Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Guillaume Belhomme : Eric Dolphy (Le mot et le reste, 2008)

dolphysliUne biographie remarquable (très lumineuse vraiment). Guy Darol, Le magazine des Livres.

Une vie racontée de manière passionnante. Philippe Renaud, Improjazz.

Simple et précis, indispensable. Sophie Chambon, Citizen Jazz.

Un ouvrage d'une précieuse utilité. Eric Deshayes, Néosphères.

Une étude pertinente. Marc Danval, Le Soir.

Un ouvrage indispensable. Jacques Chesnel, Culture Jazz.

Savant et érudit. Jérôme Orsoni, dMute.

Un portrait du musicien à hauteur d'homme. Fabrice Fuentes, Pinkushion.

Le plus bel hommage qui soit au musicien. Pierre Lemarchand, Jazz à part.

Un livre nécessaire. US Mag.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Steve Lehman : Manifold (Clean Feed, 2007)

manisli

Après avoir tiré ses leçons de l’enseignement de professeurs tels que Jackie McLean et Anthony Braxton, restait au jeune saxophoniste Steve Lehman de mettre en pratique. Au Festival de Jazz de Coimbra, en 2007, par exemple.

A la tête d’un quartette classique d’apparence – trompette de Jonathan Finlayson, contrebasse de John Hébert et batterie de Nasheet WaitsLehman mène à l’alto un jazz encore influencé par l’avant-garde des années 1960 (celle de Max Roach, Don Cherry, ou Andrew Hill – dont il reprend ici Dusk) qu’il rafraîchit toutefois au son d’arrangements éclectiques et parfois audacieux.

Impeccable, la section rythmique pousse souvent dans ses derniers retranchements trompette et alto, qui plaident partout ailleurs en faveur de leur entente au son d’entrelacs réjouissants. Le temps, encore, d’un hommage amusé à Evan Parker, et l’enregistrement se termine, qu’il est alors obligatoire de conseiller.

Steve Lehman : Manifold (Clean Feed / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2007. Edition : 2007.
CD : 01/ Interface D 02/ Is This Rhythm 03/ Dusk 04/ Interface F 05/ Interface C 06/ Cloak & Dagger 07/ Interface A 08/ Berceuse 09/ For Evan Parker
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Karlheinz Stockhausen : Bass Clarinet & Piano (MDG, 2007)

karleinzsli

Récemment appliqué à rendre une sélection de pièces emblématiques du corpus de l’école viennoise, le pianiste Steffen Schleiermacher interprète en compagnie du clarinettiste Volker Hemken des pièces pour piano et clarinette basse écrites entre 1954 et 1979 par Karlheinz Stockhausen.

Du neuvième Klavierstück – au développement chahuté par les hésitations feintes de son interprète (accord appuyé disparaissant en decrescendo puis défait par les silences) – à de précédents plus tempétueux encore, et du lyrisme déconstruit de Tanze Luzefai – sur lequel la clarinette basse fantasme un recours toujours possible à l’improvisation – à la terre de contrastes qu’est In Freundschaft, Schleiermacher et Hemken défendent chacun leur tour les pièces du compositeur.

Et puis, ensemble, ils servent les douze mélodies de Tierkreis : Bartók et Satie bousculés par le cours moderne des choses, ou pratiques plus expérimentales recourant parfois à l’usage d’un piano jouet ou d’une boîte à musique. Maîtrisant son sujet, le duo rend ainsi grâce au travail acoustique de Stockhausen, appliqué au piano et à la clarinette basse.

Karlheinz Stockhausen : Bass Clarinet & Piano (MDG / Codaex)
Edition : 2007.
CD : 01/ Klavierstück IX (1956/61) 02/ Tanze Luzefai (1979) 03/ Klavierstück VII (1954) 04/ Klavierstück VIII (1954) 05/ In Freundschaft (1977/79) 06 – 17 / Tierkreis (1975) : Aquarius, Pisces, Aries, Taurus, Gemini, Cancer, Leo, Virgo, Libra, Scorpio, Sagittarius, Capricorn
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Kali Fasteau, Kidd Jordan: Live at The Kerava Jazz Festival, Finland (Flyin Note - 2008)

Kerava_grisli

Au Kerava Jazz Festival, édition 2007, Kali Fasteau retrouvait le saxophoniste Kidd Jordan et le percussionniste Newman Taylor Baker, puis établissait le dialogue au moyen d’instruments divers.

Incisive dès l’ouverture, elle rejoint le ténor au son d’une zurna – sorte de hautbois originaire du Proche Orient – pour consacrer ensuite un nouvel instrument à chaque échange. Défilent alors piano, flûtes, clavier électrique, violon, percussions et saxophone soprano, qui interrogent toujours autrement le contact établi avec Jordan. Expérimentale ou lyrique, Fasteau pêche parfois par excès de naïveté (noyant ses flûtes en delay ou faisant toute confiance à un son de harpe sorti d’un vieux clavier), quand elle démontre ailleurs ses possibilités iconoclastes : expérimentations électroniques appliquée à ses partenaires sur Talking Trance ou grand duo de free jazz sur un Exponantial Time qui la voit passer à la batterie.

Jordan, quant à lui, n’abandonne jamais Kali Fasteau à ses élucubrations, mais la suit parfois comme pour l’amadouer, puis la ramène dans le champ d’un jazz singulier, qu’elle confronte depuis plus de trente ans à ses interrogations personnelles de la modernité.

CD: 01/ Sound Tranceport 02/ Trancendance 03/ Reed Trance Plant 04/ Received Wisdom 05/ Sibelius Suite 06/ Talking Trance 07/ Violit Violines 08/ Exponential Time 09/ Sound Science

Kali Z. Fasteau, Kidd Jordan, Newman Taylor Baker - Live at The Kerava Jazz Festival - 2008 - Flying Note.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fessenden: v1.1 (Other Electricities - 2008)

fessendengrisli

Premier enregistrement studio mais sixième référence de Fessenden – comprendre : Steven Hess (Pan American, On), Joshua Convey et Stephen Fiehn –, v1.1 redit toutes les qualités de la musique électroacoustique du trio.

Passées en ordinateurs, une batterie, une guitare et une basse, s’occupent de peindre différentes atmosphères, quoique toutes oppressantes. Des rythmes mis en boucles que bousculent des effets ayant déjà avalé les guitares, un embouteillage d’aigus provoqué par la progression saccadée des musiciens, le mariage improvisé et réussi de nappes bruitistes et de larsens. L’électroacoustique brute voire féroce, souveraine et agissante.


Fessenden, Diode. Courtesy of Other Electricities.

CD: 01/ Not Sleeping, Just Resting 02/ Mid-Swing 03/ Diode 04/ A Walk In The Park 05/ PeakV/Z*sin

Fessenden - v1.1 - 2008 - Other Electricities.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Raphaël Imbert: Bach Coltrane (Zig Zag Territoires - 2008)

imbertgrisli

Après avoir réfléchi, pour le compte de la Villa Médicis hors les murs de New York, aux rapports qu’entretiennent jazz et sacré, Raphaël Imbert convoque une poignée de musiciens dont le Quatuor Manfred pour l’enregistrement de Bach Coltrane, point d’orgue aussi déroutant que convaincant dans la carrière du saxophoniste.

Bach et Coltrane, donc : rapprochement qui aurait pu tenir de la fantaisie mais dont Imbert use comme d’un prétexte, qui l’oblige à mettre au jour des arrangements étudiés à l’occasion d’une rencontre musicale rare. Alors, le saxophone vacille peu à peu sur la voie de Crescent, s’emporte malgré le soutien de l’orgue et emmène avec lui un monde de cordes que l’on pensait inaltérable ; le contrepoint réinstallé par le quatuor, un texte porté haut par la voix de Gérard Lesne, et puis un autre déraillement, celui de Song of Praise.

Le mouvement, partout, suit les nuances des croyances de siècles différents, de doutes en assurances, voire, en vérités. Sur le papier, l’expérience délicate tant les pièges sont nombreux. Et puis Bach Coltrane, qui dépose son épreuve, magistrale.

CD: 01/  J.S. Bach - Art de la fugue - 1er contrepoint et improvisations de Raphaël Imbert 02/  John Coltrane - Crescent Partie I - Partie II - Partie III - Partie IV 03/ John Coltrane - Crescent Partie II 04/ John Coltrane - Crescent Partie III 05/ John Coltrane - Crescent Partie IV 06/ J.S. Bach - Concerto pour clavier BWV 1056 – Largo 07/ J.S. Bach - Concerto pour clavier BWV 1056 – Improvisation 08/ He nevuh said a mumbalin' word (Live) – Introduction 09/ He nevuh said a mumbalin' word (Live) - He nevuh said a mumbalin' word 10/ J.S. Bach - Fantaisie BWV 542 en sol mineur 11/ J.S. Bach - Messe BWV 232 en si mineur 12/ J.S. Bach - Art de la fugue - 9ème contrepoint - Quatuor Manfred 13/ John Coltrane - Song of praise / J.S. Bach - Jesu mein Freund BWV 227 - Partie I 14/ John Coltrane - Song of praise / J.S. Bach - Jesu mein Freund BWV 227 - Partie II 15/ J.S. Bach - Cantate "Vergnügte Ruh, beliebte Seelenlust" BWV 170 (1er air) 16/ Improvisation sur B.A.C.H. / John Coltrane - The Father, the Son and The Holy Ghost 17/ M. Luther - Mit'Fried und Freud'ich fahr dahin 18/ John Coltrane - Reverend King 19/ A. Rossi - Choral de Mi - Partie I 20/ A. Rossi - Choral de Mi - Partie II 21/ J.S. Banch - "O Welt, ich muss dich lassen" BWV 45

Raphaël Imbert Brotherhood Consort - Bach Coltrane - 2008 - Zig Zag Territoires. Distribution Harmonia Mundi.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Vandermark 5: Beat Reader (Atavistic - 2008)

Vandergrisli

Sur Beat Reader, Ken Vandermark offre une place de choix à l’un de ses partenaires : le violoncelliste Fred Lonberg-Holm, qui s’en sort ici bien mieux que d’habitude.

Le long de nouvelles compositions de son leader (dédiées notamment à Ligeti, Paul Rutherford ou Max Roach), le Vandermark 5 remet donc ses intentions éclatées sur l’ouvrage, qui combine à son tour bop et free jazz, swing, blues et funk. Toujours, et avec la même persuasion, l’efficacité immédiate et cet attrait pour la dissonance qui remet tout en cause, tout à coup.

Alors, Dave Rempis et Ken Vandermark (de saxophones en clarinette basse) improvisent d’autres fois avec passion, et accueillent, bienveillants, les déflagrations sonores sorties d’un violoncelle sous effet ou de machines électroniques maniées, elles aussi, par Lonberg-Holm. Qui donne un peu d’inédit à l’exercice, voire, en rehausse encore l’intérêt.


Vandermark 5, New Acrylic (extrait). Courtesy of Atavistic.

CD: 01/ Friction (for Gyorgy Ligeti) 02/ New Acrylic (for Andreas Gursky) 03/ Any Given Number (for Bernd and Hilla Becher) 04/ Signposts (for Lee Friedlander) 05/ Speedplay (for Max Roach) 06/  Compass Shatters Magnet (for Paul Rutherford) 07/ Further From The Truth (for Walker Evans) 08/ Desireless (for Daido Moriyama).

Vandermark 5 - Beat reader - 2007 - Atavistic. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [3] - Permalien [#]

Tony Malaby: Tamarindo (Clean Feed - 2007)

malabygrisli

Sur Tamarindo, le saxophoniste  Tony Malaby emmène un trio qui convoque une section rythmique imparable : contrebasse de William Parker et batterie de Nasheet Waits.

Ouvrant l’enregistrement au son d’un soprano bouleversé par la variation de ses intentions – rugueuse, expérimentale ou plus rassurante –, Malaby affronte ensuite au ténor l’archet de Parker le long d’une ascension incitative (Floral and Herbacious), se laisse porter par un gimmick efficace (Floating Head), progresse plus convenablement sur La Mariposa ou se laisse convaincre par Waits de suivre l’allure soutenue qui l’amènera à vriller free (Tamarindo). Soit, s’il fallait encore consigner l’implacable efficacité de Malaby, voici Tamarindo œuvrant à l’affaire.

CD:  01/ Buried Head 02/ Floral and Herbacious 03/ La Mariposa 04/ Tamarindo 05/ Mother's Love 06/ Floating Head

Tony Malaby, William Parker, Nasheet Waits - Tamarindo - 2007 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Franck Vigroux, Eliott Sharp: Hums 2 Terre (Radio France, Signature - 2007)

sharpvigroux

Dans la série Signature, Radio France publie Hums 2 Terre, né de la récente rencontre des guitaristes Eliott Sharp et Franck Vigroux.

Sur lequel le duo fabrique une musique électroacoustique variant les plaisirs – Sharp passant, par exemple, du saxophone au piano, puis du piano à la guitare – mais attachée toujours à servir l’univers particulier sur lequel les partenaires du jour se sont rejoints : rock bruitiste teinté de free jazz, no wave intemporelle en appelant aux pratiques déviantes de l’improvisation occidentale.

Ailleurs, une musique électronique contrariée lutte contre un montage sonore inattendu, et quelques programmations rythmiques déstabilisantes fleurissent d’un bout à l’autre de l’enregistrement. Rare : l’expérience s’avère plus convaincante à mesure qu’elle approche de son terme, et dresse son épilogue à grands coups de guitares convulsives autant qu’irrésistibles.

CD: 01/ Cheval de frise 02/ Contrario 03/ Sebald 04/ Earth Lift 05/ Bétonnière 06/ Fatal Error 07/ Hum de terre 08/ On The Bang 09/ Bang Shang Hang 10/ No Such Object

Franck Vigroux, Eliott Sharp - Hums 2 Terre - 2007 - Radio France, collection Signature.

Commentaires [1] - Permalien [#]

Bill Dixon: With Exploding Star Orchestra (Thrill Jockey - 2008)

dixon

Emmené par le trompettiste Rob Mazurek, l’Exploding Star Orchestra (dont font entre autres partie le guitariste Jeff Parker, la flûtiste Nicole Mitchell et le tromboniste Jeb Bishop) faisait, en septembre 2006, une rencontre inattendue : celle de Bill Dixon, légende, à sa manière détachée, des premières heures du free.

Au programme : un hommage du jeune trompettiste au plus ancien (Constellations For Innerlight Projections) inséré entre les deux mouvements d’Entrances : suite d’embouteillages instrumentaux qui réussit à placer quelques solos brefs sur un rythme soutenu avant de traîner son univers d’impressions lentes (One), puis clin d’œil au Third Stream assemblant des morceaux d’atmosphère de plus en plus denses jusqu’à l’apparition de sirènes reposantes (Two).

Entre les deux, la dédicace de Mazurek : Damon Locks récitant un texte plein de notes et de constellations, d’images et de planètes. A la suite de Sun Ra, donc, une faille spatio-temporelle que l’on investit avant que l’Exploding Star Orchestra envisage sa chute au son inquiet des hurlements, free grandiose en voie d’apaisement quand même, histoire de mieux faire le lien entre l’avant et l’après. Tout comme la rencontre, le fruit de celle-ci : inattendu.

CD: 01/ Entrances/One 02/ Constellations For Innerlight Projections (For Bill Dixon) 03/ Entrances/Two

Bill Dixon With Exploding Star Orchestra - 2008 - Thrill Jockey. Distribution PIAS.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>