Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


Vers TwitterAu grisli clandestinVers Instagram

Archives des interviews du son du grisli

John Cage : Empty Words (Edition Wandelweiser, 2011) / Tacet : Qui est John Cage ? (Editions Météo, 2011)

john_cage_empty_words

Comme le hasard fait bien les choses… C’est la voix de Sylvia Alexandra Schimag qui nous le rappelle sur Empty Words de John Cage.  Le chef d’œuvre se divise en quatre temps : phrases, mots, syllables et lettres / mots, syllabes et lettres / syllabes et lettres / lettres et sons. Pour que tout tienne sur deux CD, le label a choisi le format MP3.

Sur la recommandation du compositeur, les intervenants ouvrent le Journal d’Henry David Thoreau et y piochent ce qu’ils veulent. Le langage en devient incompréhensible. Toute signification impossible.  Pendant que l’Ensemble Daswirdas actait, tu as ouvert la porte et demandé « c’est quoi ? » Schimag récitait comme dans un tunnel, elle m’interpellait moins directement que toi mais avec plus de réussite. Tu n’as pas obtenu de réponse, et tu as voulu écouter avec moi.

Nous avons tout écouté d’une traite – il faut avoir dix heures devant soi, et nous les avions. Phrases, mots, syllables et lettres / mots, syllabes et lettres / syllabes et lettres / lettres et sons. Le Wandelweiser Composers Ensemble ajouta des notes qui résonnèrent pour fuir le verbe. Plus loin, le piano de Jongah Yoon a fait une apparition : ce fut quand la voix commença à chanter timidement. Je ne crois pas m’être endormi. Une fois ou deux, tu as ajouté une syllabe, qui était la tienne. Lorsque le deuxième disque est arrivé à son terme, nous n’avons pas su trouver les mots. Nous nous sommes simplement souri.

John Cage : Empty Words (Edition Wandelweiser / Metamkine)
Enregistrement : 2010-2011. Edition : 2011.
2 CD : Empty Words I, II, III & IV.
Héctor Cabrero © le son du grisli  

tacet_john_cage

Du Festival Météo est née une revue : Tacet. Son premier numéro traite de John Cage. L’ouvrage est épais, qui contient des études souvent pertinentes signées Jean-Yves Bosseur, Michael Pisaro, Matthieu Saladin ou encore Mattin. On y trouve aussi « Confessions d’un compositeur », conférence que John Cage donna au Vassar College en 1948. La qualité de l’ouvrage vaut donc son épaisseur.

Collectif : Tacet. Qui est John Cage ? (Editions Météo / Metamkine)
Edition : 2011.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Erdem Helvacioglu : Eleven Short Stories (Innova, 2012)

erdem_helvacioglu_eleven_short_stories

Ici, le pianiste turc Erdem Helvacioglu commente en solo les scènes-clés de certains des films de ses cinéastes préférés (Kim Ki-Duk, David Lynch, Teo Angelopoulos, Jane Campion, Krzysztof Kielowski, Anthony Minghella, Ang Lee, Atom Egoyan, Darren Aronofsky, Alejandro Gonzalez Inarritu, Steven Soderbergh).

Selon votre degré de cinéphilie, vous parviendrez facilement à assembler le puzzle. Selon votre endurance à une joliesse très insistante ici, vous arriverez (ou pas) au bout de ces quarante-cinq minutes de musique minimale. Climats vaporeux, arpèges affolants de simplicité, réverbération maximale (magnifique prise de son de Murat Ersan soit dit en passant), espaces rigides et de peu de tension(s), la somnolence guette. Finalement, s’impose.

Erdem Helvacioglu : Eleven Short Stories (Innova)
Edition : 24 décembre 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ The Billowing Curtain 02/ Bench at the Park 03/ Jittery Chase 04/ Shattered Snow Globe 05/ Six Clocks in the Dim Room 06/ Mist on the Windowpane 07/ Blood Drops by the Pool 08/ Have Not Been Here in Forty Years 09/ Trapped in the Labyrinth 10/ Will I Ever See You Again 11/ Shrine in Ruins
Luc Bouquet © Le son du grisli


Ballister : Mechanisms (Clean Feed, 2012)

ballister mechanisms

En concert à Chicago, Dave Rempis (saxophones ténor et baryton), Fred Lonberg-Holm (violoncelle, electronics) et Paal Nilssen-Love (batterie) improvisèrent trois titres : consignés en Mechanisms, ils sonnent le retour de Ballister.

Rempis sait qu’il existe deux façons d’allumer un feu : la percussion ou la friction. Ainsi confie-t-il la première à Nilssen-Love, la seconde à Lonberg-Holm, pour s’occuper du reste en toute liberté. Par le reste, entendre l’entretien de la flamme : par spirales tracées au ténor qui remplissent l’espace d’un souffle neuf, motifs dont l’intensité est revendiquée par chacune des notes qui les composent, répétitions qui insistent jusqu’au dérapage qui grippera la machine, sifflements qu’avalent parfois l’électronique de Lonberg-Holm, salves crachées qui ont valeur de phrases définitives…

Eprouvant avec une ingéniosité rare la force d’invention et la résistance de Rempis, Lonberg-Holm et Nilssen-Love la subliment. Au point que le second enregistrement de Ballister est une référence aussi indispensable à la courte discographie du groupe qu’à celles, plus impressionnantes, de chacun de ses trois membres.



Ballister : Mechanisms (Clean Feed / Orkhêstra International)
Enregistrement : 24 novembre 2010.
CD : 01/ Release Levers 02/ Claplock 03/ Roller Nuts
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


The Home of Easy Credit : The Home of Easy Credit (Northern Spy, 2012)

the home of easy credit

Par le carreau, on aperçoit Louise Jensen jouer du saxophone ou d’une flûte ou d’electronics ou chanter et Tom Blancarte se concentrer sur sa contrebasse. C’est là The Home of Easy Credit, un endroit où l’on trouve à boire et à manger dans un décor de vide-grenier farfelu.  

Tout est préparé sous vos yeux (pas d’overdub, mais beaucoup de sampling en direct) et la qualité va de l’excellent au passable : on recommandera les instrumentales merveilleuses de Monolithic Insanity ou Arches of Gold, qui utilisent la réverbération pour prendre de la hauteur, ou le kaléidoscope de voix de The Feast of the Meal Replacement Bars. Parfois le lo-folk expérimental du duo n’a pas la même saveur, son mystère semble impénétrable. Sa naïveté le gangrène. Dommage mais rien de grave, on peut quand même trouver refuge dans cette musique qui n’en est pas moins originale.

The Home of Easy Credit : The Home of Easy Credit (Northern Spy)
Enregistrement : 2010-2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Monolithic Insanity 02/ The Dream of a Democracy of Goods 03/ The Feast of the Meal Replacement Bars 04/ The Dream of Abundance 05/ A Fireproof House for $5000 06/ The Dream of Novelty 07/ Arches of Gold 08/ The Dream of the Pursuit of Happiness 09/ Concentrated Animal Feeding Operation 10/ The Dream of Freedom of Choice 11/ The Geography of Nowhere 12/ Only 827 Miles to Wall Drug
Pierre Cécile © Le son du grisli


Mike Shiflet : Sufferers (Type, 2011)

mike shiflet sufferers

Difficile de développer avec autant d’insistance que de nuances une pratique musicale obnubilée par l’idée générale qu’on se fait du « bruit ». S’en défaire mais y revenir souvent, réfléchir à ce qui doit être dit et ce qui peut être entendu, déterminer l’essence d’expressions foisonnantes et s’y tenir pour que le bruit ne fasse pas confusion : trois règles appliquées par Mike Shiflet sur Sufferers.

Travaillant à la qualité du son qui amplifiera son propos, Shiflet compose en convoquant mille parasites venimeux qui grouilleront sur des drones multicouches : ceux-là feront son affaire musicale le temps de leur exploration d’un champ d’affres frémissant. Selon l’endroit parcouru, les trouvailles font état d’une variété d’éléments (résonances de cloches, enfouissements de notes longues, voix passées à la moulinette, traces sonores qui disparaissent à peine ont-elles été repérées) qui, si elles ne disent rien de la réalité de l’espace qu’elles jalonnent, composent un Chant de la Terre étourdissant.

EN ECOUTE >>> Sufferers (extraits)

Mike Shiflet : Sufferers (Type / Souffle Continu)
Edition : 2011.
LP / Téléchargement : 01/ (Sufferers) 02/ Sufferers 03/ Axle Grease 04/ Blessed and Oppressed 05/ No Sanctuary
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Volume : Tungt Vand (Nith World, 2011)

volume tungt vand

A Volume, rajouter fort plutôt que faible. Ecrire de Mikolaj Trzaska qu’il fait de l’éructation un principe premier et conclure qu’entre Brötzmann et Zorn, il restait une petite place.

Souscrire, à nouveau, aux joyeux barrissements de Johannes Bauer. Prendre les gazouillis soniques de la basse électrique de Peter Friis Nielsen pour ce qu’ils sont : des assauts chroniques. Ne pas oublier qu’un batteur de la trempe de Peter Ole Jorgensen peut trouver de nouveaux codes à la rébellion. Mais aussi s’enchanter des duels-disputes de deux souffleurs irréconciliables. Et à l’arrivée, prendre part et plaisir à leurs gargantuesques agapes.

Volume : Tungt Vand (Ninth World Music)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Washing Time 02/ Diving in Sound 03/ Megasus 04/ Light Shinning on a Black Surface 05/ Tungt Vand (Deuterium Oxide)
Luc Bouquet © Le son du grisli


Osvaldo Coluccino : Atto (Another Timbre, 2012)

osvaldo coluccino atto

Je ne sais pas ce que ça veut dire que de jouer d’objets acoustiques. Il faudrait que je me replonge dans Schaeffer peut-être. Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais je peux l’entendre. Surtout, il ne me faudra pas chercher quel est l’objet qui peut faire ce bruit-là, quelle est la chose qui peut sonner comme ceci.

Il est marqué dans le digipack que les objets de Coluccino ne sont pas musicaux. Et qu’il ne retouche rien à l’ordinateur. Voilà ce qu’il fallait que je sache. Pour ce qui est du reste, ce n'est qu'un voyage à faire. Un souffle me pousse, un crissement m’indique une direction, un sifflement capte mon attention. Tout a l’air de se passer dans l’air, oui c’est bien des courants d’air que j’entends. Mais je pose trop de questions, et je ferme les yeux.

Les objets de l’Italien me tournent maintenant autour, me voici encerclé, je garde les yeux fermés. Le tonnerre gronde, des roues tournent, des matériaux tintent sonnent grincent… Est-ce du polystyrène que l’on frotte sur mon parquet ? Et l’imagination reprend le dessus. Un trou apparaît, Coluccino et ses objets s’y engouffrent et je suis le mouvement. Par la force des choses, par la force des objets. Il y a des disques qui, en plus de vous emporter, vous font imaginer des choses. C’est le cas d’Atto.

Osvaldo Coluccino : Atto (Another Timbre)
CD : 01/ Atto 1 02/ Atto 2 03/ Atto 3 04/ Atto 4 05/ Atto 5
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
Héctor Cabrero © le son du grisli


Jean Derome, Normand Guibeault, Pierre Tanguay : Danse à l'Anvers (Ambianes Magnétiques, 2011)

jean_derome_danse___l_anvers

Ce n’est pas pour rien que le Trio Derome Guilbeault Tanguay réinitialise quelques-uns des thèmes de Kirk ou Dolphy. Comme ces deux derniers, isolés et incompris de la jazzosphère en leur temps, Jean Derome, Normand Guilbeault et Pierre Tanguay ne trouvent guère d’admirateurs, aujourd’hui, pour louer leur jazz vif et tranchant. Un jazz décalé, hors mode (les thèmes composés pour le baryton ne sont pas sans évoquer un autre outlaw du jazz : Charles Tyler) et puisant dans la périphérie ses ressorts harmoniques.

En ce sens, à mille lieux des tristes poseurs faisant les choux gras de la presse spécialisée officielle. Oui, le jazz passe, aujourd’hui, un petit peu du côté de Jean Derome et de ses amis. L’alto est aiguisé, la contrebasse n’est pas d’appoint mais de rigueur et d’inspiration, la batterie foudroie le swing et extraie de la matrice rythmique mille infinis. L’aventure continue pour le Trio Derome Guilbeaut Tanguay. Puissent-ils, enfin, être entendus.

Trio Derome Guilbeault Tanguay : Danse à l’Anvers (Ambiances Magnétiques / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Half-Way House 02/ Dooji Wooji 03/ Rip, Rig and Panic 04/ Danse à l’Anvers 05/ Kissleg 06/ Eufnag 07/ 17 West 08/ Straight Up & Down 09/ Lettre à Rainer Wiens 10/ I’m Checkin’ Out, Goom-Bye 11/ Poor Wheel
Luc Bouquet © Le son du grisli


Burkhard Stangl : Hommage à moi (Loewenhertz, 2011)

burkhard stangl hommage à moi

Cet hommage que s’adresse non sans malice Bukhard Stangl a valeur de rétrospective. Trois disques – qui peuvent être augmentés d’un DVD et d’un livre (en allemand) – reviennent sur le parcours d’un guitariste entendu, entre autres formations, en Ton Art, Efzeg ou Polwechsel – combinaisons dévouées toutes à des formes musicales réfléchies.

Sur le premier disque, Stangl expose des compositions écrites pour ensembles, sur lesquelles il dirige l’Extented Heritage – présences de John Butcher, Angelica Castelló et dieb13 – le temps de pièces d’électroacoustique ténébreuse : au récitatif diaphane inspirée d’un solo de Butcher (Concert for Saxophone and Quiet Players) ou comblée de field recordings et progressant au rythme d’un vaisseau fantôme soumis à grand vent (Los vestidos blancos de Mérida). Ailleurs, c’est son amour pour les voix et les souffles que Stangl trahit au son d’une rencontre Angélica Castelló / Maja Osojnik / Eva Reiter.

Le deuxième disque est celui d’intelligents divertissements. C’est l’endroit où se mêlent de concert expérimentations et contemplations. Là où Stangl contraint un clavier à accepter son destin électronique (Angels Touch), contrarie la trompette de Gabriël Scheib-Dumalin en lui imposant un vocabulaire réduit (For a Young Trumpet Player), concocte des miniatures explosives au moyen de collages hétéroclites et de numérique affolé que pourront chahuter Klaus Filip ou Christof Kurzmann (Nine Miniatures), s’oppose au piano à la cithare de Josef Novotny (En passant), enfin, transforme l’Extended Heritage en ensemble de musique baroque autant que fantasque (Come Heavy Sleep).

Sur le troisième disque, on trouve la réédition de l’incontournable Ereignislose Musik – Loose Music, jadis édité par Random Acoustics. Là, Stangl dirige Maxixe, grand ensemble élaboré au début des années 1990 dans lequel on trouve Radu Malfatti, Werner Dafeldecker, Max Nagl, Michael Moser… En concerts, les musiciens peignent une musique de traîne que des nasses et verveux faits de cordes de guitare, de violons et de contrebasse, cherchent à capturer, empêchés toujours par des voix qui s’opposent et préviennent (dont celle de Sainkho Namtchylak). Après quoi Stangl dirige en plus petits comités des pièces de nuances voire de discrétions.

Ainsi, ces travaux et ces souvenirs regorgent de trouvailles. Leur intelligence est égale, née de celle de Burkhard Stangl, qui fait qu’on y reviendra souvent : au gré des envies, du moment, des surprises…  

Burkhard Stangl : Hommage à moi (Loewenhertz)
Enregistrement : 1993-2009. Edition : 2011.
CD1 : Kompositionen für Ensembles : 01/ Concert for Saxophone & Quiet Players 02/ WOLKEN.HEIM.breathing/clouds 03/ My Dowland 04/ Los vestidos blancos de Mérida – CD2 : Divertimenti : 01/ Angels Touch 02/ Ronron 03/ For a Young Trumpet Player 04-06/ Three Pieces of Organ 07-14/ Nine Miniatures 15/ Come Heavy Sleep – CD3 : Ereignislose Musik – Loose Music : 01/ Konzert für Posaune und 22 instruments 02-04/ Drei Lieder 05/ Trio Nr.1 06/ Uratru
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Marcello Magliocchi : Trullo Improvisations (Setola di Maiale, 2011)

marcello magliocchi trullo improvisations

En choisissant de n’enregistrer que des pièces courtes ou de moyenne durée, et en s’imposant, à chaque fois, un nouveau cahier des charges, le batteur-percussionniste Marcello Magliocchi, le saxophoniste Bruno Angeloni et le guitariste Juan Castañon prennent le risque de divertir plus que nécessaire.

L’écueil est évité de justesse grâce à des improvisations décomplexées, généreuses. Le soprano ne cache pas son lyrisme, pas plus que son désir d’abonder sans retenue. La guitare fourmille de bonnes idées et d’accords fielleux mais sèche à vouloir faire exister le contrepoint. Quant à la batterie, sèche et précise, elle sait délimiter espaces et respirations avec une sobre intelligence (encore plus convaincante quand la percussion se fait minérale et résonnante). Beau disque donc.

Marcello Magliocchi, Bruno Angeloni, Juan Castañon : Trullo Improvisations (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Durmiendo en un trullo 02/ Maya 03/ Eryn 04/ Dudu 05/ Stracci 06/ Mani di Blancia 07/ El nino F 08/ Aunzus 09/ Bishmilla II 10/ El afolador de cuchillos 11/ Torquo
Luc Bouquet © Le son du grisli



Commentaires sur