Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Le son du grisli : la revue

Seth Nehil : Furl (Sonoris, 2010)

nehilsli

Derrière la musique de Seth Nehil, on ressent l'expérience d'un regard posé sur d'autres formes d'art qui nourrissent un instinct de création dévorant. Mais comment rendre au moyen de vibrations – Nehil aux synthétiseurs ou bien se servant dans un catalogue de voix d'amis – la planéité d'une vision d'esthète ou l'horizontalité d'un tel intérêt musical ?

Il arrive qu'une des solutions proposées par Nehil soit délirante et refuse toute inventivité : un orgue fait par exemple oeuvre d'ambient dépassée depuis longtemps sur Pluck. Mais Nehil cherche encore et avec Hiss s'intéresse aux conséquences de la résonance sur le bruit de la pluie ou encore à celles de la présence de cris humains – d'humains que l'on ne voit pas et que l'on ne peut pas imaginer – dans le pays de Swarm. Des corps se bousculent sur cette composition tordue et leurs expressions conjointes sont même assez impressionnantes.

Enfin, Nehil actionne toutes ses machines pour débiter des contes philosophiques abstraits qui font passer le temps entre deux périodes soumises aux catastrophes naturelles. Ceci est sans doute moins orignal, mais rehausse l'intérêt que l'on pourra trouver à Furl. De Nehil, on retiendra donc la palette large mais aussi la différence de tons et de qualités ou fades ou luxuriantes.

Seth Nehil : Furl (Sonoris / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01/ Pluck 02/ Hiss 03/ Swarm 04/ Whoosh 05/ Rattle
Héctor Cabrero © Le son du grisli



Commentaires sur Seth Nehil : Furl (Sonoris, 2010)