Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Free Jazz ManifestoPJ Harvey : Dry de Guillaume BelhommeLee Ranaldo chez Lenka lente

Jacques Demierre : Corps, son et geste (Mômeludies, 2012)

jacques demierre corps son et geste

Habitué des « aîtres de la langue » – demeures de la pensée non encore thématisées en signes mais dont la lucidité puissancielle, instante à tous les signes, fonde, avant tout savoir, la possibilité même du signifier. […] Seuls les poètes habitent encore les aîtres de la langue, qui sont le fond sur lequel ils bâtissent la langue à chaque fois singulière d’un poème, écrivait Henri Maldiney –, Jacques Demierre n’en a pas moins construit un livre aussi mince qu’éclairant : Corps, son et geste.

Les mots qui le composent sont extraits d’un Journal ou sinon ceux de textes réfléchis (Mouvement d’un corps, Cause et effet sur l’improvisation) qui n’expliquent pas mais abordent un « faire musical » qui va et vient entre improvisation et composition – deux pratiques se nourrissant l’une l’autre. Pas dupe des effets de manche et des impasses de la première (reprenant les réserves émises par John Cage à son propos et interrogeant la véritable liberté qu’elle laisse au musicien) et regrettant que la seconde le « coupe du réel » (l’écriture pure (…) ne m’apprend rien sur ma condition humaine), Demierre opère un retour à soi, c'est-à-dire au corps et à ses gestes : Un corps en mouvement est un lieu d’échanges entre l’improvisé et le composé, écrit-il ainsi en évoquant son installation sonore Palo de Lluvia.

Un mot peut se substituer à un autre – à l’occasion de la lecture faite par le pianiste d’A l’écoute de l’environnement de Jean-François Augoyard – ou quelques phrases écrire en filigrane une haletante Lettre à un jeune improvisateur : Jacques Demierre fait une nouvelle fois de sa musique une affaire de son autant que de verbe. Urgent, celui-ci, comme doit l’être la note – improviser, c’est renoncer à prendre son temps. Ce temps laissé pour compte, à l’auditeur-lecteur de maintenant le saisir.

Jacques Demierre : Corps, son et geste (Mômeludies / Metamkine)
Edition : 2012.
Livre : Corps, son et geste
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur Jacques Demierre : Corps, son et geste (Mômeludies, 2012)