Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


Vers TwitterAu grisli clandestinVers Instagram

Lasse Marhaug, Mark Wastell : Kiss of Acid (Monotype, 2011)

kissofgrisli

Sous-titré « A Composition for pre-recorded tam tam and electronics », Kiss of Acid. Ainsi donc : sur matériel pré-enregistré par Mark Wastell, Lasse Marhaug invente.

Arrange et finalement compose. D'abord l'impression d'entendre au loin la rumeur d'une ancienne cassette à bande retournée, quelques instruments passant à l'envers repassant à l'envers-inversé sur le battement d'un coeur amené à finir en soubresauts. Par couches ensuite, Marhaug construit sur matériau Wastell un champ de désolation : enveloppant, le métal tremble ; le soulèvement est de cuivre et d'étain –  réquisitions de la patience de Fritz Hauser, de l'endurance d'Ingar Zach ? Loin derrière laissés les fantômes, l'idée naît d'une progression au son de nappes amalgamées. La musique est alors en suspension quand une décision nette décide de tout effacer.

Ainsi, un craquement réclame le silence et de repartir de rien ou de presque rien. Y reviendront pourtant les gongs ou simili, espacés, à chaque fois plus épais mais aussi lointains de plus loin toujours, parasités bientôt par d'autres bruits – des vents engouffrés, un bip au compte-gouttes, des râles enfin. Kiss of Acid, de ses premières secondes à celles du craquement et des vibrations à suivre à sa conclusion, est une grande affaire de mesure : soit, de mesure émancipée, échappant à force à tous mètres-étalons. Au point d'atteindre des hauteurs, et hautes encore : et là, de redescendre en parachute.

Mark Wastell, Lasse Marhaug : Kiss of Acid (Monotype / Metamkine)
Edition : 2011.
CD : 01/ Kiss of Acid
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

lmsliLasse Marhaug jouera ce jeudi 28 avril aux Instants Chavirés. Le même soir au même endroit : Anthea Caddy et  Helena Gough.



Commentaires sur Lasse Marhaug, Mark Wastell : Kiss of Acid (Monotype, 2011)