Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme

Ches Smith : Noise to Men (Ches Smith, 2010)

noisetogrisli

Curieuse musique : un fil conducteur nommé vibraphone. Luttant contre les élucubrations électroniques, il s’efface. Puis revient, cette fois-ci accouplé à des percussions indiscrètes. Et il tient tête. Et lutte à nouveau contre une nouvelle faune saturante. Le combat de David contre Goliath. Il reviendra ici et ailleurs. Insistant encore et encore. Aura le dernier mot (Pressed On).

Curieuse musique qui ne laisse rien s’installer, pas même ce solo de batterie que l’on croyait couver ici (Bullshit Moon Landing). Souvent déchiquetées, grossies jusqu’à la caricature, les percussions de Ches Smith moulinent des traits épais (la batucada sauvage d'And Your Car into Spanish), rejettent la dentelle au profit d’une artillerie lourde (Omar and I). Voire très lourde (Difference). Mais quand surgissent des signaux plus rassurants, quand les carillons rejoignent la forge ligettiènne, quand il est permis au temps de s’allonger (Freeze/Melt) ; l’unité se fait, implacablement stimulante. Bien trop rarement, toutefois.

Ches Smith’s Congs for Brums : Noise to Men (Ches Smith
Edition : 2010.
CD : 01/ Noise to Men 02/ Difference 03/ Identity 04/ Bullshit Moon Landing 05/ Turn You Ipod into a Car… 06/ Interlude 07/ …and Your Car into Spanish 08/ Freeze-Melt 09/ Omar and I 10/ Pressed on
Luc Bouquet © Le son du grisli



Commentaires sur Ches Smith : Noise to Men (Ches Smith, 2010)