Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Le son du grisli #4

Francisco Meirino : La plainte (Cave12, 2018)

francisco meirino la plainte

C’est d’abord un jeu de roulette lancée par Francisco Meirino, qui projette bruits parasites et aigus insistants et qui évoque bientôt le tangage d’un vaisseau sur lequel le musicien a déposé une sélection d’enregistrements issus des archives internationales de musique populaire du Musée d’Ethnographie Genevois – en réponse à une commande passée par le festival Mos Espa.

Mieux que personne, Meirino explique : « Dans les archives du MEG, j’ai avant tout cherché des événements acoustiques que j’ai volontairement modifiés, filtrés, édités et extraits de leur contexte d’origine. J’ai ainsi obtenu une substance suffisamment abstraite pour pouvoir la transformer en une pièce sonore où le montage et le mixage des sons, spatialisés pour créer des effets psycho-acoustiques, sont faits dans l’esprit de la musique concrète. »

A cette concrète approche des choses, le musicien en ajoute une autre, obligé par l’intérêt qu’il trouve à faire œuvre de bruits. De cylindres en 78 tours, le voici qui emprunte un chant malgache d’exorcisme et quelques carillons, un air de danse belge et les notes défaites d’un piano-épave, des tambours africains et un chœur d’enfants égarés entre deux reliefs... L’amalgame siffle, étourdit, souffle enfin car de ses archives La plainte a fait un beau désordre, dont l’écoute est, concrètement, hallucinante.

c12a05

Francisco Meirino : La plainte
Cave12 Edition
Edition : 2018.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur Francisco Meirino : La plainte (Cave12, 2018)