Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Seijiro Murayama, Stéphane Rives : Axiom For The Duration (Potlatch, 2011)

axiomforthegrisli

L’axiome promis par Seijiro Murayama et Stéphane Rives devra naître d’un principe commun et austère. L’échange est endurant qui décide de la rencontre du cercle au contour appuyé (insistance du frotteur) et de lignes qui se tiennent à distance (fugues du sopraniste).

« Butcherisé », Rives décide ainsi de notes longues et finies : ici, une alarme ; là, un sifflement ; ailleurs encore, un léger débordement. Le polissage de Murayama arrange, lui, le mouvement des lignes et ainsi le rythme du tableau : en milieu de parcours, ses effets élèvent même quelques reliefs : légers, qui ne peuvent obstruer l’horizon au bord duquel le soprano passera en transformateurs et sur lequel sauront se fondre la subtilité du percussionniste et la patience du saxophoniste. C’est aussi là que le duo trouvera l’équilibre qui lui convient ; là qu’il décidera donc de conclure.

Seijiro Murayama, Stéphane Rives : Axiom for the Duration (Potlatch / Orkhêstra International)
Enregistrement : 5 et 6 mai 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ One Piece
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Seijiro Murayama, Jean-Luc Guionnet : Window Dressing (Potlatch, 2011)

grislodressing

La publication simultanée, sous l'excellente étiquette Potlatch, de deux enregistrements associant l'ahurissant percussionniste Seijiro Murayama d'une part à Stéphane Rives (saxophone soprano – Axiom For The Duration) et d'autre part à Jean-Luc Guionnet (saxophone alto), offre bien sûr le plaisir de mesurer, si ce n'est de comparer, les esthétiques à l'œuvre et les traits distinctifs des formations en question – le continu & le discontinu, le frotter & le frapper, le temps & la durée.

C'est pourtant au seul duo (« débarrassé » des Chamy ou Mattin auxquels il est parfois associé à la scène) avec l'altiste que je souhaite m'en tenir ici, car j'attendais tout particulièrement ce disque depuis Le bruit du toit (2007, label Xing Wu) ; si celui-ci avait été saisi dans un temple japonais, la moitié du présent témoignage a été captée à la radio slovène en juin 2010, et l'autre partie très finement gravée par Éric La Casa en décembre cette même année.

La formidable tension qui nimbe les échanges – ou peut-être faudrait-il parler d'interventions, d'interjections – de Guionnet (dans la gorge, dans les dents) et Murayama (par matières primordiales), mieux qu'une crispation, établit les polarités électriques nécessaires à l'érection des pierres (alignées ou en tumulus), à la projection des graviers : cartons perforés, ciel retroué. La raréfaction des gestes sonores ne confère pas à ces derniers la moindre dramatisation solennelle ; simples faits, dans leur hiératisme, leur manière de modestie et leur sobre poésie verticale.

Seijiro Murayama, Jean-Luc Guionnet : Window Dressing (Potlatch / Orkhêstra International)
Enregistrement : 30 juin 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Procédé 02/ Processus 03/ Procession 04/ Procès
Guillaume Tarche © Le son du grisli


Undivided : Moves Between Clouds (Multikulti, 2011)

undividesli

De ce quintet qui fait corps, évoquons tout d’abord les membres. Aux côtés du jeune leader,  le clarinettiste polonais Waclaw Zimpel, on trouvera son compatriote Mark Tokar à la contrebasse et l’allemand Klaus Kugel à la batterie. Avec eux, deux  vétérans américains du plus fier des free jazz : le pianiste Bobby Few (ancien compagnon de Steve Lacy et Albert Ayler) et le souffleur Perry Robinson (que l’on entendit aux côtés d'Archie Shepp, Henry Grimes ou encore Rashied Ali).

Dès les premières mesures et leurs lentes précipitations de notes, on sait que l’on nous offre ici un disque (leur second) d’importance. Les cinq hommes délivrent une musique resserrée et intense telle une flamme vivace qui percerait la nuit. Petite armée obstinée, elle avance sûrement et la première excursion solitaire, celle du piano de Bobby Few, propose les premiers moments d’exception. Ses amples vagues emporteront tout sur leur passage. Telles celles d’un Cecil Taylor, les notes de Bobby Few percutent l’auditeur pour ensuite l’assaillir avec douceur, tendresse presque, vertige toujours.

Alors, le disque, recueil de trois longs morceaux livrés par le 5tet lors d’un concert à Varsovie, fera montre d’une intensité jamais relâchée. Le cœur du disque, sa plus belle pulsation, est assurément le second titre, Moves Between Clouds. Après ce moment d’une grâce étonnante (fausse légèreté, vraie solennité), on ne pourra que regretter les égarements d’un troisième morceau qui aura tendance à se perdre parfois dans des divagations verbeuses. Mais faisons fi de ce bémol prononcé de fine bouche, et revenons au cœur. Les entrelacs hésitants des souffles de Perry Robinson et Waclaw Zimpel ne se feront pas de sitôt oublier, et les paysages traversés dans leur sillage ne demanderont qu’une chose : être arpentés encore, par leurs marges, en de sinueux détours que seuls ces cinq-là semblent pouvoir emprunter.

Undivided : Moves Between Clouds, Live in Warsaw (Multikulti Project)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Hoping Between Clouds 02/ Moves Between Clouds 03/ What A Big Quiet Noise
Pierre Lemarchand © Le son du grisli


Merzbow : Yaho-Niwa (Nuun, 2011)

merzsli

En ces temps critiques, la musique de Merzbow est une valeur-refuge. C’est que Merzbow se moque des apparences : ni déflation ni inflation, toujours il donne dans la déflagration, quoi qu’il lui en coûte et qu’il en coûte aux autres… 

« Je suis le bruit et la fureur », proclame-t-il encore sur Yaho-Niwa, « le tumulte et le fracas » – le fracas ou le chaos, je ne sais plus ; je ne sais même pas si Merzbow aurait osé dire un truc pareil... Il faut avouer que les temps sont troubles et que les bruits, eux, les sifflets, les hurlements et les alarmes, en profitent. Je choisis donc le chaos pour décrire Yaho-Niwa : un chaos turbulent, fiévreux, empêtré dans ses interjections mais aussi léger, sarcastique et malin.

A ce point que ce chaos ne cherche pas que noise. Il peut prendre des airs de chanson explosive (il n’y a qu’à entendre le morceau qui donne son titre à l’album) ou rire de ses confusions : parce que la confusion, aujourd’hui, il n’y a que ça de vrai !

Merzbow : Yaho-Niwa (Nuun Records)
Edition : 2011.
CD : 01/ Glowing 02/ Yaho-Niwa 03/ Venis 04/ Metal 22
Pierre Cécile © Le son du grisli


Mombi : The Wounded Beat (Own, 2011)

mombisli

Il est inarrêtable, M. Kael Smith. Non que nous ayons entendu parler de lui récemment – la dernière fois, c’était sur l’album de son groupe Khale en 2009, déjà sur Own Records. Simplement, le songwriter américain ne cesse de remettre l’amour de l’ouvrage bien fait sur le métier pratiqué avec passion. Multiplicateur de projets défunts ou actuels (Mombi, aux côtés de Matt Herron), c’est dorénavant dans le secteur de la folk ambient qu’on le retrouve – et l’échappée inspirera certainement les défenseurs invétérés de David Sylvian et Talk Talk.

Prenons dans la liste des titres (dont aucun n’est à jeter, c’est rare) le troisième numéro, Glowing Beatdown. Il aurait occupé une belle place sur Internal Travels, le premier album de Nick Talbot aka Gravenhurst, s’il avait été réalisé aux côtés de Fennesz. Ailleurs, des nettes traces de Wolfgang Voigt ou de Mark Hollis confirment le propos, étrange tout en demeurant familier, à la fois inquisiteur et rassurant. Insufflant un beat Kompakt-style par ci, une échappatoire jazz par là, le duo US confirme l’excellence des choix entrepris par la maison luxembourgeoise Own Records.

Mombi : The Wounded Beat (Own Records)
Edition : 2011
CD : 1/ Marching Band 2/ Underwater 3/ Issue Project Redux 4/ Strange Flora 5/ Skullfloor 6/ Interminable Spectral Mountains 7/ Pacific Coast Highway 8/ In Conclusion
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli



The Spanish Donkey : XYX (Northern Spy, 2011)

spanishgrisli

A propos d’XYX de The Spanish Donkey – trio que forment l’industrieux Joe Morris (guitare électrique), Jamie Saft (synthétiseurs, basse électrique) et Mike Pride (batterie) –, le label Northern Spy conseille aux amateurs de classement : File under : avant-metal jazz.

Ce qu’il y a à entendre ici tient pourtant davantage d’un mélange épais de free jazz et de rock progressif. Ainsi peut-on craindre que la hargne du trio s’abatte à brides abattues sur la forme à donner à la récréation. Or, l’exercice convainc plutôt tant que la virulence ne lui fait pas défaut – c’est le cas sur Crater, troisième titre, laborieux. Auparavant, Morris, Soft et Pride, auront démontré avec allant que leur mélange des genres est digne d’intérêt : les orgues et la batterie soulevant sans cesse une guitare expectorant avec morgue lorsqu’elle n’étouffe pas plutôt sous des tapis psychédéliques sortis d’immenses orgues à tisser. Conseillable donc, à qui ne craint pas le médiator : trois extraits sur le site du label.

The Spanish Donkey : XYX (Northern Spy / Amazon)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ MID-Evil 02/ XYX 03/ Crater
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Farmers by Nature : Out of This World's Distorsions (AUM Fidelity, 2011)

grislibynature

Farmers by Nature (Gerald Cleaver, Craig Taborn, William Parker) improvisent une sonate et la dédient à Fred Anderson, décédé la veille (For Fred Anderson).

Pendant dix-huit minutes, Farmers by Nature idéalisent une énergie brute sans baisse ni surcroît de régime. Monk, Cecil T et le blues dans la même bouteille : grand cru et florilège de rythmes brisés (Tait’s Traced Traits).
Farmers by Nature laissent William Parker introduire la ballade. Entre douceur et douceur. Entre statut-quo et statut-quo et sans sortie possible (Out of this World’s Distortions Grow Aspens and Other Beautiful Things).
Farmers by Nature dénudent les sons, traînent leurs voix, doutent exagérément de la forme, trouvent le salut par le rythme et n’y perdent jamais leur âme (Sir Snacktray Speaks).
Farmer by Nature ne laissent jamais taire l’archet de leur contrebassiste. Voici le guide : William Parker, ivre de dire et redire combien le rythme est porteur d’insolentes perspectives (Cutting’s Gait).
Farmers by Nature twistent d’improbables timbales, stoppent les avancées ennemies d’une contrebasse large et boisée. Toujours plus encore, installent le mouvement et se rapprochent de l’autre : du musicien, de l’auditeur (Mud, Mapped).
Farmers by Nature signent leur premier disque studio. Belle réussite me semble-t-il.

EN ECOUTE >>> Tait's Traced Traits >>> Sir Snacktray Speaks >>> Mud, Mapped

Gerald Cleaver, William Parker, Craig Taborn (Farmers by Nature) : Out of This World’s Distortions (AUM Fidelity / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2010.  Edition : 2011. 
CD : 01/ For Fred Anderson 02/ Tait’s Traced Traits 03/ Out of This World’s Distortions Grow Aspens and Other Beautiful Things 04/ Sir Snacktray Speaks 05/ Cutting’s Gait 06/ Mud, Mapped
Luc Bouquet © Le son du grisli


Rinus van Alebeek : Luc Ferrari (Mathka, 2011)

alebeeksli

Je supporte mal les bruits des voisins. J’habite donc une petite maison isolée. Dans cette maison, Rinus van Alebeek est entré l’autre jour. Pas en personne, mais par Luc Ferrari interposé. En fait, c’est un disque qu’il a enregistré dans la maison de Brunhild et Luc Ferrari à Montreuil l’an passé.

Brunhild Ferrari a donc accueilli Alebeek chez elle et lui a permis d’écouter une composition de son défunt mari, Cycle du souvenir, tout en enregistrant les bruits du quotidien (de la maison et de la rue) et en l’enregistrant, elle, en train de lire des extraits du journal écrit de la main de Ferrari. Le reste est l’affaire d'Alebeek, un « voleur de musique », comme il le dit lui-même dans cette interview ; un compositeur qui ne compose pas mais emprunte par simple paresse.

C’est avec Cycle du souvenir qu’Alebeek a découvert le travail de Ferrari. Sa nouvelle écoute, faite sur deux enceintes au domicile du compositeur, et sa promenade silencieuse font de cette œuvre tout autre chose, presque une chanson dont le refrain tourne de temps en temps entre les bruits de tous les jours. C’est comme ça que j’ai redécouvert les bruits de voisinage. Et malgré cela ce disque est magnifique. Merci à Rinus van Alebeek de m’avoir choisi de tels voisins.

Rinus van Alebeek : Luc Ferrari (Mathka)
Enregistrement : 28 octobre 2010. Edition : 2011.
CD-R : 01/ Tape 1, Side A 02/ Tape 1, Side B 03/ Tape 2, Side A
Héctor Cabrero © Le son du grisli


Pascal Battus : Simbol / L’unique trait d’pinceau (Herbal, 2011) & Bitche Session (Organized Music from Thessaloniki, 2011)

slimbol

La lecture de ce disque double qui donne à entendre Pascal Battus interroger le matériau cymbale (Simbol) ou n’interroger d’autre matériau que lui-même (L’unique trait d’pinceau) pourrait – pourquoi pas ? – être introduite par cette note de Jean Lévêque : « Pour penser, il ne faut pas s’arrêter à la représentation. Il faut passer du corps objet au corps vivant. »

L’impulsion, sa conséquence et sa réanimation constante, changent les trois temps qui composent Simbol en œuvre suspendue : un murmure, d’abord, d’où sortent des chants à la dérive qui se jaugent puis se télescopent, découpent enfin dans le métal des frises dont les reliefs rêveraient de composer une écriture. Celle d’un langage qui devrait autant à l’atomisme qu’à une imagination inquiète de silence, révélé par un secret et précis agencement.

Renvoyant davantage aux saisissements de l’improvisation libre, les cinq pièces de L’unique trait d’pinceau forment un recueil de travaux dissidents. On y trouve des grattements amplifiés, des rythmes en peine, des objets-instruments débitant d’autres ersatz de langages, des déflagrations et des résonances ou encore des usages concrets d’obédience tourmentée. En décidant de personnelles découpes abruptes, du bouleversement de l’agencement des pièces ou de l’entame d’une écoute passive, l’auditeur pourra-là, à son tour, « passer du corps objet au corps vivant », soit : presque autant que Pascal Battus, faire acte de pensée.

Pascal Battus : Simbol / L’unique trait d’pinceau (Herbal / Metamkine)
Enregistrement : 2007-2009.
CD1 : 01/ Limb 02/ Mobil 03/ Soil – CD2 : 01/ L'unique trait d'1 02/ Percussion verticale 03/ L'unique trait d'2 04/ Percussion horizontale 05/ Bouteille magnétique
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

bitchsli

Sur le label Organized Music from Thessaloniki, paraît dans le même temps une cassette (dont le contenu peut aussi être téléchargé) enregistrée le 6 décembre 2009 à Nantes (Bitche). En compagnie de Michael Johnsen (électronique, scie), Battus y fait œuvre de frottements, battements et crépitements, de trajectoires sonores envahies par quelques parasites grattant, sifflant ou battant de l’aile. Sur la fin de Bitche Session, de beaux aigus se rejoignent sur surface tournante auxquelles menaient donc les trajectoires en question.


Gjerstad, Stephens, Moholo : Quiddity (Loose Torque, 2011)

quiddisly

La présence de Louis Moholo (ayant déjà battu en 1996 en Calling Signals et depuis en Circulasione Totale) a peut-être, ce 27 février 2007, incité Frode Gjerstad à plus de retenue. Moins forcenée, sa virulence se fait simplement différente. Ainsi la clarinette progressera sur The Nature en indélicate et s’immiscera en reliefs escarpés jusqu’à se laisser prendre au piège : en structures-cages, son chant cognera certes, mais sans faire perdre une once de délicatesse à la musique du trio que forment les deux hommes avec le contrebassite Nick Stephens

Les deux pièces suivantes donnent à entendre Gjerstad au saxophone alto : plus écorché, bravache en conséquence, il avance par à-coups piqué ici par l’archet, là par un coup de baguette sèchement asséné. La conclusion lui imposera un retour à la clarinette : The Essence est autre, une divagation abandonnant tous principes de mesure et attentes d’évidence. Nulle part la facilité n’est le sujet de Quiddity ; le disque y trouve là sa force farouche.

Frode Gjerstad, Nick Stephens, Louis Moholo-Moholo : Quiddity (Loose Torque / Improjazz)
Enregistrement 27 février 2007.
CD : 01/ The Nature 02/ The Gist 03/ The Whatness / The Essence
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur