Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Eric Dolphy: Stockholm Sessions (Enja - 2007)

dolphgrisli

En ressortant Stockholm Sessions, le label Enja répond par la négative à la question suivante : lorsque ce n’est pas Out to Lunch que l’on réédite, est-ce Dolphy qu’on assassine ?

Enregistré lors du premier passage en Europe du saxophoniste, clarinettiste et flûtiste, ces sessions radiotélévisées enregistrées en 1961 donnent à entendre Dolphy auprès de musiciens scandinaves et d’autres expatriés (le contrebassiste Jimmy Woode et le trompettiste Idrees Sulieman). Combinant à l’alto son héritage parkérien et des élans plus personnels (progressions anguleuses sur Les et sorties du cadre rythmique sur G.W.), Dolphy expose à la clarinette basse l’essentiel de ses tourments (Serene) ou rend hommage en solitaire à Billie Holiday (God Bless’ The Child) pour confronter plus loin son jeu de flûte plus mesuré aux dissonances de la contrebasse (Left Alone).

L’Europe, Dolphy y reviendra, le temps d’enregistrer auprès d’autres partenaires encore, plus ou moins convaincants. A Stockholm, en septembre 1961, se jouait l’histoire d’une première fois : faire connaissance et souhaiter voir durer l’entente.

CD: 01/ Les  02/ Serene 03/ Miss Ann  04/ God Bless The Child 05/ Left Alone 06/ G.W. 07/ Don't Blame Me 08/ Serene (Alternate Take)

Eric Dolphy - Stockholm Sessions - 2007 (réédition) - Enja. Distribution Harmonia Mundi.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Eric Dolphy: So Long Eric (Salt Peanuts - 2007) / Charles Mingus: Orange Was the Colour of Her Dress (Salt Peanuts - 2007)

dolphydvdgrisli

Les images sont les mêmes. Pourtant, en haut à droite de l’écran, un logo Salt Peanuts. L’année dernière, c’était celui d’Impro-Jazz que l’on trouvait au même endroit sur ces extraits de concerts donnés par Eric Dolphy en compagnie de Charles Mingus ou de la formation qu’il menait en Allemagne pour une émission radiotélévisée.

Il n’y a donc plus qu’à relire, avant d'ajouter quand même que l'édition Salt Peanuts montre aussi Dolphy à la flûte aux côtés de John Coltrane le temps d’une interprétation de My Favorite Things. Seule grande différence, à côté d’une autre, plus petite et terre à terre : un prix plus raisonnable, justice faite aux amateurs pour des films vraisemblablement libres de droits.

DVD: 01/ GeeWee 02/ God Bless The Child 03/ 245 04/ So Long Eric 05/ My Favorite Things
Eric Dolphy - So Long Eric - 2007 - Salt Peanuts. Distribution Nocturne.

DVD: 01/ Orange Was the Colour of Her Dress, Then Blue Silk 02/ Ow! 03/ Meditations 04/ I’ll Remember April
Charles Mingus - Orange Was the Colour of Her Dress - 2007 - Salt Peanuts. Distribution Nocturne.

john coltrane luc bouquet lenka lente

Commentaires [0] - Permalien [#]

Frode Gjerstad: A Sound Sight (Ayler Records - 2007)

Soundsightgrisli

Enregistré voici dix ans à la Knitting Factory, A Sound Sight revient sur  l’une des deux rencontres sur scène du saxophoniste Frode Gjerstad et du contrebassiste Wilber Morris. Larrons inspirés forcément en compagnie d’un troisième : le percussionniste Rashid Bakr.

Ancien sideman de Charles Gayle disparu en 2002, Morris dispense ici sa faculté d’écoute impressionnante, validant les propositions rocailleuses de Gjerstad au son de glissandos ou de mouvements d’archet sur lesquels s’accorde le trio malgré la déconstruction mise en place sur Sound. Plus loin, les deux hommes ouvrent ensemble Sight, titre qui recueillera les invectives échappées de l’alto avant d’exposer des égards traînants auxquels les tambours de Bakr opposeront tous les mérites de l’ardeur.

D’abstractions en preuves irréfutables d’une entente immédiate, A Sound Sight diversifie les arguments, et rend irrésistible l’obligation faite aujourd’hui qu’on le télécharge.

CD: 01/ Sound 02/ Sound Sight 03/ Sight

Frode Gjerstad Trio - A Sound Sight - 2007 - Ayler Records. Téléchargement.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sun Ra: Strange Strings (Atavistic - 2007)

rasrtingsgrisli_copy

Réédition d’un album enregistré en 1966 et publié sur le propre label de Sun Ra, Strange Strings revient sur la rencontre entre l’Arkestra et d’hétéroclites instruments à cordes.

Hétéroclites, parce qu’aussi bien glanés en pays étrangers que sortis des claviers électroniques du leader, et arrachant au petit bonheur leurs combinaisons instables : Ronnie Boykins suivant à la viole l’allure éléphantesque de Worlds Approaching malgré les perturbations des saxophones de Pat Patrick, Marshall Allen et John Gilmore ; archets extirpant des plaintes longues et aigues sur l’accompagnement aléatoire d’une section rythmique perturbée (Strings Strange).

Expérimental, l’enregistrement l’est peut-être plus encore qu’aucun autre de Sun Ra, et se voit forcément refuser le titre d’introduction idéale à l’œuvre du pianiste. Mais celui-ci a-t-il encore besoin d’être découvert ? Et ne faut-il pas baser toute réédition sur tel ou tel aspect de sa musique qui aurait pu échapper à l’initié ? La secte des connaisseurs prend alors acte de la réédition de l’excellent Strange Strings, augmenté de Door Squeak, morceau sur lequel Sun Ra convainc Ronnie Boykins de l'intérêt de dialoguer avec une porte.

CD: 01/ Worlds Approaching 02/ Strings Strange 03/ Strange Strings 04/ Door Squeak

Sun Ra - Strange Strings - 2007 (réédition) - Atavistic. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Agustí Martínez: Are Spirits What I Hear ? (Etude Records - 2007)

martisgrisli

D’introspections expérimentales en progressions mélodiques soumises à perturbations, le saxophoniste Agustí Martínez trouve une faille entre Steve Lacy et Michel Doneda.

Et s’y engouffre, glissant d’une note répétée à intervalles changeants à un amas d’interventions furieuses, vacillant sous les coups de souffles fulgurants, de phrases traînantes ou d’invectives bientôt évanouies. Inspiré, Martínez conclut son exposé sous forme de contraste, sur un Che collons! lyrique et réconciliateur.



 
Agustí Martínez, Stateless Folk Song (extrait). Courtesy of Etude Records & Agustí Martínez.

CD: 01/ Serie B (To Scelsi) 02/For Pau 03/ Tic 04/ Are Spirits What I Hear? 05/ Meeting 06/ Stateless Folk song 07/ Cross-Light 08/ Moc and Caniche (To Paula) 09/ Che collons! 10/ Island Lala

Agustí Martínez - Are Spirits What I Hear ? - 2007 - Etude Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fennesz: Hotel Paral.lel (Editions Mego - 2007)

Fengrisli

Premier album de Christian Fennesz sorti en 1997, voici réédité Hotel Paral.lel, qui donne à entendre le guitariste tâtonner d'une préoccupation à l’autre : abstractions parasitées (Sz, Szabo), constructions rythmiques (Zeug) – voire, dansantes (Blok M) –, ambient flirtant avec le larsen (UDS) ou récupération d’un buzz via l’utilisation d’une guitare tremblante (Dheli Plaza). Traînant parfois en longueur (Santora, Herbert Missing), les propositions ne se valent pas toutes et font figure seulement de promesses. Surtout à l'écoute de 5, qui incitera Fennesz à se focaliser ensuite sur des guitares sous effets circulaires aux vertus plus convaincantes.


CD : 01/ Sz 02/ Nebenraum 03/ Zeug 04/ Blok M 05/ Santora 06/ Dheli Plaza 07/ Fa 08/ Traxdata 09/ GR-500 10/ Szabo 11/ UDS 12/ Herbert Missing 13/ Super Feedbaker 14/ Aus 15/ 5

Fennesz - Hotel Paral.lel - 2007 (réédition)  - Editions Mego. Distribution La baleine.

Commentaires [1] - Permalien [#]

Charles Tolliver: Impact (Enja - 2006)

tollivergrisli

Dans les années 1970, le trompettiste Charles Tolliver fondait avec le pianiste Stanley Cowell le label Strata East. Qui publiera Impact, aujourd’hui réédité par Enja.

Auprès d’un Cowell à deux doigts d’être co-leader, de Ron Mathewson (contrebasse) et d'Alvin Queen (contrebasse), Tolliver trouve un soutien irréprochable à son lyrisme teinté d’audaces : menant sur Impact un swing appuyé qu’il s’amuse à découper à coups de vibrato, il sublime ensuite une gradation tonale un rien dramatique (Prayer for Peace), avant de porter son jazz jusqu’aux frontières d’un funk goguenard (Abscretions).

Moins décisif que les deux volumes d’un Live at Slugs publié aussi sur Strata East, Impact n’en démontre pas moins toutes les qualités du quartette de Charles Tolliver, trompettiste sous employé aperçu quand même auprès d’Andrew Hill ou Max Roach, et leader majestueux.

CD: 01/ Impact 02/ Brilliant Circles 03/ Truth 04/ Prayer for peace 05/ Abscretions 06/ Our Second Father

Charles Tolliver - Impact - 2006 (réédition) - Enja. Distribution Harmonia Mundi.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Giuseppe Ielasi: August (12k - 2007)

iealagrisli

Sur August, Giuseppe Ielasi délaisse un peu ses guitares et confectionne une musique sous influence.

Accueilli par Taylor Deupree sur son label 12K, Ielasi s’extirpe des ombres qui envahissent ses enregistrements les plus convaincants, en adoptant, poli, les façons de son hôte. Par enchantement, ses compositions instables se font pièces répétitives délétères, qui accueillent les espoirs mélodiques d’orgues ou de trompettes synthétiques, et minimisent les capacités déstabilisantes de reverses, craquements et autres saturations. Surtout pas dérangeant, passablement agréable.

CD: 01/ - 02/ - 03/ - 04/ - 05/ -

Giuseppe Iealsi - August - 2007 - 12k Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

William Parker: Corn Meal Dance (AUM Fidelity - 2007)

cornmeelsli

Deuxième album enregistré par William Parker à la tête de son Raining Moon Ensemble, Corn Meal Dance donne à entendre la chanteuse Leena Conquest auprès de musiciens d'ordinaire inspirés : Parker, donc, mais aussi Eri Yamamoto (piano), Rob Brown (saxophone alto), Lewis Barnes (trompette) et Hamid Drake (batterie).

Touchés peut être par un chant qui, pour être apprêté n’en distribue pas moins avec générosité des effets galvaudés et ses manières épaisses, les musiciens ne peuvent pas grand chose pour relever le niveau de l'ensemble - Brown et Barnes capables, même, de céder aux avances clinquantes de phrases rococo. Ici ou là, quand même, le groupe fait mieux, et dessine des impressions plus réussies : Tutsi Orphans ou Old Tears. Les ressources de William Parker sont connues et empêchent de douter qu’il mette bientôt la main sur un essai autrement remarquable, qui saura annuler ce précédent.

CD: 01/ Doctor Yesterday 02/ Tutsi Orphans 03/ Poem for June Jordan 04/ Soledad 05/ Corn Meal Dance 06/ Land Song 07/ Prayers 08/ Old Tears 09/ Gilmore’s Hat

William Parker / Raining On The Moon - Corn Meal Dance - 2007 - AUM Fidelity. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

The Milo Fine Free Jazz Ensemble : Contiguous Chunks (Shih Shih Wu Ai, 2007)

milo fine free jazz ensemble contiguous chunks

De Minneapolis, le multi instrumentiste Milo Fine adresse au monde – bien qu'en 500 exemplaires – ses tout derniers exercices improvisés : Contiguous Chunks.

Aperçu récemment à Londres, pour l’enregistrement d’un Ikebana sur lequel il se frottait à la crème de l’improvisation anglaise, voici Milo Fine revenu, et menant à domicile son Free Jazz Ensemble. Aux côtés de guistaristes (Steve Gnitka et Charles Gillett) et du pianiste Jason S. Shapiro, il s’empare de ses instruments – piano, clarinettes, percussions et kit de batterie personnel composé d’objets hétéroclites – pour donner deux concerts d’une improvisation convaincante.

Sur le premier d’entre eux, le groupe fait alterner subtilement les atmosphères différentes. Sans jamais obliger ses partenaires, Fine prend le temps de développer avec eux, sacrifiant parfois l’efficacité immédiate à l’examen d’un processus d’improvisation qui se permet d’exposer autant les moments fastes que les interruptions et mises en place indispensables à leur apparition. Le second concert installe, lui, un décorum de sifflements, sortis de la flûte de Fine ou de l’ampli de guitare, sur lequel Shapiro peut plaquer comme il l’entend des accords de piano. Plus ombreux, il invoque des larsens lointains qui permettent à Fine de composer autrement avec ses inspirations, pour convaincre aussi nettement accompagné que dialoguant.

The Milo Fine Free Jazz Ensemble : Contiguous Chunks (Shih Shih Wu Ai)
Edition : 2007.
CD : 01/ Contiguous Chunk 1 02/ Contiguous Chunk 2
Guillaume Belhomme @ Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>