Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Michael J. Schumacher: Stories (Quecksilber - 2004)

stories

Compositeur ayant autant investi le champ de la musique contemporaine que celui de la musique électronique, Michael J. Schumacher nous offre à écouter, dans Stories, quatre pièces de son domaine de prédilection : l’art sonore. Depuis 1996, chacune de ses installations new-yorkaises sert la haute couture de la haute fidélité, toujours impeccable. Stories, dont le postulat de départ est la superposition de sons de provenances diverses, ne déroge pas à la règle.

Still, d’abord, où au matériau sonore de départ, Schumacher ajoute progressivement des couches de nappes répétitives programmées, de chants d’oiseaux, ou de musique concrète assimilée. Traversée de temps à autre par de courtes et violentes plaintes de violoncelle ou de violon, l’ambient sombre ici créée, si elle anime des angoisses sous-marines, en arrive d’autant mieux à toucher profondément qui l’écoute.

Pièce électronique lorgnant du côté de la musique contemporaine, Two, Three and Four Part Inventions est l’histoire d’une lutte. Celle que se livrent, à coups de déclamations éclairs, bois et cuivres, percussions et voix. Les instruments rappellent Berio, les vocalises les chants inuits. Parmi eux, un orgue seul refuse le jeu court, et rejoue quelques notes pour en faire sa complainte.

L’installation suivante, Room Pieces New York, persiste, et signe le portrait d’un Schumacher hanté par l’eau et les voix. L’atmosphère sombre, qu’aggrave encore l’incapacité des nappes musicales et des voix à interagir, se déploie à une allure différente, et doit son salut aux bulles d’air que créent les interventions d’une guitare électrique et de percussions rassurantes.

Sur plus d’une trentaine de minutes, court Untitled. Là encore, une opposition : celle d’un piano classique et d’un copié collé d’un enregistrement de Caetano Veloso, récitant un poème de Campos (Días). S’y succèdent un piano au jeu atmosphérique, proche de celui de Nyman, et la voix du Brésilien, sur fond bruitiste - d’origine - de guitare électrique saturée. Morceau subtil et décalé, intelligent et sensible, Untitled est sans doute l’archétype de la musique que Schumacher défend avec brio dans Stories, celle, unique et manifeste, d’une ambiant en lutte.

CD: 01/ Still 02/ Two, Three and Four Part Inventions 03/ Room Pieces New York 04/ Untitled

Michael J. Schumacher - Stories - 2004 - Quecksilber. Distribution La baleine.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Andrew Hill : Black Fire (Blue Note, 2004)

hillsuitegrisli

Comme allant de soi, les efforts récents du mythique preneur de son Rudy Van Gelder déployés pour remasteriser certains de ses anciens enregistrements permettent aujourd’hui à Blue note de tirer profit d’une série intitulée "The Rudy Van Gelder edition". Parmi les disques réédités, Black Fire d’Andrew Hill.

L’intention est claire, qui est celle de déployer une autre avant-garde que celle défendue par le free, et la méthode réfléchie : embaucher le batteur Roy Haynes (côtoyant Roland Kirk, Henry Grimes...), le bassiste Richard Davis (compagnon de jeu de Dolphy), et Joe Henderson (dont le saxophone oublie peu à peu les maîtres Rollins - Coltrane pour des élucubrations plus sages jouant sur les répétitions et les harmoniques).

Le 8 novembre 1963 est enregistré Black Fire, qui, dès le premier morceau, avoue sa soumission aux basses. Celles de Richard Davis, évidemment, mais surtout celles, redondantes et imposant la forme musicale à suivre, d’Andrew Hill (Pumpkin, Subterfuge, Land of Nod). L’impression qui se dégage des thèmes confronte chacune des mélodies à certaine sorte d’incantations musicales, de répétitions envoûtantes, qu’elles viennent d’un Haïti fantasmé (Cantarnos) ou demandent humblement le parrainage d’un Monk idéalisé (McNeil Island).

Car c’est à une avant-garde du passé – pas d’antinomie ici -, et celle de Monk justement, que le quartet rend hommage. Pas forcément en réaction au free de l’époque, mais en proposition alternative et changeante, répétant sur chaque morceau que l’innovation ne peut se faire sans acquis et sans modèles, et ne se fait parfois qu’avec.

Un album comme une proposition, de celles dont Andrew Hill a l’habitude. Comme lorsqu’il démantèle son quartette pour mieux arriver à ses fins, se passant tout à coup des services de Joe Henderson (Subterfuge, Tired Trade) ou de Roy Haynes (McNeil Island). L’époque demande le changement, ou du nouveau. S’attaquer à sa propre formation augure déjà du reste. Black Fire pose sept morceaux (et deux prises inédites), autant de preuves d’une modernité plurielle.

CD: 01/ Pumpkin 02/ Subterfuge 03/ Black fire 04/ Cantarnos 05/ Tired trade 06/ McNeil Island 07/ Land of Nod 08/ (Pumpkin) 09/ (Black Fire)

Andrew Hill - Black Fire - 2004 (réédition) - Blue Note. Distribution EMI.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Albert Mangelsdorff: And His Friends (MPS - 2003)

mangelsdirff

Albert Mangesldorff And His (Six) Friends. On a très peu d’amis, sans doute, mais les six duos minimalistes et baroques enregistrés entre 1967 et 1969 privilégient l’entente plutôt que le foisonnement.

En ouverture, une discussion entre Mangelsdorff et Don Cherry sur un thème de Terry Riley, I Dig It, ici rebaptisé I Dig It, You Dig IT, principe en filigrane de l’album entier. La complicité mène à l’amusement et, de répétitions entrelacées en improvisation souriante, les deux musiciens exploitent entièrement leur instrument, autant musicalement que physiquement (sons sortant de l’instrument, puis de l’embouchure seule). La voix de Don Cherry prononce, enfin, le titre du morceau, et clôt le duo le plus emblématique publié ici, l’âme, presque, du projet mené par le tromboniste allemand.

Aux côtés d’Elvin Jones (My Kind of Time), Mangelsdorff écoute d’abord le swing imposé, avant de suivre. Allégeance discrète faite au batteur, le tromboniste se montre plus volubile lorsqu’il enregistre avec Karl Berger (Way Beyond Cave), au vibraphone sage et précis, ou en compagnie d’Attila Zoller (Outox), dont la guitare, pas impressionnante, cherche la réponse adéquate à l’imagination de Mangelsdorff, ne la trouvant qu’à la toute fin du morceau.

Al-Lee, courte improvisation aux influences hongroises, démontre un Lee Konitz capable du meilleur dans le domaine. Braxton policé, le saxophoniste entame une véritable course contre le trombone, jusqu’à le rejoindre, et à faire du duo une démonstration irréprochable de l’entente de deux musiciens jouant, on peut le croire, d’un seul et unique instrument.

Dernier instrument à prendre place auprès du trombone, le piano de Wolfgang Dauner entame, en maltraitant les cordes, une romance là pour soigner. Succession de notes intemporelle et rarement de bon goût confrontée à l’avant-garde de cette fin d’années 1960, My Kind of Beauty, morceau baroque et décalé, est une couverture idéale, étouffant d’accalmie le chaos imposé tout au long du disque par Albert Mangelsdorff et ses amis.

Albert Mangelsdorff : And His Friends (MPS)
Enregistrement : 1967-1969. Réédition : 2003.
CD : 01/ I Dig It, You Dig IT 02/ My Kind of Time 03/ Way Beyond Cave 04/ Outox 05/ Al-Lee 06/ My Kind of Beauty
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Zbigniew Namyslowski: Polish Jazz Vol.6 (Polskie Nagrania - 2004)

namygrisli

Varsovie, janvier 1966, un quartet local de jazz enregistre. Emmené par Zbigniew Namyslowski, on lui a confié l'enregistrement de la sixième référence d'un catalogue discographique fraîchement inauguré, et baptisé Polish Jazz.

L'époque et l'endroit voudraient que l'on parle de musique libertaire, de bouffée d'oxygène ou de résistance en musique à une réalité politique qui, de jour en jour, se fait un peu plus implacable. Comme si la pratique du jazz était plus légitime en France, par exemple, qu'en Pologne. Pour qu'il ait droit de citer, on aura fait brandir au jazz polonais bien des pancartes, oubliant qu'avant toute chose la musique est affaire de musiciens.

Ici, en l'occurrence, Zbigniew Namyslowski. Pianiste et violoncelliste accompli, tromboniste célébré, il comprend, en 1960, que la seule manière d'arriver à atteindre ce après quoi il court en musique dépend de deux choses : un repli stratégique vers le saxophone, et la formation de son propre quartet. Privilégiant, dès cette date, ce qui sera désormais son instrument, il s'entoure du batteur Czeslaw Bartkowski, du bassiste Janusz Kozlowski, et lègue les parties de piano à Adam Matyszkowicz. Le quartet prend place, en ce mois de janvier 1966, dans le studio 12 de la firme Polskie Nagrania.

Le disque que les quatre hommes enregistrent revêt pleinement la couleur des ambitions du leader. Thèmes empruntés au folklore polonais (Siodmawka, Chrzasacz brzmi w trzcinie), mystérieusement bousculés par leur répétition, ou, moins insidieusement, par un recours mesuré à l'improvisation. Référence obligée mais originale au blues (Rozpacz), allégeance aux maîtres Coltrane, Rollins et Henderson (Moja Dominika, Szafa), mais aussi participation active à l'avant-garde d'alors au moyen d'incartades free (Straszna Franka). L'album se termine par l'interprétation d'un court charleston (Lola pijaca miod), morceau allègre et conclusion enlevée, qui rappelle que l'innovation, pour être intelligente, ne peut se satisfaire de la simple rupture impartiale.

Des quatre enregistrements que Zbigniew Namyslowski signa pour la série Polish Jazz, celui-ci porte sans doute plus haut que tout autre le talent baroque du saxophoniste. Il est maintenant disponible en compact disque.

CD: 01/ Siódmawka 02/ Rozpacz 03/ Straszna Franka 04/ Chrz¹szcz brzmi w trzcinie 05/ Moja Dominika 06/ Szafa 07/ Lola pij¹ca miód

Zbigniew Namyslowski - Polish Jazz vol.6 - 2004 - Polskie Nagrania.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>