Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


Vers TwitterAu grisli clandestinVers Instagram

Pinkcourtesyphone : A Ravishment of Mirror (Dragon’s Eye, 2014)

pinkcourtesyphone a ravishment of mirror

A Ravishment of Mirror aurait pu faire une excellente B.O. pour Maps to the Stars de David Cronenberg. Du moins, j’imagine. Ce troisième album de Pinkcourtesyphone (derrière lequel se cache Richard Chartier) se propose en effet de décrire la part d’ombre du halo galactique qui entoure Hollywood.

L’occasion pour l'Américain de donner dans une ambient un peu plus ténébreuse que d’habitude, même si on y trouve quelques éclaircies (d’un beau rose). Des portes qui claquent sur deux notes de synthé, des voix synthétiques qui en appellent à la gloire, des beats électriques et des inserts de field recordings… toutes les prétentions et les désillusions dont Chartier s’inspire illuminent l’un et l’autre côté de ses partitions-miroirs. Une fois de plus, impossible de ne pas suivre Chartier.

écoute le son du grisliPinkcourtesyphone
Falling Star

Pinkcourtesyphone : A Ravishment of Mirror (Dragon’s Eye)
Edition : 2014.
CD : 01/ Why Pretend / The Desire of Absence / Faulty Connections 02/ Pixels… Sometimes… Broke Your Heart (for A.) 03/ Falling Star (for P. Entwistle) 04/ 62,000 Valentines (for T. Hunter)
Pierre Cécile © Le son du grisli



Commentaires sur Pinkcourtesyphone : A Ravishment of Mirror (Dragon’s Eye, 2014)