Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Le son du grisli : la revue

John Eckhardt : Forests (Depth of Field Music, 2014)

john eckhardt forests

L’expérience est (de cause à effet) rare, d’entendre sur disque un improvisateur qui résiste à la frénésie productive comme à l’insatiable besoin de consigner toute démonstration sur support. Depuis Xylobiont (psi, 2008), John Eckhardt n’était apparu sur CD qu’en membre du Crossbows de Barre Phillips – formation de contrebassistes dans laquelle il côtoie notamment Clayton Thomas.

Si l’on put regretter l’avarice d’Eckhardt, c’est que Xylobiont est une réussite. Or, son avarice était une précaution qu’exigeait la maturation lente qui le menait à Forests – enregistrement de près de deux heures à trouver dans un tronc d’arbre miniature (en fait, une clef USB) rangé dans une boîte transparente parmi des morceaux d’écorces et de feuilles, de brindilles et de mousses. Sur la clef en question, trouver deux-cent photos prises en forêt de Staksund (Suède) entre 2004 et 2013, trois textes (préface de Barre Phillips et notes d’Eckhardt) et, pour ce qui est du son, huit épreuves de « String Quartets ».

eckhardt 1  eckhardt 2

De l’aveu même d’Eckhardt, ces pièces pour contrebasse quatre fois enregistrée ne sont ni des improvisations, ni des compositions, mais des créations « en transit », presque structures organiques à entendre. Le bois, forcément, y est partout : brut (ni préparations, ni amplification), qui résonne aux passages de l’archet – lors d’impressionnantes initiations à l’arco-branche – ou aux déferlantes de pizzicatos : reprenant, pour les développer encore, les préoccupations de Xylobiont (polyphonie, dynamique, harmonique, répétition, drone…), le contrebassiste tranche avec la précision que d’autres mettent à manier l’acier. Naît alors un lot de rumeurs épaisses, certes, mais ajourées : de râles menaçants, d’oscillations instables, de souffles saisissants… Aux branches des arbres de Staksund, John Eckhardt a bel et bien suspendu des cordes : le paysage ne changera pas avec la lumière, mais plutôt avec le volume auquel on décidera d’écouter, et de réécouter, Forests.

John Eckhardt : Forests (Depth of Field Music)
Edition : 2014.
USB : 01/ Cedri 02/ Xylotope 03/ Nemora 04/ Fungi 05/ Svartälven 06/ Geophyte 07/ Noominous 08/ Aeål
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur John Eckhardt : Forests (Depth of Field Music, 2014)