Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Le son du grisli : la revue

LDP 2015 : Carnet de route #15

ldp 2015 arles 21 mai

A l'occasion de la vingtième édition du festival Jazz in Arles, le trio Leimgruber / Demierre / Phillips improvisa en France le 21 mai 2015. Souvenirs d'Urs Leimgruber et de Jacques Demierre...

21 mai, Arles, France
Jazz in Arles

Arles hiess im Altertum Arelas oder Alrelate (kelt. „Sumpfort“), wurde von den Galliern an Stelle des ligurischen Theline gegründet und von Gaius Julius Ceasar 46. v. Chr. zur römischen Militärkolonie Colonia Julia Paterna Arelate Sextanorum gemacht. Arles gehört zu den sehenswertesten Städten der Provence und besitzt zahlreiche Überreste antiker Pracht, unter denen hervorzuheben sind: Amphitheater von Arles, um 90 n. Chr. Erbaut; Durchmesser 140 m x 103 m, mit zwei Geschossen mit ja 60 Arkaden und ca. 25.000 Zuschauern Platz bietend; im Mittelalter zu einer Festung ausgebaut, von der noch drei Vierecktürme (12. Jahrhundert) und die Arkadenvermauerung zeugen; Ab 1825 erfolgte schrittweise die Entfernung der zahlreichen Häuser im Inneren und angrenzend an das Oval; seit 1846 restauriert und gegenwärtig an Festtagen Schauplatz für Stierkämpfe. In diesem historischen Stadtteil befindet sich auch die Chapelle de Méjan, wo während dem Jahr die Vereinigung Méjan regelmässig Konzerte mit klassischer Musik und Jazz organisiert. Im Mai findet jeweils ein Jazzfestival statt. Für das Programm mit internationlen Musikern und Gruppen  sind Jean-Paul Richard und Nathalie Basson verantwortlich. Wir befinden uns in der Chapelle zur Tonprobe. Mit einzelnen Klängen, kurzen und langen Einsätzen machen wir uns mit der faszinierenden Raumakustik vertraut. Der Tontechniker räumt die Monitore weg. Wir spielen wie üblich rein akustisch. Das Licht wird eingerichtet. Anschliessend werden wir kulinarisch verpflegt. Das Konzert beginnt ohne Abtasten, mit Absicht und vollem Einsatz. Gesten und Bewegungen, die Essenz von Klängen an der Grenze des Hörbaren. Energie wird Form, Abstraktion wird Emotion, schroffes Gelände wird mikroskopische Textur. Extreme Dynamik, Stille, kraftvolle Crescendi fügen sich ein. Barre spricht in den kurzen Pausen spontan zum Publikum. Ich fühle mich auf der Bühne zu Hause. Dennoch bleibt das Konzert ein öffentlicher Akt. Das Publikum partizipiert, indem es aufmerksam zuhört. Die Leute sind enthusiastisch bis zum Schluss.
U.L.

P1100272

C'est entre deux rafales de violent mistral arlésien que nous avons réitéré, avec le même plaisir, les sons et autres actions que nous pratiquons en trio sur scène, concert après concert. Réitéré, car jamais il ne m'est apparu aussi clairement que c'est grâce au répété que nous construisons paradoxalement l'inouï de nos improvisations. Ce n'est pas en travaillant sur le neuf, sur l'inédit que la performance trouve son chemin dans l'instant, mais c'est à travers l'itération d'un certain nombre d'éléments déjà éprouvés, intégrés, automatisés, mémorisés, qu'émerge un contexte particulier, lequel, tout en accueillant l'ensemble de ces éléments performatifs connus, affiche sans ostentation mais avec évidence une originalité complète. A chaque concert, notre improvisation consiste, à travers la répétition d'un certains nombre de gestes sonores ou non-sonores, souvent associés à des fictions personnelles, en l'ouverture de nouvelles conditions de jeu qui ramèneront miraculeusement à la surface, comme autant de matériaux utilisables, d'éventuels accidents, tout ce qui peut être en rupture, tout ce qui ne fonctionne pas, ce qui est fissuré, ce qui relève de la faille. Et ce n'est pas s'ouvrir à l'imprévu, car cela voudrait dire que quelque chose était prévu. Rien n'a été planifié, aucune fin visée, ni de finalité qui impliquerait un chemin à suivre. Dans nos improvisations en trio, il n'y a pas irruption du réel au sein d'une représentation sonore, mais plutôt extension sans limite du réel. Cette extension est processus, elle est transformation infinie. Pas d'œuvre cadrée, mais une expérience du son et de l'espace qui n'existe que dans l'écoute produite du public et des musicien(nne)s.
J.D.

PS : dire aussi que c'est en fixant longuement les photos d'un spectacle de danse butho qui recouvraient les murs menant aux loges, que j'ai réussi à équilibrer ma présence et celle du Steinway & Sons, D, 554324, qui m'attendait, côté jardin, freins serrés et couvercle brillant dans la lumière d'une salle encore vide. 

P1100287

Photos : Jacques Demierre

> LIRE L’INTÉGRALITÉ DU CARNET DE ROUTE

 



Commentaires sur LDP 2015 : Carnet de route #15