Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Aki Takase, Han Bennink : 2 for 2 (Intakt, 2011)

aki_takase_han_bennink_2_for_2

Est-ce un hasard si ballade et ragtime, après exemplaires exposés, se voient détournés de leur essence au profit d’éclatements free avant retour aux sources ? Monk,  souvent évoqué ici (Locomotive, Raise Four) échappe à ce procédé et retrouve toujours son blues originel. Dire qu’il hante de joyeuses façon (A Chotto Matte) ce disque n’est pas peu dire : il déborde de ses harmonies saillantes la quasi-totalité de ses seize plages.

Aki Takase est donc cette pianiste qui compose, improvise, projette passé et futur. Mordante avec Monk, ample avec les ballades (un peu de Bill Evans avec Knut), précise et rigoureuse avec ses propres compositions (Rolled Up), elle arme d’amour son compagnon, ici le grand Han Bennink. Lequel Bennink, retrouve dans sa caisse claire le swing éternel des Cozy Cole et autre Papa Jo Jones. Moins tonitruant qu’à l’ordinaire, totalement à l’écoute de sa partenaire, il furète et distille l’évidence avec gourmandise et générosité. Beau duo donc.

Aki Takase, Han Bennink : 2 for 2 (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Two for Two 02/ My Tokyo 03/ Locomotive 04/ Zankapel 05/ Knut 06/ Baumkuchen 07/ Monochrome 08/ Raise Four 09/ Do You What It Means to Miss New Orleans? 10/ A Chotto Matte 11/ Hat & Beard 12/ Ohana Han 13/ Rolled Up 14/ Hell und Dunkel 15/ Hommage to Thelonious Monk 16/ Two for Two
Luc Bouquet © Le son du grisli



Pauline Oliveros, Francisco Lopez, Doug Van Nort, Jonas Braasch : Quartet for the End of Space (Pogus, 2011)

quartet_for_the_end_of_space

Au sortir de deux séances d’improvisation et d’un concert donné en septembre 2010 à New York, le quartette en place (Triple Point que forment Pauline Oliveros, Doug Van Nort et Jonas Braasch augmenté de Francisco López) aura glané assez de matériau pour permettre à chacun de ses membres d’en faire ici, par deux fois, sa propre chose sonore.

Les huit propositions électroacoustiques réunies sur Quartet for the End of Space, de varier en conséquence. Quand Doug Van Nort peint de volumineux espaces sous la menace de menaçantes espèces synthétiques (Outer) sinon ouverts aux quatre vents (Inner), Francisco López arrange toutes interventions en rafales-parasites (Untitled #270) ou en impérieux totems sifflants (Untitled #273).

Inquiets davantage qu’on n’oublie pas la nature des instruments au départ utilisés, Jonas Braasch s’adonne, lui, à des jeux de construction (Web Doppelgänger) qui pourraient lui permettre de décrocher une ou deux étoiles (Snow Drifts) tandis que Pauline Oliveros dispose des trajectoires de claviers transformés dans le sillage de Sun Ra (Mercury Retrograde) ou passe des bandes à la moulinette afin de mettre au jour une ode à la métamorphose (Cyber Talk). Ici ou là, quelques essoufflements : mais des essouflements de personnalités follement investies.

Pauline Oliveros, Francisco Lopez, Doug Van Nort, Jonas Braasch : Quartet for the End of Space (Pogus / Metamkine)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
01/ Doug Van Nort : Outer. 02/ Jonas Braasch : Web Doppelgänger. 03/ Francisco Lopez : Untitled #270. 04/ pauline oliveros : Mercury Retrograde 05/ Jonas Braasch : Snow Drifts. 06/ Doug Van Nort : Inner 07/ Oliveros : Cyber Talk 08/ Francisco Lopez : Untitled #273
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Simon Nabatov : Square Down (Leo, 2011)

simon_nabatov_square_down

Pas de round d’observation pour Simon Nabatov (piano), Ernst Reijseger (violoncelle) et Matthias Schubert (saxophone ténor). Idem pour les politesses : l’improvisation est de feu et de braises.

Le violoncelliste fait saigner son archet ici, imite la scie musicale ailleurs puis choisit d’embrouiller doigts et cordes avant le nouvel orage. Par paliers et sans bouée de sauvetage, le saxophoniste dévide un souffle filandreux, impeccable de sauvagerie rentrée. Le pianiste martèle, rejette tendresse et n’effrite jamais le territoire acide qu’il vient de jauger.

Hors cadre quand il s’agit de laisser, lentement, propager de sombres menaces ou totalement décomplexée quand les musiciens laissent libre cours à leurs excès (réminiscence du contre-chant tristanien ?), la musique de Square Down est de celles qui n’irriteront que les obnubilés de la forme. Car ici, on ose s’élancer ensemble puis se contredire. On aime bifurquer sans permission et sans règle. On aime être libre tout simplement.

Simon Nabatov, Ernst Reijseger, Matthias Schubert : Square Down (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Long Haul 02/ Genostasis 03/ Run for It 04/ Chapter & Verse 05/ Plangent Cry 06/ Giant Lips
Luc Bouquet © Le son du grisli


Erik Carlsson : The Bird and the Giant (Creative Sources, 2011) / Chip Shop Music : You Can Shop Around... (Homefront, 2010)

erik_carlsson_the_bird_and_the_giant

Oserais-je dire qu’Erik Carlsson est un batteur lo-fi ? Sans le regretter. Au contraire, ce côté lo-fi ferait partie de sa personnalité. Il rehausserait même les morceaux de The Bird and The Giant.

La musique de ce solo de percussionniste est lente, on la dirait parfois jouée à l’aveugle. Pourtant elle est d’une précision épatante. On la dirait concrète ici (Heavy Rest) expérimentale ailleurs (Hope, Perhaps Feelings). On pourrait plus rapidement dire qu’elle peut tout se permettre : de remuer des clochettes, d’éclater de larsens, de faire des noeuds avec des harmoniques...

Qui ne connaît pas encore Erik Carlsson, Suédois qui a joué auprès d’autres Suédois (Mats Gustafsson, Martin Küchen…) devrait saisir cette deuxième carte de visite qu’il a fait éditer. Car ses contrastes disent tout de sa grande personnalité.

Erik Carlsson : The Bird and The Giant (Creative Sources / Metamkine)
Edition : 2011.
CD : 01/ Could Be Emotional 02/ Heavy Rest 03/ Hope, Perhaps Feelings 04/ The Dead Spirit 05/ Something Else Somewhere
Pierre Cécile © Le son du grisli

chip_shop_music_you_can_shop_around

L’année dernière, paraissait sur Homefront le second enregistrement de Chip Shop Music, l’association de Martin Küchen (saxophone alto, radio), Paul Vogel (clarinette, ordinateur), Erik Carlsson (percussions, électronique) et David Lacey (percussions, électronique).

Ce sont trois temps enregistrés à Dublin en 2009. Sur ceux-là, courent des notes au déploiement aussi intensif que délicat : leurs origines sont diverses mais elles ont le soupçon en commun. C’est une musique en perpétuelle ébauche qui peine à faire aussi bien que Looper – projet de Küchen aux vues smilaires – mais dont les espoirs évanouis parviennent à faire trembler quelques rumeurs et remonter à la surface un lot de moments capiteux.


Mark Applebaum : The Metaphysics of Notation (Innova, 2011)

mark_applebaum_metaphysics_of_notation

Les graphics art de Mark Applebaum, un peu à la manière du Treatise de Cornelius Cardew, ne possèdent ni règles ni codes d’entrées, les interprètes étant les seuls juges de ce qu’ils doivent produire. Glyphes, pictogrammes sur rouleaux ou fragments accrochés, outre leur réelle beauté esthétique, sont mystères à éclaircir, à conquérir.

Pendant quarante-cinq semaines, tous les vendredis midi, musiciennes et musiciens investirent la galerie de l’Art Center Museum de la Stanford University pour y décoder l’œuvre d’Applebaum. C’est précisément ce que nous propose ce DVD : découvrir en 45 minutes (une minute pour chaque formation) les 45 formations (du solo au collectif) ayant accepté la proposition du compositeur. Musique et photographies s’enchaînent donc en un continuum foisonnant, le tout embelli par la haute réverbération du lieu.

L’intégralité de la partition (mais faut-il encore parler de partition ici ?) nous est donnée à voir sur l’un des nombreux bonus du DVD. De quoi, ajouter une nouvelle interprétation à l’étonnante œuvre de Mark Applebaum.

Mark Applebaum : The Metaphysics of Notation  (Innova / Orkhêstra International)
Edition : 2010.
DVD : 01/ There’s No Sound in My Head 02/ Metaphysics Mix 03/ The Metaphysics of Notation Score- Scrolling 04/ The Metaphysics of Notation Score-Stills
Luc Bouquet © Le son du grisli



Lüüp : Meadow Rituals (Experimedia, 2011)

l__p_meadow_rituals

Oh l'étrange sensation extra-temporelle que voilà, échafaudée entre acid folk en mode Renaissance, prog hippie et ambient stylisée. Œuvre d’un ensemble de… 19 musiciens – je les ai comptés personnellement – Meadow Rituals navigue entre les époques avec un naturel déconcertant, là où les productions du label Home Records s’arrêtent le plus souvent à la case présent trop sage.

Pour se donner une idée de l’aventure, il suffit d’imaginer Helena Espvall, la violoncelle des excellents Espers, au bord d’un feu de camp – jusque là, rien de plus normal. Elle aurait invité à partager sa table des membres éminents de l’electronica moderne, on songe à Machinefabriek tant le Néerlandais arrive à fondre son exemplaire discrétion dans tous les univers, mais aussi des gens de Van der Graaf Generator pour un trip polysensuel où les effluves d’un passé lointain se mêleraient spontanément à un monde contemporain qui refuserait toutefois la soumission totale aux machines déshumanisées.

Des gens cités, toutefois, nulle présence, encore que… (suspense). Rassembleur de l’entreprise, le flûtiste Stelios Romaliadis n’est pas entouré que de manchots sur le second opus de son Lüüp (dont j’ignorais tout jusqu’il y a peu) – fin du suspense. On y trouve, et oui, un ancien VdGG (le saxophoniste David Jackson sur le très réussi Roots Growth), mais aussi – et surtout – deux vocalistes féminines d’exception. L’une d’entre elles nous est familière sous le pseudo de Pantaleimon (Andria Degens – on se souvient aussi d’elle aux côtés des Current 93), l’autre (la Suédoise Lisa Isaksson) ne devrait pas tarder à faire son bout de chemin. Angélique, leur présence apporte un énorme supplément d’âme à un disque qui ne manquait déjà pas de piment.  

Lüüp : Meadow Rituals (Experimedia)
Edition : 2011
CD : 1/ Horse Heart 2/ Taurokathapsia 3/ Cream Sky 4/ Spiraling 5/ Roots Growth 6/ See You In Me 7/ Ritual Of Apollo & Dionysus 8/ Northern Lights
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli


Asmus Tietchens, Kouhei Matsunaga : Split (Important, 2011)

Tietchens_Matsunaga_Split

C’est le second LP que se partagent Asmus Tietchens et Kouhei Matsunaga (NHK) sur le label Important. Le premier avait pour nom Split – Linocut, celui-ci s’appelle plus simplement encore : Split.

Sur la première face, on trouve deux morceaux d’Asmus Tietchens. Le premier est plein d’aigus qui fuient de percussions frappées et que l’Allemand tranforme en profitant de leur malléabilité. Comme par opposition, il pousse après ça une basse vibrante : un drone est né. Il tiendra jusqu’au dernier sillon, à peine perturbé par les gouttelettes d’aigus (extraits d’un enregistrement du guitariste Dirk Serries) qui ne cessent de lui tomber dessus.

On retourne le disque, et voici Kouhei Matsunaga. Il plane d’abord à la manière de Mika Vainio avec qui il a aussi collaboré. Il plane mais en sous-marin, sur deux notes, et son voyage a ce quelque chose d’hypnotique qui fait qu’on ne peut utiliser, pour le décrire, qu’un terme un peu bâtard et faible, du genre : « hypnotique ». Après quoi il ouvre les vannes à une cascade de données numériques moins originale, c’est sûr, mais qui rappelle le contraste plus tôt défendu par Tietchens.

Je ne saurais dire si la réunion de ces quatre  morceaux « fait sens », pour sacrifier à cette pédante expression à la mode. En tout cas elle m’a semblé « couler de source ». Et sa somme est belle à écouter.

Asmus Tietchens, Kouhei Matsunaga : Split (Important / Metamkine)
Edition : 2011.
LP : A/ Asmus Tiechens : 01/ Die Kopflosen Frauen von Unger 02/ Gitter – B/ Kouhei Matsunaga : 01/ Margin Sequence #1 02/ Chasin The Night
Pierre Cécile © Le son du grisli


Ninni Morgia, Marcello Magliocchi : Sound Gates (Ultramarine, 2011)

ninni_morgia_marcello_magliocchi_sound_gates

Entendu récemment sur le même label auprès de William Parker (Prism), Ninni Morgia retourne au duo sur Sound Gates. Son partenaire est cette fois le percussionniste Marcello Magliocchi.

Au contact de la pratique assurée d’un compatriote qui œuvre en faveur de l’improvisation depuis le début des années 1970, le guitariste dévoile d’autres desseins électriques : effleurant à peine son instrument, le réduisant jusqu’à obtenir une forme rare de sanza ou le renversant après en avoir passé quelques phrases en ordinateur.

Magliocchi répond à force de débordements ou de coup défaits qui par endroits soulèvent les nébulosités sonores dont est fait l’essentiel du dialogue. Alors, le soupçon laisse percer quelques tensions : Morgia ose un solo sifflant d’une lenteur assez peu familière à l'exercice. Sources d’érosion multiples, les anfractuosités que Morgia et Magliocchi y ont taillées ont fait de ce vinyle un singulier objet. 

Ninni Morgia, Marcello Magliocchi : Sound Gates (Ultramarine)
Edition : 2011.
LP : A/A1-A5 B/B1-B6
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Calling Signals : A Winter's Tour (Loose Torque, 2011)

calling_signals_a_winter_s_tour

Après Paal Nilssen-Love, c’est au tour de Jon Corbett de succomber aux « signaux d'appel » de Frode Gjerstad et Nick Stephens.

D’emblée, même si serré à l’extrême, le mouvement est fluide : enchevêtrements de clarinette et de trompette, brides rythmiques entretenues. Maintenant, le retrait du batteur fait se libérer de nouveaux territoires. Le mouvement initial reviendra en fin d’improvisation, sur lequel s’ajouteront de denses figures : douceurs de clarinette et contrebasse mêlées s’opposant aux objets frottés par le percussionniste, solo de contrebasse inspirant à l’altiste de longues virées en ultra-aigu (Nine Souls).

Retour aux mêmes fondamentaux avec Five Souls : fluidité des souffles, offensive rythmique appuyée et courts mais constructeurs silences. Et l’aventure de s’achever aujourd’hui mais de continuer demain, ensemble ou avec d’autres, pour cet exemplaire Calling Signals.

Calling Signals : A Winter’s Tour (Loose Torque)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD: 01/ Nine Souls 02/ Five Souls (plus the barman)
Luc Bouquet © Le son du grisli


Steve Roden : Proximities / Forms of Paper (LINE, 2011)

steve_roden_proximities

J’avais aimé de Steve Roden Four Possible Landscapes et Angel High Wires, sa collaboration avec Martin Archer et Geraldine Monk, deux disques sortis sous la même étiquette (Trente Oiseaux). Depuis, je n’étais pas retourné à sa musique malgré d’autres collaborations alléchantes (My Cat Is An Alien, Stephen Vitiello…).

Est-ce d’avoir tant attendu ? Me voilà entré tout schuss dans Proximities, une installation accoucheuse de lignes sismico-sonores dont le temps façonne des tresses stupéfiantes. Au son, on croirait des notes de mélodica. En vérité, ce sont des litanies dont l’origine est impossible à déterminer. Pourtant on leur fait confiance et on les laisse nous bercer gentiment. Doué pour remplir n’importe quel espace de sons fabuleux, Steve Roden peut même s’attaquer à la décoration de votre intérieur, par musique interposée.

EN ECOUTE >>> Proximities (extrait)

Steve Roden : Proximities (LINE / Metamkine)
Enregistrement : 2010. Edition 2011.
CD : 01/ Proximities
Pierre Cécile © Le son du grisli

steve_roden_forms_of_paper

Pour les dix ans de sa première sortie (déjà sur LINE), paraît une réédition remasterisée de Forms of Paper. Steve Roden y traite électroniquement divers bruits de feuilles de papier (ce qu'il explique ici). De son action naissent des événements : des 0 et des 1 apparaissent sur un écran blanc, un traîneau passe dans la neige, des puces à la voix tremblotante crissent et craquètent… Dix ans après, on comprend que le papier de Roden est la partition d’un orgue de barbarie muet et beau comme le silence.



Commentaires sur