Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Spéciale Jean-François PauvrosJackie McLean de Guillaume BelhommePJ Harvey : Dry de Guillaume Belhomme

Evan Parker : Monoceros (psi, 2015)

evan parker monoceros

Ces oiseaux qui sifflent sur nos têtes ne sont rien d’autre que les flux ininterrompus de maître Parker. 30 avril 1978 : Evan Parker signe son second enregistrement solo au soprano. Utilisant la méthode du direct-cutting (pas de bande magnétique, pas de console et pas de possibilité de retouche(s)), le saxophoniste fait parler l’inouï : aigus en surmoi et souffle continu ; le chant du barde barbu fait vaciller-vibrer notre oreille interne.

Le Monoceros 1 est un feu d’artifices de polyphonies continues et ce qui aujourd’hui n’étonne (presque) plus bouleverse alors. Nos tympans aussi qui, parfois, demandent grâce. On ne parle pas de techniques avancées, on les découvre et l’on se rend au génie de Maître Evan. Les Monoceros 2, 3 & 4 délivrent quelques courts silences : les corbeaux jacassent, délivrent quelque chant vaudou, maudit. Les oiseaux hurlent de nouveaux modes-mondes et la licorne peut sourire : Evan Parker est grand. Définitivement grand.

Evan Parker : Monoceros (psi / Orkhêstra International)
Enregistrement : 30 avril 1978. Réédition : 2015.
CD : 01/ Monoceros 1 02/ Monoceros 2 03/ Monoceros 3 04/ Monoceros 4
Luc Bouquet © Le son du grisli



Commentaires sur Evan Parker : Monoceros (psi, 2015)