Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme

Jason Kahn : Days Falling (Editions, 2021)

jason kahn days falling

Dans le texte qui accompagne Days Falling, double album et onzième référence du label Editions, Jason Kahn revient sur les circonstances de son enregistrement. Le 9 avril 2020, la Kunstraum Walcheturm de Zürich est vide pour cause de confinement. L'américain, qui connaît bien l’endroit, s’y rend à vélo pour s’y enregistrer à la guitare et à la voix : « Of course, I had no songs to sing. »

Le trajet qu’il a fait de chez lui à l’espace d’exposition l’a sûrement marqué : la foule habituelle ne court plus les rues, alors le bruit des rues n’est plus le même. Celui qui se souvenait dans In Place d'expériences d’écoute in situ raconte le changement qu’une prudence nécessaire sans doute a opéré sur la ville qu’il habite depuis plus de vingt ans. Et puis, il y a le danger qui rôde, faiseur d’inquiétudes qui le ramènent à un ancien drame dont il redoute la répétition : Buried Child, la première des cinq pièces du double vinyle, fait ainsi de quelques cordes arrachées et de l’extraction d’un ancien appel à l’aide une mélopée insaisissable.

On pourra évoquer Robert Johnson, Kan Mikami ou Jandek, l’expression de Kahn a toujours pour origine l’endroit où il se trouve pour improviser : « I was just improvising with the feeling of this desolation of strange sense of peacefulness in the midst of so much tragedy and suffering. » Or, bientôt, disparaît le contexte pour laisser place à la lente extraction d’un langage, à la domestication d’une angoisse aussi. Effleurant la guitare ou tirant au petit bonheur – le chant peut emporter un geste et ainsi obliger la main, car c’est le chant qui commande le reste –, le musicien agrémente sa première expression d’imprévus qui l’enrichissent. Documentant son « rapport au monde » autant que sa pratique musicale, Jason Kahn poursuit ce projet qu’il nous expliquait voici presque dix ans : « Mes travaux récents représentent cette lutte, cette tentative de trouver ma voie à travers les ténèbres et de surmonter les obstacles du quotidien. » Heureusement quand l’heure est grave, son art gagne en intensité. 

125 days

Jason Kahn : Days Falling
Enregistrement : 2020. Edition : 2021.
Editions
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

STEVE LACY UNE LKL une 2



Commentaires sur Jason Kahn : Days Falling (Editions, 2021)