Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Alípio C. Neto: The Perfume Comes Before The Flower (Clean Feed - 2007)

Alipiogrisli

Sur The Perfume Comes Before The Flower, trouver auprès du saxophoniste brésilien Alípio Neto : le trompettiste Herb Robertson, le tubiste Ben Stapp (sur trois titres), le contrebassiste Ken Filiano et le batteur Michael Thompson. Quartette ou quintette d’un jazz cosmopolite.

Et accrocheur : qui installe crescendo un étrange climat sur le déhanchement inquiétant de petites flûtes et du tuba (The Flower), impose directement un free jubilatoire tirant profit des phases improvisées davantage que des phases écrites (The Perfume Comes Before, The Pure Experience), ou se partage entre quelques hésitations traînantes (The Will) et le loisir accommodant d’une réalité éléphantesque. Spontané et percutant.

CD: 01/ The Perfume Comes Before – Early News 02/ The Will – Nissarana 03/ The Flower – Aboio 04/ The Pure Experience – Sertão 05/ La réalité – Dancing cosmologies

Alípio C. Neto - The Perfume Comes Before The Flower - 2007 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International. 



Normal Love: Normal Love (High Two - 2007)

normallovegrisli

De Philadelphie, le groupe Normal Love adresse son premier enregistrement, qui donne les preuves de son savoir-faire et de l’étendue de ses influences au son d’instrumentaux anguleux, énergiques, et de bruts entrelacs. Cordes de guitares et de violon portées par une batterie souvent hors d’haleine édifient au final un pont entre no wave et post rock, certains passages convainquant plus que d’autres. Pour la singularité, attendre un peu, en relevant les traces d’influences directes : DNA et Ambitious Lovers, Massacre, Gorge Trio ou Battles.


Normal Love, Severe. Courtesy of High Two.

CD: 01/ Severe 02/ The Signal is Coming From Pittsburgh (Part 1) 03/ The Signal is Coming from Pittsburgh (Part 2) 04/ Ndugo 05/ The Final Sarcophagus of Darkness 06/ Hooks

Normal Love - Normal Love - 2007 - High Two. Distribution Orkhêstra International. 


His Name Is Alive : Sweet Earth Flower (High Two, 2007)

hisnameisgrisli

Enregistré en 2004, l’hommage adressé par le groupe His Name Is Alive à Marion Brown se satisfait de huit reprises : sept de compositions du saxophoniste, et une autre d’un thème signé Harold Budd, avec lequel Brown a pu collaborer. Le problème est l’inégalité du résultat : concluant sur Juba Lee ou Capricorn Mood, sur lequel l’alto de Michael Herbst et la guitare de Warn Defever trouvent un terrain d’entente approprié ; décevant, voire, sacrilège, sur les reprises de November Cotton Flower ou Bismillahi’ Rrahmani’ Rrahim, notamment parce que le groupe déploie un décorum éliminatoire faits de nappes guimauves de synthétiseur. Qui raccourcit l’intérêt de l’entier enregistrement, qu’un Marion Brown, peut-être trop poli, a pourtant adoubé.

His Name is Alive : Sweet Earth Flower, A Tribute to Marion Brown (High Two / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2004. Edition : 2007.
CD : 01/ Sweet Earth Flying 02/ Juba Lee 03/ Capricorn Moon 04/ November Cotton 05/ Bismillahi’ Rrahmani’ Rrahim 06/ Geechee Recollections (I) 07/ Geechee Recollections (II) 08/ Sweet Earth Flying
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Gianluca Becuzzi, Fabio Orsi: Wildflowers Under The Sofa (Last Visible Dog - 2007)

orsigrisli

Deux générations appliquées à servir une musique électroacoustique trempée dans l’éther : Gianluca Becuzzi et Fabio Orsi enregistrent ensemble, encore : Wildflowers Under The Sofa.

Et le nouvel essai, d’être convaincant : mariage subtil d’arpèges de guitare et de nappes insistantes, crescendos emportant tout pour installer reverses et bruits capturés sur bandes du quotidien le plus hétéroclite : craquements et souffles épais, bâtons de pluie et oiseaux de passage. Jusqu’à l’arrivée d’un piano minuscule sur la fin de Last Flower, l’épreuve est belle, davantage encore sur No Flower, morceau forcément plus court, sur lequel le duo hache intelligemment son discours pour le porter plus haut.

CD: 01/ First Flower 02/ No Flower 03/ Last Flower

Gianluca Becuzzi, Fabio Orsi - Wildflowers Under The Sofa - 2007 - Last Visible Dog.


ECFA: Der Wald (Pull The String - 2007)

ecfawaldgrisli

En compagnie d’Holland Hopson (saxophone soprano) et de Jason Friedrich (batterie), le saxophoniste ténor Carl Smith continue de faire entendre à Austin, Texas, un jazz aussi exigeant qu’inattendu.

Après Die Faden et Die Mitte : Der Wald, forêt de combinaisons au son desquelles Smith donne les preuves de la singularité de ses conceptions musicales : solo aux écarts enjôleurs de Friedrichsfelde, duo de saxophones proche de l’étude contemporaine (Kleine Widerhallen), jazz sophistiqué qui suit l’allure d’instruments à vent portés par la brillance des cymbales (Ergeben) ou celle, plus appuyée, d’un dialogue insistant sur les contrastes des timbres (Adlershof).

Pour parfaire l’exposé, une incartade japonisante qui invite au voyage le soprano d’ Alex Coke (The Retreat), la tentation braxtonienne de Wuhletal et la relecture des tentatives désenchantées de Berlin Schygullplatz. Qui disent, comme chacun des autres titres de Der Wald, l’indispensable obstination de Carl Smith.

CD: 01/ Aspects of the Dream 02/ Ergeben 03/ Friedrichsfelde 04/ Kleine Widerhallen 05/ Wuhletal 06/ Adlershof 07/ Schygullplatz 08/ The Retreat 09/ Kleine Tanz

ECFA - Der Wald - 2007 - Pull The String Records. Import.



Giuseppe Ielasi & Nicola Ratti: Belows (Kning Disk - 2007)

iealsirattigrisli

En revoyant derrière ordinateur leurs dialogues engagés au moyen de guitares électriques, de percussions et de tourne-disques, Giuseppe Ielasi et Nicola Ratti peaufinent Belows, œuvre d’électroacoustique semi improvisée et redevable. Envers Brian Eno, sur I, sur laquelle quelques parasites perturbent une ambient installée ; à chacune de leurs pratiques respectives, partout ailleurs, où les boucles courtes, les guitares saturées, les beats lointains et les reverses, rivalisent de présence. Au final, l’atmosphère est aimable, Belows charmant sans surprises.

CD: 01/ I 02/ II 03/ III 04/ IV 05/ V 06/ VI 07/ VII

Giuseppe Ielasi & Nicola Ratti - Belows - 2007 - Kning Disk.


Slow Six: Nor’easter (New Albion - 2007)

slowsixgrisli

Après avoir convaincu avec leur premier album, les quatre membres de Slow Six proposent Nor’easter, précis de musique électroacoustique élaborée à partir d’une guitare, d’un violoncelle, d’un violon et d’un piano. Délicate, l’épreuve apparaît cette fois balbutiante, et rappelle les amas de cordes glissantes signées Balanescu ou les mouvements nets du Kronos Quartet sans jamais égaler en qualité l’une ou l’autre de ces références. Alors, parmi les boucles redondantes et les rimes pauvres, restent quelques moments convaincants de musique inquiète, sur lesquels les arpèges de guitares répondent aux plaintes portées par les archets. Insuffisants quand même.

CD: 01/ The Pulse of This Skyline Lightning Like Nerves 02/ Contemplation and Dissolution of An Idea for Two Pairs 03/ Echolalic Transitions 04/ Hold Fast That Fragile Symmetry 05/ Distant Light, part 1 : ‘Chromatic Clouds Surround 06/ Distant Light, part 2 : ‘Now New Colors Fall Like Rain’

Slow Six - Nor'easter - 2007 - New Albion. Distribution Orkhêstra International.


Sieben Mal Solo (Schraum, 2007)

siebenmalgrisli

A l’invitation du label Schraum, sept jeunes musiciens ont défilé sur deux soirées dans un atelier de Berlin afin de donner un aperçu de leur pratique en solitaire de l’improvisation. Sieben mal solo compile les épreuves rendues.

Evidemment, passé le charme de la représentation, celles-ci ne se valent pas toutes – aucune vraiment mauvaise, pourtant. Entre les expérimentations plus démonstratives que véritablement originales (saxophone alto de Lars Scherzberg, flûte de Sabine Vogel, trombone de Paul Hubweber ou batterie de Christian Marien), saluer alors les efforts plus accomplis : ceux de Dave Bennett à l’ogrephonique (piano-lyre amplifié croulant bientôt sous les déflagrations électroniques), d’Ute Völker – remarquée en 2006 avec Anthrazit – sur une progression anguleuse, et, surtout, d’Axel Haller – membre de l’excellent Trio Vopa – à la basse, auteur de recherches renversantes consacrées à de graves textures sonores.

Bienvenu, Sieben mal solo dresse ainsi une galerie nécessaire de portraits de jeunes activistes – en devenir ou déjà installés – consacrés aux musiques improvisées.

CD: 01/ 0:49 02/ Dave Bennett, Klangbrief – one night mein fahrrad the mauer entlang 03/ Lars Scherzberg, Pulsphonogramm 04/ Axel Haller, Ürnotö 05/ Paul Hubweber, L.K.W. 06/ Ute Völker, Evolute 07/ Sabine Vogel, Metamorphosis 08/ Christian Marien, Zopilote

Bennett, Scerzberg, Haller, Hubweber, Völker, Vogel, Marien - Sieben Mal Solo - 2007 - Schraum. 


Burton Greene: Bloom In The Commune (ESP - 2007)

Greenegrisli

Augmenté d’extraits d’interviews (de Burton Greene et de Bernard Stollman, patron du label ESP), voici réédités les fruits d’une séance inspirée : qui assurait le pianiste du meilleur des soutiens possibles auprès de Marion Brown (saxophone alto), Frank Smith (saxophone ténor), Henry Grimes (contrebasse), Dave Grant et Tom Price (percussions).

Dès Cluster Quartet, Greene se laisse aller à couvrir le piano d’un bout à l’autre, commande un peu de swing ou va voir à l’intérieur de son instrument, quand il ne laisse pas toute la place à ses partenaires : grand solo de Grimes disposé entre les unissons de Brown et Smith. D’une romance que le pianiste peut changer en morceau de free sophistiqué – faisant toute confiance à l’efficacité des déstabilisations de ses partenaires (Balade II) –, passer alors à la défense de pandémoniums alertes (Taking it Out of the Ground, et Bloom In The Commune, portrait de Monk parmi les ténèbres).

En guise de document, entendre Greene déplorer ne jamais avoir pu enregistrer en compagnie d’Albert Ayler, et devoir se satisfaire de rencontres ayant pris place sur scène. Alors, se termine Bloom In The Commune, premier album enregistré par le pianiste pour le compte d’ESP, qui valait évidemment d’être réédité.

CD: 01/ Interview: His Early Band/His First ESP Recording 02/ Cluster Quartet 03/ Ballade II 04/ Bloom in Commune 05/ Taking it Out of the Ground 06/ Interview: Recap of Session (Bernard Stollman) 07/ Interview: Recap of Session (Burton Greene) 08/ Interview: How He Got Involved with ESO 09/ Interview: The Music Scene 10/ Interview: Music is Life 11/ Interview: The Mindset of That Time 12/ Interview: Albert Ayler at Slugs’ Saloon

Burton Greene - Bloom In The Commune - 2007 - ESP Disk. Distribution Orkhêstra International. 


Steve Swell: Swimming in a Galaxy of Goodwill and Sorrow (Rogue Art - 2007)

Swellfireintogrisli

Pour le bien de Swimming in a Galaxy of Goodwill and Sorrow, Steve Swell enregistrait en studio avec une autre de ses formations : Fire Into Music, dans laquelle prennent place le saxophoniste alto Jemeel Moondoc, le contrebassiste William Parker et le batteur Hamid Drake.

Plus performante encore, la section rythmique accueille toujours avec pertinence les dialogues éclairés de Moondoc et Swell : imposant à leurs entrelacs les vociférations d’un archet angoissé (Manhattan Dreamweavers) ou les changements d’allure – du swing inévitable de Planet Hopping on a Sunday Aftrenoon et du Lalo Schiffrinien (malgré la dédicace)  For Grachan à l’impression mouvante de For Arthur Williams, tous morceaux interrompus par quelques déconstructions appuyées.

Sur Blu Coo, enfin, entendre le groupe dérailler un peu sur un bop presque électrique et plus démonstratif dans sa forme, seul véritable bémol de la démonstration altière de Fire into Music.


Steve Swell, For Grachan. Courtesy of Steve Swell.

CD: 01/ Manhattan Dreamweavers 02/ For Grachan 03/ Blu Coo 04/ Swimming in a Galaxy of Goodwill and Sorrow 05/ For Arthur Williams 06/ Planet Hopping on a Thursday Afternoon

Steve Swell’s Fire into Music - Swimming in a Galaxy of Goodwill and Sorrow - 2007 - Rogue Art.



Commentaires sur