Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


Vers TwitterAu grisli clandestinVers Instagram

Archives des interviews du son du grisli

François Carrier, Alexey Lapin, Michel Lambert : Inner Spire (Leo, 2011) / Maïkroton Unit + Bewitched

Fran_ois_Carrier_Inner_Spire

La régularité rythmique n’emprisonne que peu de temps l’improvisation éclatée de l’altiste François Carrier et du pianiste Alexey Lapin : très vite, Michel Lambert, percutant de son état, range le métronome-balais dans son cabas et brise en mille morceaux le mouvement qu’il venait d’imposer.

Chose évidente maintenant : le free jazz prend racine et se refuse à interpréter d’autres rivages. L’enchevêtrement harmonique du couple alto-piano, les espaces aménagés en début d’improvisation avortent (presque) toujours car l’heure est à la convulsion (et dans ce domaine, le saxophoniste surprend agréablement). De cet échec consommé naît une musique sans complexe, idéale d’énergie et de détournement. Frontale, sans courbes et sans cachoteries, elle navigue audacieuse et (presque) toujours convaincante.

François Carrier, Alexey Lapin, Michel Lambert : Inner Spire (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Inner Spire 02/ Square Away 03/ Tribe 04/ Round Trip 05/ Sacred Flow
Luc Bouquet © Le son du grisli

ma_kroton_unit_ex_voto

En ce Maïkotron Unit enregistré au printemps 2010, on trouve Michel Lambert aux percussions et maïkotron associé à Michel Côté (maïkroton de même, saxophones et clarinettes) et Pierre Côté (basses et violoncelle). C’est là une musique de mélodies et d’atmosphères qui, lorsqu’elle n’intègre pas le champ d’un jazz délavé lorsqu’il n’est pas plutôt clinquant, parvient à arranger toquades et tourments au point d’élever une musique de chambre autrement convaincante. Ex-Voto en demi-teinte.

bewitched_concert

Epilogue / Dedication / Transfiguration sont, dans l’ordre, les trois temps de cette improvisation produite par Intonema après avoir été donnée à Saint-Petersourg par Bewitched, association de Thomas Buckner (voix), Edyta Fil (flûte), Ilia Belorukov (saxophone alto et objets), Alexey Lapin (piano) et Juho Laitinen (voix et violoncelle). Si l’on pouvait craindre que la somme de deux lyrismes (celui de Buckner et celui de Lapin) entraîne le projet à sa perte, c’est une belle composition d’interventions déboîtées et fragiles que l’on développe ici. Encouragements à la flûte d’Edyta Fil.



Florian Hecker : Speculative Solution (Editions Mego, 2011)

hecker_speculative_solution

Artiste au très mystérieux relâchement introspectif, Florian Hecker ne cesse de passionner son auditoire dès qu’il se pose devant son ordinateur et ses machines. Sans remonter à sa collaboration avec Yasunao Tone (un des disques les plus hard que j’ai jamais écoutés – et il y en a eu des paquets), l’excellence du musicien allemand s’était totalement révélée en 2009 sur le génialissime Acid In The Style Of David Tudor où les nerfs du nerd que je suis (parfois) sursautaient d’überenthousiasme à un niveau au-delà de l’épilepsie.

Treizième épisode du résident de Vienne, Speculative Solution se compose de deux pièces longues (32 et 19 minutes) entrecoupées de deux interludes d’environ trois minutes. Dès les premières secondes, les échos typiquement heckeriens nous indiquent la voie. Ruptures rythmiques incessantes, explorations aigües, échos magmatiques d’insectes bourdonnants, voire déclinaison inattendue d’une sirène d’ambulance(!), la vision défendue par l’artiste continue de tracer sa voie unique – dans le sens où elle ne ressemble à nulle autre, hormis peut-être Kevin Drumm.

Oui mais la fantaisie, me direz-vous ? Rassurez-vous, en plusieurs endroits, l’humour imprime sa marque, notamment dans les ultimes minutes de Speculative Solution 1 en montagnes russes électroniques abstraites. Ou alors sur le court Speculative Solution 2 au tempo en vases communicants qu'Hecker nous dévoile en mode inversé sur Speculative Solution 3. Ultime œuvre du coffret – livré avec un livret bilingue anglais / français de 160 pages et… cinq billes de métal (mais si) – Octave Chronics retrouve le goût démentiel de Prurient à la sortie d’une rencontre avec KTL et c’est tout autant étonnant.  

Florian Hecker : Speculative Solution (Editions Mego / Metamkine)
Enregistrement : 2009-2010. Edition : 2011.
CD (Box set) : 01/ Speculative Solution 1 2/ Speculative Solution 2 3/ Speculative Solution 3 4/ Octave Chronics
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli


Cumulative Trauma Disorder : Cumulative Trauma Disorder (FF HHH, 2011)

cumulative_trauma_disorder

C’est sûrement parce qu’il est tout jeune que ce duo belge (formé en 2010 par Chris et Fabrice Toussaint) tient plus ou moins sa promesse : Cumulative Trauma Disordre met le désordre sans réussir à créer le moindre traumatisme. Et ce, en se servant de ses guitares électriques, synthétiseurs et boîtes à rythmes…

Et c’est d’abord amusant. L’auditeur peut se laisser prendre au piège du lancinant, de la noise qui tourne sur deux tonalités et des potentiomètres tournés en direct. Cible d’une mitrailleuse à bruits, on est forcément sonné. Mais l’exercice est un peu long et une fois terminé, on ne se souvient de rien. Et, jusqu'à maintenant, pas eu envie de réécouter pour me souvenir.

EN ECOUTE >>> Trauma XII

Cumulative Trauma Disorder : Cumulative Trauma Disorder (FF HHH)
Edition : 2011.
CD-R : 01-09/ Trauma III-XV
Pierre Cécile © Le son du grisli


Morton Feldman : Piano, Violon, Viola, Cello (Bvhaast, 2011)

morton_feldman_last_composition

Le 28 mai 1987 devant Morton Feldman, Aki Takahashi, Mifune Tsuji, Matthijs Bunschoten et Tadashi Tanaka, s’emparèrent respectivement des instruments commandés par Piano, Violon, Viola, Cello, dernière partition du compositeur.

Celle dont il loua les qualités après l’avoir entendue interpréter son Triadic Memories – « Takahashi appears to be absolutely still. Undisturbed, unperturbed, as if in a concentrated prayer... The effect of her playing on me is that I feel privileged to be invited to a very religious ritual » – boucle un lot d’accords lents derrière lequel les cordes semblent chercher leur propre accord. A force de tentatives et de rapprochements sensibles, elles brouillent la carte-partition et forcent le piano à trouver un nouvel équilibre sur deux couples de notes.

La suite est une histoire d’ondes oscillantes provoquées par ce trouble minuscule. Un balancement léger qui commande une nouvelle mesure du temps : empirique, pensée sur le moment. La durée que nécessite un grave pour s’éteindre n’est qu’un des grains du sablier. Jusqu’à la chute du dernier, le temps tremble. Après quoi, se fait un long silence. Où la musique respire.

Morton Feldman : Piano, Violon, Viola, Cello (Bvhaast / Orkhêstra International)
Enregistrement : 28 mai 1987. Edition : 2011.
2 CD : Piano, Violon, Viola, Cello
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Ghédalia Tazartès : Repas froid (PAN,2011)

gh_dalia_tazart_s_repas_froid

Voir le nom de Ghédalia Tazartès sur une pochette est toujours l’assurance d’une aventure sonore hors du commun – le présent Repas froid confirme excellemment la règle. Jongleur de genres qu’il mélange avec un aplomb unique et une franchise réjouissante, le musicien parisien aux origines turques explose, une fois de plus, les canevas attendus – et ça fait un rude bien aux écoutilles.

Mélange de mélodies populaires, de chants nasaux en une langue indéfinissable, de field recordings claquants, de dialogues cinématographiques, de discours politiques (en russe ?) et de mille autres petites – ou grandes – choses, les deux faces du LP produisent un effet psychédélique stupéfiant qui vaut largement toute la beuh d’Afghanistan. Le cap des 64 balais atteint, on se réjouit de constater que Tazartès cultive un jardin anarchique que nombre de ses jeunes confrères feraient bien de visiter un jour. Saint-Ghédalia, prie pour eux, pauvres pécheurs.

Ghédalia Tazartès : Repas Froid (PAN / Souffle continu)
Réédition : 2011.
LP : 01-20/ -
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli



Balanescu : This Is The Balanescu Quartet (MUTE, 2011)

this_is_the_balanescu_quartet

On ne comprend pas bien, de « This Is » ou « An Introduction To », quel est le nom de la série de best-of que le label MUTE inaugure avec This Is The Balanescu Quartet. Ce qu’on comprend par contre c’est que la sélection pioche dans les disques que Balanescu a publié sur ce même label et seulement sur celui-ci : Possessed, Luminitz, Angels and Insects, Maria T. Et ce qu’on voit, c’est que le packaging n’a pas été soigné (ce qui justifiera, j'imagine et espère, un prix de vente restreint).

Il n’y a donc pas de surprise à l’écoute de cette « introduction ». J’y entends l’homme au chapeau changer son violon d’épaule : interpréter avec une belle rigueur des morceaux de Kraftwerk (Autobahn, Pocket Calculator, Model), questionner ses racines roumaines en samplant la voix de Maria Tanase ou rendre plus légère la musique classique (Aria ou Waltz). Si Balanescu est maître des dissonances et des illusions et frappe souvent juste, ses mélodies peuvent être simplistes ou la tension dramatique exagérée, mais les souvenirs que quelques-uns des refrains de cette compilation font remonter sont forts. Ils engagent à aller rechercher Possessed ou Maria T. enfouis depuis des lustres dans la pile de disques que nous oublions tous.

The Balanescu Quartet : This Is The Balanescu Quartet (MUTE / Amazon)
Edition : 2011.
CD : 01/ Aria (Maria T) 02/ Autobahn (Possessed) 03/ Coppice (Angels and Insects) 04/ East (Luminitza) 05/ Wine’s So Good (Maria T) 06/ Model (Possessed) 07/ Revolution  (Luminitza) 08/ Waltz (Angels and Insects) 09/ The Young Conscript And The Moon (Maria T) 10/ Still with me (Luminitza) 11/ Love Scene (Angels and Insects) 12/ Pocket Calculator (Possessed)
Héctor Cabrero © Le son du grisli


MIMEO : Wigry (Bôłt / Monotype, 2011)

mimeo_wigry

La liste alphabétique des musiciens à trouver en ce MIMEO réuni à l’automne 2009 à Wigry : Phil Durrant (synthétiseur, sampler), Christian Fennesz (ordinateur), Cor Fuhler (piano), Thomas Lehn (synthétiseur), Kaffe Matthews (ordinateur), Gert-Jan Prins (electronics), Peter Rehberg (ordinateur), Keith Rowe (guitare), Marcus Schmickler (ordinateur), Rafael Toral (ordinateur).

Inutile – si ce n’est « pour le sport » et encore par goût de la défaite – de chercher à mettre un nom sur telle ou telle intervention si celles-ci ne donnent pas clairement d’elles-mêmes la nature de leur instrument. Autour d’une table rectangulaire disposée dans une église, d’imposants représentants d’une société secrète jouèrent à la Cène au son d’une improvisation inquiète.

La musique est entremetteuse, œuvrant avec patience de silences en artifices, de brondissements en stridulations, d’accalmies en dépressions. Son matériau est de métal ou de soie et son grand sujet un magnétisme qui fait de sillons disparates un grand chemin tortueux. Sous la brume, celui-ci laisse échapper des spectres sans autre motivation que celle de faire grand bruit. Voici l’église de Wigry pleine de clameurs nouvelles.

EN ECOUTE >>> >>> B >>> C >>> D

MIMEO : Wigry (Bôłt / Monotype / Metamkine)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
2 LP : A/ - B/ - C/ - D/ -
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Ken Silverman : From Emptiness (SoundSeer, 2011)

ken_silverman_from_emptiness

Par petites cellules de durées quasi-égales (solos, duos, trios), les musiciens s’exposent. Guitare et oud (Ken Silverman) ; trompette, bugle ou flûte (Roy Campbell) ; chant ou sanshin (Kossan) ; saxophone alto ou clarinette (Blaise Siwula) ; turkish cümbüs (Tom Shad) ; batterie (Dave Miller) et violon (Tom Swafford) s’épanchent en des fondus-enchaînés qui ne sont rien d’autre qu’une mise en condition de l’improvisation qui va suivre.

Maintenant, tous vont croiser et entrecroiser leurs élans ; parfois en pure perte, parfois en atteignant quelque sommet. De cette auberge espagnole aux multiples pigments, la voix sera élément dissonant, vilain petit canard venant contrebalancer un horizon souvent normalisé. Ailleurs, une clarinette aura du mal à faire école et c’est le rythme qui sonnera le réveil du septet. Et ainsi,  l’hymne apparaîtra : pur et collectif, sincère et partagé. Pour résumer : un disque étonnant et passionnant.

Ken Silverman Septet : From Emptiness (SoundSeer)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ From 02/ Empti 03/ Ness 04/ Thought 05/ And Emo 06/ Tion 07/ From (reprise)
Luc Bouquet © Le son du grisli


Oren Ambarchi, Jim O’Rourke : Indeed (Editions Mego, 2011)

Ambarchi_O_Rourke_Indeed

Qui a écouté les précédentes collaborations de Jim O’Rourke et Oren Ambarchi (In A Flash Everything Comes Together ou Tima Formosa) sera forcément étonné par l’Indeed que sortent aujourd’hui les Editions Mego.

Enregistré en janvier à Tokyo, c’est un disque surprenant à plus d’un titre. Parce qu’au lieu du bruit et de la fureur des travaux signés avec Haino, il défend une ambient qui paraît avoir été improvisée et qui n’en est que plus duveteuse. Les synthétiseurs, les guitares, les cordes, les percussions, vous enveloppent avec un naturel désarmant.

Si le dos de la couverture nous ressert le sempiternel contraste tradition / modernité made in Japan, les sons d’Indeed sont d’une tout autre originalité. Leur origine ne compte plus, d’ailleurs, seule leur fusion empirique dans le moule atmosphérique importe. En un mot, je connais peu de disques au titre intraduisible de l’Anglais au Français qui définisse aussi bien ce qu’il contient : Indeed.

Oren Ambarchi, Jim O’Rourke : Indeed (Editions Mego / Metamkine)
Enregistrement : janvier 2011. Edition : 2011.
LP : A/ Indeed Side A B/ Indeed Side B
Pierre Cécile © le son du grisli


Rant : Land (Schraum, 2011)

rant_land

L’introduction à Land est un brouillon qu’il aurait fallu ne pas conserver. Torsten Papenheim (à la guitare) et Merle Bennet (à la batterie) ne s’en sont pas rendu compte. Ce qui fait qu’après l’introduction on cherche encore à savoir ce qu’eux cherchent à faire. Que cherchent cette guitare électrique, ces cordes pincées, cet air qui revient et cette batterie de faible débit et de faible intensité ?

Peut-être à servir une musique pop assez simple. Que son sujet soit la mélodie facile, il n’y a pas de mal à cela. Mais pourquoi mettre ces effets sur la batterie (un delay poussif et une saturation mesquine) ? Et pourquoi  aussi ce manque d’inspiration dans le développement des mélodies justement ? Rant a beau boucher les trous avec des field recordings, rien ne marche : son Land est un territoire de peu d’âme. Son Land est même presque un territoire perdu.

Rant : Land (Schraum)
Edition : 2011.
CD : Land
Héctor Cabrero © Le son du grisli



Commentaires sur