenons toujours. Eux et nous.

Leur responsabilité est grande de faire de l’incertain une certitude, d’être entiers, soudés et jamais engrillagés. Libres sont leurs choix : raccourcir le trajet, partager (ou pas) l’harmonie, s’éteindre dans l’agonie ou sectionner le nerf. Voilà, nous n’écrirons rien sur le piano de Veryan Weston, les saxophones d’Ingrid Laubrock, le violoncelle d’Hannah Marshall. Ici, une certitude, une seule : nous savons, vous savez, ils savent. Une singulière histoire de pluriels en quelque sorte.

Veryan Weston, Ingrid Laubrock, Hannah Marshall : Haste (Emanem / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Sleeping Down Hill 02/ Leaning Up 03/ Courtesy of None
Luc Bouquet © Le son du grisli


Zusaan Kali Fasteau : Prophecy (Flying Note, 2011)

zusaan kali fasteau prophecy

Ni CD-carte de visite, ni performance sportive, Prophecy récapitule les pôles d’intérêt de Zusaan Kali Fasteau. Ces derniers passent par plusieurs axes : le plus évident reste celui des musiques carnatiques que la musicienne frôle sans totalement y succomber. Ailleurs, l’improvisation demeure le pôle le plus consistant voire le plus convaincant. Et quand la musicienne embouche un serein et fluide soprano, le jazz ressuscite quelque peu. Restent quelques lignes transgenres n’appartenant à aucune communauté identifiable. Preuve que la multi instrumentiste (sheng, ney, mizmar, kaval, saxophone, violoncelle, piano, batterie…) prend très au sérieux son rôle de musicienne sans frontières.

En plusieurs étapes, William Parker, croise les cordes de sa ronde contrebasse avec celles, très inquiètes, du violoncelle de SZ Fasteau. Et, parfois le violon anxiogène de Shela Somalia Richards trouble encore plus cette étrange et pénétrante friction. Au soprano, Zusaan délivre chocs et uppercuts puis convoque une confusion des plus troublantes. Restent que ces improvisations, trop souvent écourtées, mériteraient des chapitres plus entiers et plus autonomes. Une prochaine fois sans doute.

Zusaan Kali Fasteau : Prophecy (Flying Note)
Enregistrement : 1987-1992. Edition : 2011.
CD : 01/Prophecy 02/ Nomad’s Festival 03/ Inner Ear 04/ Lunar Wisdom 05/ Invocation 06/ Encoding Delight 07/ Birsong 08/ The Message 09/ The Gyre 10/ Sonic Deep 11/ Monsoon 12/ Celestial Sea 13/ Curved Space 14/ Cosmopolis 15/ Benevolence
Luc Bouquet © Le son du grisli



Commentaires sur