Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Rock In Opposition XParution : Premier bruit Trente-six échosParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Lawrence Casserley, Adam Linson: Integument (Psi - 2009)

integusli

De la rencontre de Lawrence Casserley et d’Adam Linson au sein de l’Evan Parker Electro-Acoustic Ensemble, est né Integument, brillant ouvrage d’électroacoustique édifié au moyen de machines, de voix et d’une contrebasse (celle de Linson).

Rattrapé par le processeur d’effets de Casserley, voici l’archet de Linson en déroute, progressant difficilement le long des parcours qui lui sont imposés. D’ambiances délétère (Wandering Leukocytes) ou étouffante (Cycloids, à l’interaction plus que démonstrative) en expérimentation saillante (Stratum Spongiosum) et de notes originales pressées par de multiples suivantes (Basement Membrane) en résidus de pratiques sonores éprises de tremblements, le duo compose avec un naturel tenant de la complicité immédiate.

CD:  01/ Stratum Spongiosum 02/ Squamous Epithelium 03/ Wandering Leukocytes 04/ Basement Membrane 05/ Cycloids 06/ Stratum Compactum 07/ Chromophores >>> Lawrence Casserley, Adam Linson - Integument - 2009 - Psi. Distribution Orkhêstra International. 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yoshi Wada : Earth Horns with Electronic Drone (EM, 2009)

wadasli

Poursuivant son œuvre de réédition des travaux de Yoshi Wada, EM records publie aujourd'hui sur CD Earth Horns with Electronic Drone : une heure dix d'une performance longue de deux quarante (version intégrale sur LP épuisé).

A l'Everson Museum of Art de Syracuse (état de New York) en 1974, Wada imposait en compagnie de Barbara Stewart, Garret List et Jim Burton un drone agissant au son de quatre pipehorns de son invention et des trouvailles électroniques de Liz Phillips. Cornes endurantes et amatrices d'oscillations comptent sur leurs entrelacs, voire leurs interférences, pour installer leur expérience avant de s'octroyer ici ou là des plages d'interventions plus personnelles : l'assurance de l'une contre l'effacement de l'autre, accordées soudain par le bourdon d'un orgue. Le transport minimaliste valant l'heure dix que l'auditeur lui aura consacrée, celui-ci regrettant maintenant l'heure et demi d'enregistrement qui lui manque.

Yoshi Wada : Earth Horns with Electronic Drone (EM / Metamkine)
Réédition : 2009. 
CD : 01/ Earth Horns with Electronic Drone
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Metalycée : It Is Not (Mosz, 2009)

Metalysli

Fomenté par deux membres de Thilges 3 (Armin Steiner et Nik Hummer), Metalycée signe aujourd'hui la troisième référence de sa discographie : It Is Not, ouvrage d'un métal extirpé de ses codes et porté – enfoncé, aussi, parfois – par le souffle de Melita Jurisic.

Le ton est grave, qui rappelle ici Patti Smith, ailleurs se glisse en atmosphères que ne renieraient pas Nick Cave ou Loren Connors : le décorum d'un folk ténébreux consistant en trames vaporeuses élevées à coups de claviers électriques et de guitare basse, de drones et de précipitations de tambours inspirés – ceux de Bernhardt Breuer.

Quelques fois, l'ensemble applique avec génie des noirceurs au format de chansons progressant sur boucles instables (Satisfy My Soul) ; d'autres, il change ses complaintes en développements stricts, capables de se laisser gagner puis se perdre par d'imposants effets sonores (It Is Not, You Promized Me). Et si le groupe en fait quelques fois trop (The Itch, hymne bouffon de chauve-souris à l'anémie viennoise), on n'oubliera pas d'avoir entendu partout ailleurs une originalité indéniable sortie de sous les ombres.


Metalycée, Satisfy My Soul. Courtesy of Mosz.

LP: A01/ Cordelia..s Song A.02/ Satisfy My Soul A.03/ It Is Not A.04/ Spiders on Toast A.05/ The Itch B.01/ Something Sick B.02/ Donal Og B.03/ You Promised Me B.04/ Jezebel >>> Metalycée - It Is Not - 2009 - Mosz.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lenoci, Magliocchi, Zingaro : Serendipity (Amirani, 2009)

serendipisli

En 2007, Carlos Zingaro rencontrait à l’occasion du festival de jazz de Bari le pianiste Gianni Lenoci et le percussionniste Marcello Magliocchi.

Consignée sur Serendipity, l’expérience confronte d’abord les coups d’archet vindicatifs de Zingaro aux trouvailles faites par Lenoci à l’intérieur d’un piano préparé – qui sonne ici comme une harpe défaite, ailleurs comme un mobile métallique et grinçant – avant d’hésiter entre un lyrisme déposé au creux de trois tourmentes (Part #3) ou de trois insistances (Part #4).

Plus affirmés, les gestes de Magliocchi n’en restent pas moins toujours à distance (Part #2), si ce n’est sur la fin, sur laquelle de grands coups portés répondent avec à-propos aux saillies d’un piano auxquelles les notes sont arrachées et aux initiatives toujours impétueuses de Zingaro : conclusion d’une préciosité incisive.   

CD: 01/ Part #1 02/ Part #2 03/ Part #3 04/ Part #4 05/ Part # 5 >>> Lenoci, Magliocchi, Zingaro - Serendipity - 2009 - Amirani Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Trio X : Live in Vilnius (No Business, 2008)

trio x live in vilnius

Enregistré en mars 2006, voici Live in Vilnius transposé sur deux trente-trois tours allant à la vitesse de quarante-cinq. La rareté de la chose épouse ainsi l’entente intacte de Joe McPhee, Dominic Duval et Jay Rosen.

Au gré d’improvisations, de compositions que les membres du trio se partagent, et d’airs de diverses natures (puisque signés Ornette Coleman, Thelonious Monk, Billie Holiday, Richard Rodgers ou Anton Dvorak), Trio X déploie d’autres preuves d’un jeu intense mis au service de grandes relectures (My Funny Valentine aux sources de Valentines in a Fog of War, God Bless The Child), donc, et de passion dévorant le corps même des instruments (exaltations de McPhee sur Lonely Woman et Law Years, archet décadent de Duval sur Memories of the Dream Book).

Après avoir donné déjà une convaincante lecture d’Evidence, les musiciens en reviennent à Monk : Blue Monk éraillé mais en démontrant en guise de conclusion d’un concert d’exception aujourd’hui retenu sur les cinq cents exemplaires de Live in Vilnius.

Trio X : Live in Vilnius (No Business)
Enregistrement : 27 mars 2006. Edition : 2008.
LP : A.01/ Visions of War, Valentines in a Fog of War A.02/ Going Home B.01/ Dance of Our Fathers, Lonely Woman, Law years C.01/ Smiles for Samuel, The Basic Principles, God Bless The Child D.01/ For Don Cherry, Memories of the Dream Book, In Our Sweet Way D.02/ My Soul Cries Out, Blue Monk
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

François Carrier, Michel Lambert: Nada (Creative Sources - 2009)

grislinada

En vingt vignettes sonores composées sur l’instant (Nada), François Carrier (saxophones, flûtes) et Michel Lambert (percussions, objets) scellent leur entente spéciale.

Assurée, aussi, celle-ci installe avec la même aisance miniatures déconstruites (Falls, Growing, Multiverses) et impressions sereines (Aperçu, Nada), Carrier distribuant aux unes et aux autres quelques parcelles de mélodies claires. Ici et là, une progression plus difficile corse l’échange et le sublime : Sparkies courant sur une gradation d’insistances aussi galvanisantes que l’est l’ensemble de Nada.

CD: 01/ Between Colors 02/ Background 03/ Aperçu 04/ Growing 05/ Way Out 06/ Falls 07/ Nada 08/ Multiverses 09/ Earth Beat 10/ Emergence 11/ Unknown 12/ Sparkies 13/ Clouds 14/ Transformation 15/ Drops 16/ Blanks 17/ Source 18/ Tabula Rasa 19/ Circles on The Water 20/ Just Another >>> François Carrier, Michel Lambert - Nada - 2009 - Creative Sources. Distribution Metamkine.

François Carrier déjà sur grisli
Within (Leo Records - 2008)
Kathmandu (FMR - 2007)
Happening (Leo - 2006)
Interview

Michel Lambert déjà sur grisli
Meditation on Grace (FMR - 2008)
Kathmandu (FMR - 2007)

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ferran Fages: Al voltant d’un para/.lel (Etude Records - 2008)

Alvoltansli

Sur Al voltant d’un para/.lel, Ferran Fages approche de manières différentes des compositions retenues sur A Cavall entre dos Cavalls (Creative Sources, 2004) et, pour un peu d’inédit, poursuit ses divagations in progress.

Le long d’accords glissant, d’aigus frêles, de notes en instance de dissolution, la guitare électrique de Fages provoque de graves atmosphères sous lesquelles se forme un univers évoquant ici Angelo Badalamenti, là Brian Eno, ailleurs Loren Connors.

Moins subtil sur parcours réduit (Desprès de la primera pausa), Fages trouve sa mesure sur les développements lents et longs de Primer gir et Últim gir : dit là sa musique non plus abstraite, mais en voie d’extinction, qu’il défend d’une main lasse à coups d’hésitations et de silences.

CD: 01/ Primer gir 02/ Desprès de la primera pausa 03/ Desfer la pausa 04/ Possible Desfeta 05/ Últim gir >>> Ferran Fages - Al voltant d’un para/.lel - 2008 - Etude Records. Distribution Metamkine.

Ferran Fages déjà sur grisli
Cançons per a un lent retard (Etude - 2007)

Commentaires [0] - Permalien [#]

The Nu Band: Lower East Side Blues (Porter Records - 2009)

Nusli

Depuis 2003, The Nu Band composait sur l’instant avec les inspirations de Roy Campbell (trompette), Mark Whitecage (saxophone alto, clarinette), Joe Fonda (contrebasse) et Lou Grassi (batterie), une musique allant et venant entre vocabulaire bop et permissions free.

Sur Lower East Side Blues, la même chose : bop affirmé du morceau-titre (en hommage à Charlie Parker), composition à la goguenardise mise à mal par la nonchalance de la contrebasse, ou swing persifleur de The Last of The Beboppers ; et puis, développements plus intenses d’In a Whitecage / The Path et d’Heavenly Ascending, susceptibles de dériver à tout moment vers des plages d’improvisation exaltée. Ailleurs, une impression d’Afrique sur laquelle Whitecage et Campbell s’adonnent à la paraphrase, et l’indomptable Connecticut Solution, sur lequel Fonda passe d’un gimmick irrésistible à quelques phrases glissantes auxquelles ses partenaires ne peuvent résister. Avec cet ouvrage d’opulence, The Nu Band comble donc les attentes qui avaient suivi l’écoute de The Dope and The Ghost.

CD: 01/ Lower Eastside Blues 02/ In a Whitecage / The Path 03/ Connecticut Solution 04/ The Last of The Beboppers 05/ Heavenly Ascending 06/ Aventi Galoppi 07/ Like Sonny >>> The Nu Band - Lower East Side Blues - 2009 - Porter Records. Distribution Orkhêstra International.

The Nu Band déjà sur grisli
The Dope and The Ghost (Not Two - 2007)

Commentaires [0] - Permalien [#]

Okkyung Lee, Peter Evans, Steve Beresford : Check for Monsters (Emanem, 2009)

checkforgrisli

Dans les notes qui accompagnent Check for Monsters, à la question « Quel est le but des monstres ? », la violoncelliste Okkyung Lee répond « nous rappeler que le monde n’appartient pas aux humains. » De leurs côtés, le trompettiste Peter Evans affirme « manger les enfants » et le pianiste Steve Beresford avance « le plaisir ». Ensemble, Lee, Evans et Beresford prennent la direction du noir.

En profitant vite d'une improvisation inépuisable : de suppositions énoncées à coup d’archet glissant pour Lee, de fuites impétueuses pour Beresford et de lignes de conduite brillante instituées par Evans, le trio cherche partout, se meut et déplace, fond tout à coup sur une ombre, pour, rapidement, la laisser filer. Par vagues successives, Check for Monsters ramène à l’auditeur les fruits de sa cueillette et quelques vociférations, tout en l’assurant de la distinction des gestes nécessaires d’une formation ayant joué avec ses peurs d’enfants, et qui, pour être allé voir derrière la porte, s’en trouve aujourd’hui apaisé.

Okkyung Lee, Peter Evans, Steve Beresford : Check for Monsters (Emanem / Orkhêstra International)
Edition : 2009.
CD : 01/ Phacthio 02/ Yinothanot 03/ Egokrlo-nar 04/ Gwendol ap Siencyn
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Dave Rempis : The Disappointment of Parsley (Not Two, 2009)

disappointsli

En concert à l’Alchemia de Cracovie, le saxophoniste Dave Rempis, sorti du Vandermark 5, démontre une autre fois à la tête de son Percussion Quartet toutes ses capacités de leader.

Le contrebassiste Anton Hatwich et les batteurs Frank Rosaly et Tim Daisy là pour l’épauler, Rempis passe d’alto en ténor et de ténor en baryton sous le coup d’une inspiration échevelée : qu’imposent dès l’ouverture les rebonds d’un grain âpre et le souffle résistant au swing instable du morceau-titre. Ayant donné avec Zoni une leçon de délicatesse – ballade lovée au creux des coups légers de Rosaly et Rempis et de l’assurance de l’archet d’Hatwich –, Rempis laisse aux batteurs le soin d’ouvrir C/Sold at Ten Percent Discount, qu’il développera ensuite en musicien inspiré par un thème de Julius Hemphill. La progression est tortueuse, s’essouffle ici avec distinction, pour refaire œuvre de contrariétés sur un gimmick de contrebasse revivifiant. La fin de l'enregistrement est à l’image de cette nouvelle référence de la discographie de Dave Rempis : encore plus affirmée et encore prometteuse.

Dave Rempis Percussion Quartet : The Disppointment of Parsley (Not Two)
Edition : 2009.
CD : 01/ The Disappointment of Parsley 02/ Zoni 03/ C/Sold at Ten Percent Discount
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>